[AutonoMIE] Cagnotte pour permettre à 22 mineurs isolés étrangers de faire authentifier leur acte de naissance

Nous, le collectif AutonoMIE, lançons une cagnotte pour financer les démarches administratives de 22 mineurs isolés étrangers auxquels l’Etat refuse, sur des bases racistes, l’accès à l’Aide Sociale à l’Enfance.

Aller-retour à Paris

Nous avons besoin d’argent pour permettre à 22 mineurs isolés guinéens, ivoiriens et maliens de monter à Paris faire authentifier leur acte de naissance par le consulat de leur pays.

Cette authentification est indispensable à leurs démarches visant à faire reconnaître leur minorité par l’Etat français.

L’Etat, par le biais de ses conseils départementaux, se soustrait en effet à ses engagements vis à vis de la Convention internationale des droits de l’enfant en déclarant majeurs des migrant-es qui ne le sont pas afin d’en faire des sans papiers comme les autres.

Mis à la rue au terme d’une humiliante "évaluation" (lire un témoignage ici), ils et elles s’organisent au sein d’un collectif, AutonoMIE, pour faire reconnaître leurs droits en saisissant la juge des enfants.

Cette audience devant la juge vise à faire reconnaître leur minorité par l’Etat français. C’est en vue de ce rendez-vous déterminant que les jeunes ont besoin de faire authentifier leurs documents d’identité par leurs pays d’origine.

Mais tout celà a un coût. Nous avons besoin d’argent pour payer des billets de car pour ces 22 personnes, leurs déplacements à Paris, les photos d’identité et autres timbres nécessaires à leurs démarches administratives, ainsi que la restauration sur place. Nous avons compté une centaine d’euros par personne.

Ces jeunes n’ont, par définition, aucune famille ni aucun soutien en France si ce n’est le nôtre. Après un départ dramatique et une traversée traumatisante, l’Etat français n’hésite pas à leur fait vivre un énième calvaire, fait d’injustice et de racisme institutionnel.

Ne laissons pas ces mineur-es isolé-es seul-es face à cette machine bureaucratique créatrice de misère et de sans-papiers.

MERCI de partager cette cagnotte dans vos réseaux. https://www.lepotcommun.fr/pot/0qkp8k8g

SOLIDARITE AVEC LES MINEURS ISOLES ETRANGERS !

Bref historique du collectif AutonoMIE

Signataire de la Convention internationale des droits de l’enfant, l’Etat français doit protection à tou-tes personnes mineur-e et isolé-e quelle que soit sa situation administrative.

Mais le 12 avril 2016, les élus du Conseil Départemental de la Haute Garonne, chargé de faire respecter cet engagement, ont voté à l’unanimité et en présence de plus de 200 CRS et de la BAC, le plan « Protection Enfance 2020 ». Cette délibération a eu différentes conséquences :

- l’arrêt de la prise en charge hôtelière pour les femmes accompagnées d’enfants âgés de moins de trois ans
- l’arrêt de la prise en charge hôtelière pour les nouveaux arrivants mineur-es isolé-es étranger-es
- l’arrêt de financement des contrats jeunes majeur-es (prolongation de la prise en charge des jeunes placés sous la protection de l’enfance jusqu’à l’âge de 21 ans).

Face à cette situation dramatique, des permanences quotidiennes s’organisent dans le hall du conseil départemental.

Au cours de ces permanences, 36 jeunes ont pu bénéficier d’un accompagnement, alors que le conseil départemental avait pris à leur encontre des décisions de « non prise en charge ». Concrètement, le juge des enfants a placé ces jeunes jusqu’à leur majorité et a obligé le conseil départemental à exercer sa mission de protection de l’enfance.

Lors de ces permanences, nous avons aussi rencontré 172 jeunes qui avaient des prises en charge hôtelières (antérieures à la décision du 12/04/16). Face à cette situation, où le département ne couvrait que deux des trois obligations à sa charge : le gîte (hôtel) et le couvert (2 tickets flunch quotidien), mais pas la scolarisation, 82 jeunes ont deposé des requêtes auprès de la Juge des Tutelles des mineurs ainsi que pour les autres pour qui ces décisions s’appliquent. Cette lutte a ainsi permis à 158 jeunes d’accéder à une prise en charge en MECS. À ce jour, il reste 10 jeunes à l’hôtel avec une mise à la rue prévue en avril.

Trois mois plus tard (juillet 2016) était créé un dispositif, le DDAEOMIE (Dispositif Départemental d’Accueil d’Evaluation et d’Orientation des Mineurs Isolés Etrangers), dont l’objectif est de déclarer majeur-es 80% des migrant-es après plusieurs jours d’interrogatoires et d’humiliations. (Lire ici le témoignage édifiant d’un jeune Camerounais.)

Mission réussie pour le dispositif sous-traitée à une association, l’ANRAS. Neuf mois plus tard, c’est pas moins de 200 mineur-es isolé-es originaires du Cameroun, du Mali, de Guinée Conakry, du Sénégal, de Gambie... qui ont été jeté-es à la rue sans aucun accompagnement.

Malgré le traumatisme et l’usure liés au départ contraint du pays et au voyage sans fin, les jeunes se lancent alors dans une ultime épreuve, faite d’injustice et de racisme institutionnel, pour faire valoir leurs droits par l’Etat français. Ils et elles saisissent la juge des enfants pour faire reconnaître leur minorité.

Ne comptant plus que sur la solidarité, ils et elles s’organisent depuis un an maintenant au sein d’un collectif, AutonoMIE.

Tous les lundis apres-midi, nous nous réunissons à La Chapelle (36, rue Danièle Casanova) pour nous compter, nous répartir la nourriture et les habits que nous avons pu récupérer ici et là et faire le point sur la situation juridique de chacun-e.

Venez nous rencontrer à nos permanences du lundi, nous avons besoin d’aide pour organiser des soirées et des bouffes de soutien, accompagner des jeunes à leurs rendez-vous médicaux, faire de la récup...

Ci dessous un courrier écrit par les jeunes qui souhaitent exprimer leurs situations.

Salut Madame, Monsieur,

Nous vous informons de notre situation. Nous sommes des jeunes migrant-es isolé-es qui ont traversé des kilomètres et des kilomètres de désert et la mer Méditerranée. Nous sommes très inquiet-es depuis le 4 juillet 2016 car le DDAEOMIE a mis dehors environ 200 jeunes à la rue. On ne sait pas quoi faire pour ces jeunes seul-es car il y en a qui sont malades, qui n’ont pas de quoi manger et s’habiller... C’est très difficile pour nous cette situation de précarité et sans logement. C’est pourquoi nous vous demandons votre aide pour des hébergements de un jour à trois jours, une semaine... selon vos disponibilités. Nous sommes dans des procédures juridiques afin d’accéder à nos droits et cela prend un peu de temps.

Nous avons besoin d’hébergement d’urgence ou bien vous pouvez nous inviter à manger.
Merci.

autonomie@riseup.net

https://www.facebook.com/autonomie31

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.