Manifestation hommage à Rémi Fraisse 26 octobre 2016

Il y a deux ans Rémi Fraisse a été tué par les forces de l’ordre sur la ZAD de Sivens. Une manif en hommage a eu lieu à Toulouse réunissant plus de 400 personnes, manif sous haute tension et accompagnée d’un dispositif policier disproportionné. Elle s’est très bien déroulée et contrairement au dires des merdias de masse, elle était autorisée, oui, nous bravons les interdit, désobéissons quand cela est nécessaire mais à quoi bon mentir à propos d’une manif autorisée si ce n’est pour alimenter la peur et faire passer les « zadistes » pour des hors la loi vis-à-vis de la population ??!

Devant le Monument aux morts, plusieurs prises de paroles ont rendu hommage à Rémi mais ont aussi dénoncé une répression, rappelant notamment la mort d’Adama Traoré cet été, de Vital Michalon en 1977, la violence des milices fascistes qui, pas plus tard que dimanche 23, ont essayé d’empêcher la commémoration à Sivens en blessant 3 femmes au couteau, l’impunité policière, le démarrage de travaux sans que tous les recours aient été épuisés de Grands Projets Nuisibles et Imposés (détruisant l’environnement et bafouant la démocratie). L’accent a été mis sur le fait que Rémi a été tué sur un chantier illégal, la décision de justice rendue par le Tribunal Administratif de Toulouse ayant donné entièrement raison aux opposant.e.s au barrage en annulant la DUP [1] du barrage du Testet.

Ni oubli ni pardon

Puis le cortège s’est mis en mouvement, direction Arnaud Bernard.
Le dispositif policier mis en place était impressionnant : BAC en civil, policier.e.s, CRS, gendarmes mobiles… Les forces de l’ordre encadraient l’intégralité du cortège et bloquaient toutes les rues menant vers le centre-ville.
Malgré la provocation de ce déploiement des forces de l’ordre, aucun incident notable n’est survenu.

Des slogans ont été scandés tout au long du parcours. Certain.e.s rendaient hommage à Rémi Fraisse mais rappelaient les autres personnes tuées par la police (« Rémi, Adama, Zyed et Bouna, on n’oublie pas ! On pardonne pas ! ») d’autres dénonçaient la répression et les violences dans les quartiers, les ZAD ou envers les réfugiéEs (« De Sivens à Calais, solidarité ! », « A bas l’état, les flics et les frontières ! ») mais tou.te.s interpellaient sur les violences et l’impunité policières (« Police partout, justice nulle part ! », «  Tout le monde déteste la police ! » et « La police mutile, la police assassine ! », « flic suicidé, à moitié pardonné ! »).

Les prises de paroles ont repris à Arnaud Bernard et ont souligné qu’il ne s’agissait pas de ne s’en pendre qu’aux « lampistes » mais bien à tous les maillons de la chaîne des responsabilités de ces crimes policiers. Les donneurs d’ordre et les fabricants d’armes, on ne les oublie pas !

Banderole au Monument aux morts

Le lendemain, on a pu voir, aux alentours de 8h, une banderole déployée au Monument aux Morts : « Pour Rémi Fraisse, 26/10/14, ni oubli, ni pardon ». Les flics, certainement prévenu.e.s par les scruteurs de caméras, sont venu.e.s l’enlever très rapidement.
C’est « rigolo » parce qu’au moment où on voyait cette remarquable banderole se faire enlever, on a pu lire dans un article du journal du matin les prévisions de Moudenc sur la vidéosurveillance et la vidéoverbalisation !!
Donc bravo à l’une des ces 200 caméras en service à Toulouse mais qui seront, dès 2017, 350 et dotées d’un système « d’intelligence artificielle » permettant de détecter les « comportements suspects !! Pour votre sécurité vous n’aurez plus de liberté !

Ces actions prouvent qu’on ne lâchera pas, que nous gardons en tête la relax des flics responsables des morts de Zyed et Bouna 10 ans après leurs décès, que nous allons continuer à dénoncer les crimes policiers, les expulsions, de Calais à NDDL en passant par Toulouse (à la CREA, pas plus tard qu’hier, à 2 jours de la trêve hivernale !!!), le bétonnage et les partenariat public-privé profitant à des promoteurs crapuleux pour la plupart du CAC 40. Nous ne voulons pas de leur monde autoritaire, sécuritaire et capitaliste !

Notes

[1Déclaraton d’Utilité Publique

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.