Autogérer l’exploitation de la misère, arnaques, menaces et petites combines

Y’en a pas assez que les bourgeois et leur bras armées nous fassent la vie dure. Il faut que des petits escrocs s’y mettent, à extorquer, exploiter, voler les plus pauvres. Petit histoire d’un vautour qui a sévit à Toulouse l’année dernière et qui rode encore prêt à recommencer. Ceci est une mise en garde...

Il y a peu nous avons été nombreu.se.x sur Toulouse à recevoir à texto de la CREA [1] nous mettant en garde.

Un certain Guillaume qui a manipulé, escroqué et menacé des personnes au squatt des Arènes est sorti de prison il y a quelques semaines... On vous demande de faire passer le mot largement, dans tout les milieux, pour éviter de retomber dans son piège.

Un brin mal à l’aise, nous avons décider d’en savoir un peu plus pour pouvoir informer sur ce personnage et ses agissements. Et aussi comprendre comment une personne peut se faire passer pour un "soutien", un militant pour tranquillement raqueter des personnes en galères.

"L’improbable"

C’est aux Arènes en octobre 2015 que ce "Guillaume" va commencer son sombre bizness. Après avoir fait un peu copain copine avec des personnes du DAL [2] et du CEDIS [3], il va ouvrir un squatt où il invite des familles et personnes à la rue... mais attention il faut que les personnes soient dans "une situation régulière" et "inscrit dans une réelle dynamique de recherche de place d’hébergement" [4] !Ce qui ne pourrait être qu’une simple dégueulasserie politique de flic du social se révélera être une sorte de filtre. Ce qui va intéresser ce Picsou, ce sontdes personnes qui ont peut être un minimum de fric... Parce que 1 à 3 euros/ jours (selon les sources) soit disant pour les frais d’électricité et d’eau, factures qu’il ne paiera évidemment jamais, il faut pouvoir les payer. Il va aussi vendre l’accès aux chambres, ainsi que les meubles qu’Emmaüs lui donne gratuitement. Bref, tout un petit bizness de la misère qui va se durcir petit à petit. Si les paiements ne sont pas faits, ce sont des gros bras qui se chargent de faire la collecte, parfois avec schlass et calibre. Ambiance. Cette petite activité va finir suite à une énième extorsion qui sera dénoncée à la police.

Le retour

Au final "Guillaume" va être relaxé par la justice, il est donc libéré et il est aujourd’hui même entrain d’essayer de se refaire fort du "jugement en sa faveur" racontant à qui veux bien l’entendre qu’il est victime d’une erreur judiciaire. Il va jusqu’à se faire passer pour un membre de la CREA [5].Profitant de cette société bloquée où trouver un peu d’espace pour une vie tranquille n’est pas si simple, il se pose en sauveur et manipule son monde. Il a concocté un petit dossier avec des articles de presse le montrant sous un jour favorable. On y trouve dans un mélange assez déroutant du courriers personnels échangés avec des personnes citées nomément appartenant notamment au DAL, des coupures de presse, une citation de patrick et il essaie de remonter son petit bizness d’exploitant de la misère. Les éléments qu’il met en avant démontre la façon dont il utilise un vernis institutionnel n’hésitant pas à demander toutes sortes de papier. Comme on peut le voir sur les documents ci-joints, ce type est pire que la CAF !

La mécanique de l’arnaque

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’est pas juste question d’exploiter la misère. Il s’agit aussi de faille dans la solidarité avec les personnes en galère. Cette personne s’est installée comme un "aidant", elle s’est rapprochée de structure comme le CEDIS, le DAL et Emmaüs. Elle a montré patte blanche, s’est faite bien voir et s’est positionnée comme un intermédiaire avec les familles. En gros elle a profité des réseaux militants pour accomplir son bizness profitant de la séparation entre les militant.e.s et les personnes en galères.

Il ira jusqu’a se procurer un tampon du DAL pour faire croire aux personnes en galère qu’il pourrait leur faire des papiers. C’est d’ailleurs le DAL qui va commencer à donner l’alerte pour que les personnes se méfient de ce type. Cela a été difficile tellement il avait tissé un réseau complexe autour de lui mêlant mensonges, menaces et petits cadeaux. C’est finalement l’intervention des flics qui va réellement le mettre à distance, mais pour pas longtemps. La question est aujourd’hui comment prévenir, réagir et ne pas lui laisser de marge ?

Peut-être qu’il faut avant tout se méfier des intérmédiaires et des personnes qui cherchent à devenir centrales et incontournables... Rester en alerte sans pour autant tomber dans la suspition et la méfiance de l’autre est un vrai casse tête. Espérons que cette mise en garde puisse y contribuer. N’hésitez pas à utiliser les commentaires pour rajouter des informations et/ou des témoignages.

Le concombre masqué et des membres de la CREA.

P.-S.

Difficile de rentrer dans des logiques de dénonciation mais se passer des flics et des juges impliquent que l’on puisse se protéger les un.e.s, les autres. C’est une tentative de participer à l’autodéfense... Tous complément d’info ou critique constructive est là bienvennue.

Notes

[1Campagne de Réquisition pour l’Entraide et l’Autogestion.

[2Droit Au Logement.

[3Collectif d’Entraide et d’Innovation Sociale.

[4La charte de "l’association"
CHARTE D’ADMISSIBILITE A UN HEBERGEMENT
ASSOCIATION L’IMPROBABLE
ARTICLE 1
Etre en situation régulière (pas d’Obligation de Quitter le Territoire Français)
ARTICLE 2
Etre inscrit dans une réelle dynamique de recherche de place d’hébergement :
Appel régulier du 115
Etre inscrit au SIAO / PAIO
Maintenir ses démarches jusqu’à l’obtention d’une solution durable
ARTICLE 3
Respecter les règles de vie collectives propres à l’association : Serviabilité et mise à disposition de ses compétences au service de la collectivité
Politesse
Ne pas être sous l’emprise d’alcool ou de stupéfiants
Se montrer discret à partir de 22h00
ARTICLE 4
Participer aux frais en reversant une participation équivalente à un euro par jour et par habitation. Cette somme devra être par tranche de 15 euros les 15 et 30 du mois
ARTICLE 5
La violence physique ou verbale ne saurait être tolérée
ARTICLE 6
S’engager à libérer les lieux dès obtention d’une place d’hébergement proposée par les services publics
ARTICLE 7
Informer le représentant de l’association de tout changement de situation administrative
ARTICLE 8
Etre représenté par le délégué d’étage lors de la réunion hebdomadaire du dimanche soir 18h
ARTICLE 9
Dans le cas où un manquement à l’une de ces obligations serait constaté par un représentant de l’association, la ou les personne(s) concernée(s) pourront être convoquées par les membres du Conseil d’administration pour leur fournir des explications quant aux faits reprochés.
Selon la gravité des faits et/ou si des manquements aux règles précités ont été constatés à plusieurs reprises, la personne reconnue responsable de ce(s) manquement(s) se verra refuser la prolongation de son hébergement, voire exclue définitivement sans préavis

La page facebook et son dernier post le 15 février 2016 : "Le but de notre association est de permettre l’accès au logement de manière digne, c’est une solution de reconstruction "cle en main".

[5voir le chef selon certain, ce qui pourrait faire sourir quand on pense à comment fonctionne la campagne de réquisition pour l’entraide et l’autogestion. Malheureusement cela donne du crédit à ce sale type.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

  • 16 janvier

    là ou il est marqué de ne pas oublier d’emmener les documents administratifs en possession des personnes en demande de logement : cette feuille est celle du DAL. J’étais au campement du Ramier, et je la reconnais.

    Pour toutes les conneries qui sont racontées. J’étais également hébergé aux arènes et m’y sentais en sécurité avant que vous ne vous mettiez à raconter toutes ces conneries.

    par contre, dès sa mise en détention, des personnes se sont mises à se livrer à toutes sortes de traffic. Et là, personne n’est jamais intervenu pour redresser la situation

  • 17 novembre 2016

    Le racket continue aux arênes, même sans guillaume, les chambres sont "achetées" 300 €. Il semble y avoir plusieurs groupes mafieux à l’oeuvre, il y a eu des coups de feu, les familles sont craintives et l’ambiance est à la peur...
    Un voisin qui a pu voir à l’intérieur et a des contacts...

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.