Sans-papiers

Fil d’info > Sans-papiers

Rassemblement de soutien pour que TOU-TES les exilé-es de Calais sortent de la procédure de Dublin

Alors que nous nous rassemblons quotidiennement à Jean Jaurès pour demander à ce que la procédure de Dublin soit cassée (comme ça a été promis à Calais), la préfecture nous a contacté pour un entretien. Dans le même temps, des dizaines de migrant-es ont reçu un courrier leur indiquant qu’iels sortaient de la procédure de Dublin. Maintenons la pression pour que TOU-TES les exilé-es de Calais soient dans ce cas !!

Fil d’info > Migrations

De Kaboul à Toulouse : entretien avec un exilé du CAO de La Vache

Avant d’atterrir dans les Centre d’Accueil et d’Orientation répartis un peu partout sur le territoire français, les exilé.es ont traversé bien des épreuves. Sur la route de l’exil depuis des mois voire des années, la France n’est souvent qu’une étape de leur parcours. Mais aujourd’hui, malgré les engagements pris lors du démantèlement de la jungle de Calais, le gouvernement ne leur laisse d’autres choix que de demander l’asile dans le premier pays où iels ont donné leurs empreintes. Or celles-ci ont bien souvent été prises de force, dans des pays (comme la Bulgarie ou l’Italie) qui ne leur laissent aucune chance. Par cet entretien, nous, membres du collectif Solidarité migrant.es, avons voulu illustrer cette problématique, ainsi que celle plus générale de la migration, avec les mots d’une personne concernée.

Fil d’info > Racisme

Rassemblement en soutien aux migrant.es d’Albi

Mercredi 21 décembre des migrant.es qui ont séjourné au printemps dernier au CAO de Lacaune se rendent à la préfecture retirer un dossier pour leur demande d’asile. Ils ont besoin de notre soutien car la préfecture entrave leurs démarches. Par ailleurs, nous ne sommes pas à l’abri d’une arrestation, comme il s’en est produit jeudi dernier, le 15 décembre, à Albi.

à venir > Migrations

Réunion pour créer des réseaux de solidarité et de soutien aux migrant-es en CAO de Haute-Garonne

La jungle de Calais a été expulsée tout comme certains campements à Paris. Les migrant-es s’y trouvant ont été « disséminés », pour reprendre les termes de l’État, aux quatre coins du pays, les poussant bien souvent à l’isolement et rompant la solidarité qu’il pouvait y avoir à Calais.

Analyse et Mémoire > Racisme

Calais : récit d’une expulsion de masse

Lundi 24 octobre, l’Etat lançait le début de l’expulsion de la jungle de Calais. Sous couvert d’une mission de « mise à l’abri » des populations sans-papiers, il s’agit en réalité de déporter 8000 personnes en trois jours. Ce délai si court, est pourtant plus proche d’une volonté de gestion de masse que d’une quelconque action sociale. Le traitement médiatique de l’événement (utilisant les termes de politiques sanitaires « d’évacuation », de « démantèlement » ou de « mise à l’abri ») étant bien loin des réalités dont nous avons été témoins, nous, des street medics et des personnes solidaires, souhaitons livrer un récit de l’expulsion de masse de Calais à travers : une émission de radio réalisé le 28 octobre avec l’Actualité des luttes et le texte qui suit.

| 1 | 2 | 3 |

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.