La brigade anti-criminalité était invitée à l’inauguration du Mirail-Vinci-Eurovia

...mais pas à un cours sur l’intersectionnalité !

Ce jeudi 24 novembre était inaugurée la nouvelle ère dans laquelle entre le Mirail-Jean-Jaurès-Vinci-Eurovia. Les notables locaux ont pu célébrer en toute sécurité les bâtiments privés lisses et aseptisés, les couloirs blancs, caméras de vidéosurveillances et vigiles.

Présent-e-s à ce petit gala de l’entre-soi dominant : l’ancien président Minovez, l’actuel, la présidente de Région Carole Delga, la députée Martine Martinel et plusieurs crânes chauves du milieu politricard et universitraître. Ils et elles ne se sont pas étouffé-e-s avec les petits fours.

Pour protéger tout ce gratin, une surveillance qui se veut discrète en ce sacro-saint lieu du Savoir. Discrète mais néanmoins très dense : l’équipe habituelle mais nombreuse des vigiles-briseurs de grève qui hantent habituellement la fac, des vigiles niveau ++ en costard et oreillette sortis d’un James Bond, des BAKeux, etc. Marche également à côté des encravaté-e-s ce qui semble être un gradé dont la veste passe-partout laisse entrevoir un écusson POLICE. Une voiture de police sérigraphiée est en stationnement sur un parking vers l’entrée de la fac. Qui viendrait chahuter la fête saurait être reçu-e !

Difficile exercice certainement pour les encravaté-e-s : s’assurer que leur domination soit bien là mais qu’elle soit imperceptible, inquestionnée. Que la petite promenade de santée, les poignées de main et les sourires factices aux dents blanches rendent bien en photo. Le tout en n’ayant pas l’air d’être prêt-e-s à déployer la violence de l’Etat pour maintenir l’ordre social. En entretenant auprès des étudiant-e-s une légitimité d’ordre universitaire.

Car c’est également de ça qu’il s’agit dans cette nouvelle ère : rompre avec le passé et l’histoire des luttes, avec la "mauvaise image", la "réputation sulfureuse" ; "oublier les mauvais fantômes qui l’avaient paralysée pendant deux mois fin 2014". Finies la grogne, les petites chahutteries à vélléités politiques : place au consensus des bâtiments neufs, à la pédagogie à l’ère numérique, à la recherche de l’excellence et autres bullshit.

De leurs côtés, les médias rafolent de cette rénovation à coups de centaines de millions d’euros et de privatisation, ne tarissent pas d’éloge sur la canopée (le toit moche duquel pendent des caméras de surveillance discrètes, hautes et hors d’atteinte. Quelle belle fac avec son application GPS pour se retrouver sur le campus et le paiement instantané au distrib’ par carte étudiante !

Ironie du sort, se déroulaient également à quelques mètres des élections de département et le rabattage syndical des étudiant-e-s. D’un côté, les décideurs et décideuses pavannent sous protection, de l’autre nous sommes invité-e-s à jouer le rôle du vernis démocratique et de la délégation de pouvoir. Votons, votons ! Choisissons la couleur du prochain bâtiment VINCI ou le corps de police qui rôde sur le terter.

Si pour nous la défense de l’université n’est pas une fin en soi, la tendance actuelle à la privatisation et à la sécurisation ne fait pas rêver. Pour celles et ceux qui en douteraient encore, l’université n’est pas plus à l’abris de la vague autoritaire en cours que le reste des "services publics" ou de la société. Ce n’est pas un Temple, une retraite où il fait bon vivre entre gens de bons esprits, hors du monde et de ses problèmes.

Désertons la fac ou habitons-la : taggons nos murs et leurs caméras !

PS : la rumeur court que malgré le dispotif policier, quelques-unes se seraient amusées à chahuter la balade de plaisance : qu’en est-il ?

P.-S.

La Dépêche rapporte :

"Un projet vilipendé justement par une vingtaine d’étudiants contestataires (une autre tradition du Mirail), qui ont accueilli les personnalités sous quelques cris d’oiseaux en dénonçant la sélection, la privatisation du campus via le partenariat privé-public et la fameuse fusion, synonyme pour eux de suppressions de filières et de formations…. Pas de quoi troubler la sérénité de Daniel Lacroix, le nouveau président de l’université Jean-Jaurès, presque étonné de constater, qu’en trois petites années, le chantier avait été bouclé, « dans le respect des délais, des coûts et de la qualité ». Certes, il reste encore quelques aménagements paysagers de quelques allées à finaliser, dont la rue de L’Université, entièrement repensé, qui « remettra la faculté dans la ville ». Mais le campus a clairement changé de physionomie et d’époque. Et comme préparer l’avenir ne veut pas dire sacrifier la mémoire, une plaque a été dévoilée en hommage à l’ancien président emblématique de l’université qui s’appelait encore le Mirail : Georges Mailhos. Vous avez relevé l’homonymie ? Oui, le père du préfet. Séquence émotion."

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

  • 28 novembre 2016

    Je me demandais pourquoi avoir refait cette fac qui avait déjà été massivement rénovée il y a 25 ans (et dont de nombreux bâtiments neufs ont été détruits en passant — 25 ans, c ’est neuf, putain !) : #PPP.

    Maintenant, va falloir rentabiliser la vache à lait : 5000€ la prise électrique ? Libéralisation des droits d’inscription ?

    J’ai l’impression que c’est un cheval de Troie, cette histoire.

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.