Toulouse : bientôt l’érection de 150 mètres de mépris ?

Vendredi 21 octobre 2016, le conseil municipal de Toulouse a voté une délibération qui permettra d’inscrire, dans le plan local d’urbanisme (PLU) en cours de modification, la possibilité de réaliser un immeuble de 150 mètres sur l’emplacement de l’ancien tri postal. Que du bonheur à venir !

Ce n’est pour l’instant qu’un effet d’annonce la délibération définitive devant être votée le 20 novembre prochain par la métropole [1] mais dès maintenant les promoteurs se mettent à réver. Cette annonce est une mise en bouche du projet Toulouse Euro Sud Ouest un PIM [2] dans nos faces, ou plutôt un GNC [3]. Ce plan, prévoit la réalisation d’environ 300 000 m² de bureaux, 50 000 m² de commerces, loisirs et services, et 2 000 logements
Pour avoir une idée de la hauteur dites vous que l’immeuble rose de la rue du Maroc ne fait "que" 64 metres, il faudrait en empiler deux et rajouter encore presque la moitié pour arriver à 150 m ! Il y a guère qu’une antenne à Muret pour faire plus de 150 metre [4]. Pour faire des comparaisons par vous mêmes vous pouvez allez voir ici ou . [5]
Alors voiilà ce que leur propagande veut nous faire avaler... C’est gentil c’est discret...

En fait ce sera plutôt ça

Ou ça

C’est moche, ça prend de la place... beurk !

Une machine de guerre

Soyons clair l’esthétisme n’est pas vraiment en cause dans ma détestation, ni même la hauteur. Bien sur on pourrait discuter longuement sur la psychologie particulière qui conduit à délirer sur les immeubles de grandes hauteurs et y voir une marque de puissance... Virilité désolante et néfaste.
On pourrait aussi plaider pour une bâtiment plus vert, ou plus en bois, ou mieux intégrer dans le paysage (en brique rôse par exemple)... D’ailleurs il y a de ça dans l’annonce de nous dire "on va faire une tour de 150 mètre" dans une ville ou le plus grand bâtiment ne fait pas la moitié... Nous faire parler sans fin sur la hauteur, pour nous faire accepter la tour.
Peut être que le problème majeur de ce projet, c’est la vie qui va avec. Ce sont les sièges d’entreprises, les grandes enseignes, les restaurants qui vont attirer une population de nanti.e.s. Ce sont les milliers de col blancs exploité.e.s en classe affaires qui vont envahir les rues, imposer leurs modes de vie, faire pêter les loyers, réclamer plus de sécutié pour leur voiture de luxe et des trottoires propres et lisses pour leur chaussures italiennes. C’est un modèle d’ordre et de propreté pour la ville où nous somme de la saleté et du désordre. Nous les petit.e.s, les travailleur.euse.s, les chômeur.euse.s, les traines savates et autres inadapté.e.s... [6], Les conséquences seront directement visibles dans nos conditions d’existences : nos logements, dans les lieux publics que nous pouvons investir (bar, rue...). Bien sur nous pourrons y trouver du travail de ménage, de sécurité, de vente et pourquoi pas, pour les plus diplômé.e.s, quelques strapontins en classe affaire. Mais clairement ce "dévellopement", cette "opportunité" ne sera que l’approfondissement de notre exploitation. C’est l’élargissement du centre ville commerciale et bourgeois et, par conséquence, l’approfondissement de la gentrification [7] des quartiers et des faubourgs.

Heureusement il nous reste la poésie...

L’enfer des vivants n’est pas chose à venir ; s’il y en a un, c’est celui qui est déjà là, l’enfer que nous habitons tous les jours, que nous formons d’être ensemble. Il y a deux façons de ne pas souffrir. La première réussi aisément à la plupart : accepter l’enfer, en devenir une part au point de ne plus le voir. La seconde est risquée et elle demande une attention, un apprentissage, continuels : chercher et savoir reconnaître qui et quoi au milieu de l’enfer, n’est pas l’enfer, et le faire durer et lui faire de la place.
Italo Calvino, Les Villes Invisibles.

Notes

[2Projet d’Intérêt Majeur

[3Grosse Nuisance du Capital

[5Sur ce dernier lien en fouillant un peu vous avez plein d’info sur les projets toulousains (et pas que) n’hésitez pas à partager vos découvertes...

[6je me permet de faire exister un NOUS fictionnel, plus rêvé que réel. J’aurai pu utiliser de grande catégorie Prolétaire pour souligner la commune condition besogneuse, populaire ou peuple pour faire nombre mais bon comme dit Michelle Tor "On ne sait pas de quoi sera fait l’alliage du marteau qui brisera nos chaines."

[7remplacement d’une population par une autre plus riche

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.