Communiqué du collectif AutonoMIE après une semaine d’occupation

Comme vous le savez, le collectif AutonoMIE a réquisitionné mi-octobre un hôtel désaffecté comprenant 25 chambres pour y loger une partie des 70 mineurs isolés qui composent le collectif. Point sur la situation.

Cette ouverture constitue une victoire : celle de la solidarité et de la lutte sur les politiques racistes et capitalistes qui vont en s’aggravant. La préfecture et le Conseil Départemental doivent savoir qu’à Toulouse, la mise à la rue (quand ce n’est pas la mise sous écrou) de centaines de jeunes survivants à l’enfer migratoire, parlant notre langue, colonisés par notre pays et ne demandant qu’à bénéficier d’une infime partie de ce que nous prenons chez eux, ne peut se produire sans une réaction populaire forte et déterminée.

Pour autant, l’émotion ne doit nous faire oublier deux réalités :

- La place d’un mineur isolé n’est pas dans un squat, mais à l’école. Cette solution, bricolée dans l’urgence, est précaire. Le préfet peut décider à tout moment de nous expulser illégalement, avec les risques que cela suppose : garde à vue, centre de rétention, expulsions… De plus, elle ne répond qu’à une infime partie des besoins des jeunes (soin, éducation, juridique…)

- La quasi-totalité des jeunes sortent du collectif AutonoMIE avec une reconnaissance de minorité et un jugement de placement. Le DDAEOMIE, chargé de l’évaluation en Haute Garonne, est donc presque systématiquement démenti par la juge des enfants. Combien de nuitées d’hébergement le Département compte-t-il encore économiser sur le dos des jeunes migrants ? Trouver des solutions d’urgence jusqu’à ce que les recours aboutissent ne doit pas nous faire oublier notre objectif : forcer le Conseil Départemental à respecter ses obligations légales, et ce, dès l’arrivée des jeunes sur son territoire. 

En attendant, nous sommes installé-es au 75, rue de la Glacière, et nous comptons bien y rester jusqu’à obtenir gain de cause.

Nous invitons toutes les associations et collectifs amis à nous soutenir publiquement. Ce n’est pas de gaîté de cœur que nous nous sommes plié-es à l’exercice médiatique. Nous visibilisons notre initiative de façon à rendre le coût symbolique d’une éventuelle expulsion rédhibitoire ! Merci à celles et ceux qui ont déjà publié des communiqués de soutien.

Merci enfin aux dizaines (centaine ?) de personnes et d’associations nous proposant – et nous offrant ! – de l’aide chaque jour depuis dimanche. Puisse l’addition de tous ces petits gestes aboutir à un idéal commun, un horizon politique, un dépassement : contre les frontières, contre l’exploitation et contre le racisme.

On se quitte sur ces mots d’Antonio Machado :

Caminante no hay camino
Todo pasa y todo queda,
pero lo nuestro es pasar,
pasar haciendo caminos,
caminos sobre el mar.
 
Toi qui marches, il n’existe pas de chemin,
tout passe et tout reste,
mais le propre de l’homme est de passer,
passer en faisant des chemins,
des chemins sur la mer.


Solidarité avec les mineurs isolés étrangers !!!

COMMUNIQUE DES HABITANTS DE LA GLACIERE A LEURS ANCIENN-ES HEBERGEANT-ES

Nous sommes heureux d’arriver dans ce lieu. Nous espérons diminuer la charge des hébergeants.

Nous remercions à tout le public qui nous soutient pour toutes les aides morales, financières et juridiques.

Les jeunes d’AutonoMIE n’oublient pas ce que vous avez fait pour le collectif. Nous les jeunes sommes très reconnaissants, nous vous remercions infiniment.

Nous tenons aussi à remercier les membres de La Chapelle qui nous ont accueilli généreusement pendant plus d’un an.

Ce que nous avons vécu au DDAEOMIE ressemble fort au racisme. Ce n’est pas un endroit sérieux : ils font des demandes d’asile à la préfecture sans notre consentement. Ils ne croient même pas au nom qu’on leur donne. On veut faire savoir que le DDAEOMIE n’est pas là pour nous aider mais pour faire de l’argent sur notre tête. Ils sont là pour détruire la vie des mineurs isolés en France. Nous avons un exemple à vous montrer : combien de mineurs isolés de peau blanche sont dans la rue ? Nous comptons sur les hébergeants pour combattre ce racisme.

C’est très important de comprendre que nous sommes des jeunes mineurs colonisés par la France. Nous ne venons pas ici par ignorance, nous savons bien que nos pays ont été colonisés. Nous avons le droit d’être là, et ça nous fait mal de voir le DDAEOMIE prendre d’autres nationalités simplement à cause de leur couleur de peau. Nous aimons les français et nous sommes étonnés de ne pas être pris en charge.

Mais tous les français n’ont pas fait du racisme : notez bien qu’il est incroyable que nous arrivions dans un territoire étranger et que vous nous ouvriez vos portes. Même en Afrique on ne voit pas ça. Vous avez pris le temps de vous occuper de nous et de vous intéresser à nous… sans distinction de race. Ne baissez pas votre main sur nous. Nous avons besoin de votre soutien jusqu’à notre prise en charge.
 
 

Liens utiles 

Pot commun : https://www.lepotcommun.fr/pot/0qkp8k8g

La tragédie du miel amer, film d’AutonoMIE à propos du DDAEOMIE : https://www.youtube.com/watch?v=xAXqQTiZINk

Guide hébergeant-es : http://www.mailodie.fr/lukaz/Telechargements/Guide_A5_web.pdf

Guide infoMIE : https://infomie.net/IMG/pdf/vf_version_complete.pdf

Contact : autonomie@riseup.net

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.