Revue de stress - du 20.02 au 5.03

La revue de stress c’est une sélection d’articles tirés de la presse dominante qui à un moment donné peuvent avoir un intérêt pour nos luttes, même si les infos sont toujours abordées sous un angle qui nous va pas. Dans ce numéro, une petite contribution qui couvre une période de deux semaines. Et on peut touTEs alimenter les prochaines éditions, c’est très facile, ça se passe sur cette page.

Élections

Près de 150 personnes se sont rassemblées samedi 4 mars devant l’Espace André Jarlan à Rignac dans l’Aveyron pour manifester contre la venue de Marine Le Pen. Elle continuera sa campagne présidentielle dans la région Occitanie la semaine prochaine. Le jeudi 9 mars, la candidate FN tiendra un meeting à Mirande dans le Gers.

Tech

Météo France, Airbus, Airbus Défense & Space, l’Institut de recherche en informatique de Toulouse (IRIT), l’École supérieure d’éthique des sciences, étaient réunis vendredi à Toulouse dans le cadre d’une table ronde sur l’utilisation et l’organisation du Big data et de l’Intelligence Artificielle en Occitanie organisée par l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) à l’occasion des journées de l’Intelligence Artificielle du 1er au 3 mars. Sur les 17 centres que compte l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), le pôle d’Auzeville près de Toulouse, est le seul à posséder son propre data center, c’est-à-dire une pièce remplie de puissants calculateurs qui traitent 24h/24 et 7j/7 les données issues des différentes études en cours, en Occitanie et partout en France. "À Montpellier, nous testons une machine à vendanger, qui, une fois correctement programmée, discerne les diverses qualités de raisin, et les trie au moment du ramassage », indique Thomas Schiex, chercheur en IA. « De nouveaux instruments d’analyse chimique aident aussi les œnologues dans l’assemblage des vins en identifiant rapidement les principaux composés aromatiques des cépages ».

La coordination antinucléaire du Sud-Ouest a décidé de mettre en place un réseau citoyen de surveillance des rejets gazeux des réacteurs de la centrale nucléaire de Golfech, dans le Tarn-et-Garonne. Ce réseau se composera de bénévoles équipés à domicile de détecteurs de radioactivité, et résidant en Lot-et-Garonne, Tarn-et-Garonne, Lot, Gers et Haute-Garonne. En cas de dose anormale détectée par l’un de ces appareils, une alerte sera lancée auprès de la Criirad (Commission de recherche et d’information indépendante sur la radioactivité), pour une seconde analyse réalisée avec un appareil plus perfectionné, basé à Toulouse. Ce premier réseau de lanceurs d’alerte sera présenté les 10 et 11 mars. Vendredi 10 mars, un premier rendez-vous est fixé de 18 h 30 à 23 heures salle Picasso à Agen. Une soirée projection débat permettra de faire le point sur la filière nucléaire française (58 réacteurs pour 19 centrales), et sur les questions de sûreté (Fessenheim, Flamanville, etc.) en présence de Roland Desbordes, président de la Criirad. Samedi 11 mars, de 9 heures à 14 heures, à la salle des fêtes de Pommevic, se tiendra un stage de formation pour celles et ceux qui souhaitent rejoindre le réseau de surveillance militant.

Travail

En grève depuis mardi, une dizaine de salariéEs ont bloqué l’entrée de la plateforme logistique Téréva à Montauban dans la nuit du vendredi 3 mars. Les forces de l’ordre sont arrivées vers 9 heures et ont délogé les grévistes pour dégager l’entrée pour laisser passer les camions. Jeudi, les salariéEs avaient rencontré l’Inspecteur du travail pour dénoncer les conditions de travail des salariés et à la place d’un dialogue social, le lendemain matin on leur envoie les forces de l’ordre ! Quatre jours après le début du mouvement, la direction a refusé le dialogue social et toute négociation. « Je travaille dans l’entreprise depuis 2006 et je gagne 19 cts de plus que le Smic » lance Alexandre. Jordan De Jésus, CDD dans l’entreprise depuis septembre 2016, vient de refuser un CDI : « Je suis au Smic et le salaire est trop bas et sans espoir de revalorisation. J’ai rejoint le mouvement de grève, pour soutenir mes collègues ».

« Le public n’a pas conscience de la mission essentielle qui est la nôtre au sein de la société », défendent Marie-Aude, qui exerce à Carcassonne, Sandra dans la Haute-Vallée, et Emilie à Limoux et dans le Limouxin, toutes trois infirmières libérales. La nomenclature de leur métier [1] et le dernier décret d’application (2011) ne sont plus dans le coup, voire obsolètes. « Notre métier n’est pas une sinécure. Nous avons obligations de soins permanents envers nos patients. Cela signifie des amplitudes horaires quotidiennes très larges, l’obligation de travailler le week-end à tour de rôle avec un(e) associé(e). Seules, c’est impossible de tenir. Des récentes études révèlent qu’à l’âge de la retraite 20 % d’entre nous seront frappés d’invalidité, et notre espérance de vie est en moyenne réduite de sept années », explique Marie-Aude. « Sur un territoire tel que l’Aude, où le maintien à domicile des personnes âgées est un choix politique, notre rôle est crucial dans la prise en charge des personnes âgées », commentent ces infirmières qui exercent, bon gré mal gré, des tâches de nursing auprès d’une population dépendante. Elles n’ont pas le droit de faire grève.

Métropole

Marier n’est pas un long fleuve tranquille. Les dérives de cérémonies bruyantes, de voitures mal garées, d’une circulation anarchique… énervent Christine Escoulan, l’élue en charge des mariages à la mairie de Toulouse, qui fait état de retards excessifs, d’insultes à son encontre, voire de « tapes sur l’épaule ». Hier, elle a présenté une Charte pour rappeler « les règles de sécurité, de civilité, de citoyenneté et de laïcité à observer ». La Charte, qui doit être signée des futurs époux lors de leurs démarches, prévoit une série d’interdictions : le stationnement place du Capitole et sur la rampe d’accès au parking, et, à l’intérieur de l’Hôtel de ville, « les manifestations sonores », la présence de musiciens, le jet de confettis, les drapeaux et banderoles…

Santé

La première unité d’enseignement en maternelle pour enfants autistes d’Aveyron, mise en place à Rodez, a été inaugurée hier. Elle accueille sept enfants. Dans le bâtiment réservé aux enfants de maternelle, la salle de classe ressemble à toutes les autres ; seul diffère le nombre d’élèves et d’enseignantEs, réduit pour les premiers cités mais accru en ce qui concerne les seconds. Ce nouveau type de dispositif était prévu par le troisième « plan autisme », lancé en 2013.

Plusieurs enseignantEs en Sections d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa) se sont fait les porte-voix de tous leurs collègues du Tarn, lors d’une conférence de presse jeudi soir. Iels dénoncent une baisse de dotation horaire de 2 à 3 heures en moyenne pour la rentrée prochaine, dans les neuf Segpa tarnaises. Face aux lettres envoyées par les professeurs au rectorat, restées sans réponse, les syndicats FO, UNSA et FSU prévoient une action à Toulouse dans les prochaines semaines.

Ce mardi 7 mars, une manifestation pour défendre la Santé et les services publics qui y sont rattachés est prévue. À Rodez un rassemblement est programmé à partir de 14 heures devant la préfecture, et une délégation syndicale sera reçue par le préfet à 15 heures. Les objectifs : amélioration des conditions de travail, augmentation des budgets des établissements de santé de la fonction publique hospitalière, reconnaissance de la pénibilité, abrogation de la loi Touraine qui a créé les groupements hospitaliers de territoire (GHT), abrogation de la loi Travail, arrêt des fermetures de lits et des suppressions de postes.

Colonialisme

Depuis 2014, l’université du Mirail accueillait les débats de l’l’Israeli Apartheid Week (IAW) (semaine contre l’apartheid Israélien). Cette rencontre militante organisée dans les universités d’une cinquantaine de pays a pour but de sensibiliser l’opinion sur le système d’apartheid d’Israël contre le peuple palestinien. Elle devait se tenir jeudi 9 mars à 12h30 dans l’Amphi 9 de l’université Jean-Jaurès autour de Hazem Jamjoum, doctorant en Histoire et en études du Moyen-Orient à l’Université de New York. Mais le président de l’université vient d’avertir le syndicat Union des étudiants toulousains (UET) qui était chargé de l’organisation de l’IAW , qu’il refusait qu’elle se tienne dans l’amphithéâtre prévu. Contactée par téléphone la présidence de l’université Jean Jaurès n’a pas souhaité s’exprimer sur cette interdiction. L’UET refuse de s’avouer vaincu et précise dans un communiqué de presse que « dans l’immédiat, (elle maintient) la conférence et (invite) le plus grand nombre à venir y assister.

Médias

Le groupe toulousain Hima vient de racheter le quotidien globalement assez horrible La Tribune, mais qui abritait cependant un service macro étonnamment critique des mesures du FMI et de l’UE en Grèce (cf. les articles de Romaric Godin souvent repris sur Rezo.net). Ils ont décidé de liquider ce service trois semaines après leur arrivée. Suite à l’annonce de cette suppression, les salariéEs ont fait grève le jeudi 23 février.

Police, prison, surveillance

Mardi 21 février, c’était le procès de deux personnes arrêtées à Toulouse le 15 novembre, et accusées de violence et rébellion au cours d’une bagarre pendant laquelle un coup de feu a été tiré de l’arme d’un keuf, la balle ayant fini sa course dans un mur. Même à la lecture du compte rendu du procès assez confus et très partial fait par la Dépêche, on peut se douter que le coup de feu a été tiré probablement par un des keufs et aurait pu tuer l’un des deux accusés, mais le keuf affirme que c’est l’accusé qui s’est jeté sur son arme et que le coup est parti tout seul lors de l’empoignade qui a suivi... 10 et 18 mois de ferme avec mandat de dépôt, et c’est pas fini, un autre procès les attend pour trafic de stups.

Lors d’un contrôle dans le quartier du Mirail à Toulouse, jeudi 23 février vers 23h35, deux keufs de la BST ont été blessés "par la voiture d’un homme qui n’a pas voulu se soustraire aux vérifications" (sic) . L’un a été blessé au genou et à la main et le second souffre de blessures plus importantes au torse. Le conducteur a été interpellé quelques minutes plus tard alors qu’il tentait de fuir à pied. Il a été placé en garde à vue au commissariat central. Comme dab les keufs se positionnent en pauvres victimes : "Unité SGP apporte son total soutien aux policiers intervenants, et déplore que le SAMU pourtant sollicité via le centre 15 pour médicaliser et transporter les policiers blessés ne se soit pas déplacé sur le site." Dans un communiqué publié vendredi après-midi, le CHU de Toulouse a réagi : « Après analyse du dossier et réécoute des bandes par le Pr Vincent Bounes, chef de service du SAMU 31 , il en ressort que l’appel a bien été traité par le SAMU 31 et régulé par un médecin expérimenté. Les informations données correspondaient à un seul blessé léger (traumatisme du bras) sans critère de gravité." La personne a été condamnée lundi 27 février en comparution immédiate à... 3 ans de prison ferme. Que crève la BST !!

Jeudi, la mairesse d’Albi a présenté sa politique de prévention et de sécurité. Elle annonce entre autres, 22 caméras supplémentaires, un renforcement du nombre de policiers municipaux et la création d’un centre de supervision urbain.

Un drone a survolé les toits des maisons de Foix avec une caméra thermique embarquée. L’engin a scanné les toitures de 168 habitations pour déceler d’éventuelles défauts d’isolation. L’opération a été menée à l’initiative de Grdf [2]. Le 20 avril prochain, Grdf, le SDE 09 et ALEDA rendront compte des mesures aux propriétaires concernés. Iels recevront les clichés de leurs maisons hautes en couleur ainsi qu’un bilan thermique et des conseils de professionnels pour mieux isoler leurs maisons...

Samedi un prisonnier de la prison de Perpignan, qui avait encore quelques années à purger pour plusieurs affaires, dans lesquelles il avait été condamné pour association de malfaiteurs, a utilisé la carte d’identité pénitentiaire d’un compagnon de cellule à qui il ressemble et qui devait sortir ce jour-là. L’évadé, qui a fait preuve d’une grande ingéniosité pour se faire la belle, a visiblement été moins précautionneux quand il s’est retrouvé dans la nature puisqu’il n’aura fallu que six jours pour qu’il se retrouve à nouveau derrière les barreaux : activement recherché depuis samedi, il a donc été repris dans un autre département.

Une cinquantaine de policiers de la Brigade anticriminalité (Bac) et de Police secours de Sète et Agde (Hérault) sont depuis mardi 22 février en arrêt de travail pour « burn-out » ou « dépression », un mouvement collectif pour protester contre leurs rythmes de travail, selon le syndicat SGP Police-FO. Il y a une quinzaine de jours, 150 policiers héraultais avaient saisi médecine du travail et psychologues

Une centaine de personnes ont défilé samedi 25 février matin sur les boulevards, de la place Wilson à la préfecture, contre les violences policières. Soit environ trois fois moins de monde que pour la première manifestation du 11 février organisée via les réseaux sociaux.

Patriarcat

La Dépêche pratique l’autodéfense de genre [3] avec brio dans un article très émouvant en l’honneur des "paisibles pères de famille" (traduction : mecs blancs cis hétéros) qui soit-disant "pêtent des plombs" en aggressant leur entourage et notamment leur conjointe. "L’homme poli et confus debout dans son box", "père de quatre enfants et employé modèle", "avait beaucoup bu. ne conteste rien, mais ne se souvient pas de tout." Un exemple parmi plein d’autres de traitement partial de l’info à ressortir à l’occasion pour faire des comparaisons pleines d’enseignements.

Rappel des rendez-vous évoqués

  • mardi 7 mars à 14h devant la préfecture à Rodez (Aveyron) : rassemblement pour défendre la Santé et les services publics qui y sont rattachés
  • samedi 9 mars à Mirande (Gers) : un meeting de Marine le Pen à perturber
  • vendredi 10 mars, de 18 h 30 à 23 heures salle Picasso à Agen : soirée projection débat pour de faire le point sur la filière nucléaire française
  • samedi 11 mars, de 9 heures à 14 heures, à la salle des fêtes de Pommevic : stage de formation pour celles et ceux qui souhaitent rejoindre le réseau de surveillance anti-nucléaire militant.

Notes

[1c’est à dire les tarifs en fonction des actes pratiqués

[2GRDF (Gaz Réseau Distribution France), entreprise publique qui regroupe l’ensemble des activités de distribution de gaz naturel en France.

[3c’est ironique hein d’utiliser le mot autodéfense dans ce cas, quand techniquement c’est plutôt de violence qu’il s’agit

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.