Tout le monde ne s’appelle pas Christine Lagarde

La répression n’en finit plus de tomber sur les manifestant.es contre la Loi Travail. Cinq mois après la fin du mouvement, la justice continue de faire des exemples. Et, tranchant avec l’actualité politique du moment, elle punit même celleux qu’elle reconnaît innocent.es ! Retour avec le CAMé sur le procès du 14 décembre de deux maniefstants.

Le CAMé revient sur le procès du 14 décembre opposant deux flics (dont le fameux Laurent Sindic [1]) à deux étudiants accusés d’avoir participé à la manif du 28 avril contre la Loi Travail.

Pour rappel, c’est celle qui s’était faite stoper nette devant l’espace Saint-Georges. Une partie des manifestant.es, derrière une banderole renforcée, avait tenté de faire reculer le barrage de flics. Sans succès. Mais, dans la mêlée, Sindic recevait un casque venu du ciel, qui lui occasionnait cinq points de suture. Un autre flic fragile se cassait une phalange de l’auriculaire en repoussant l’assaut.

L’action a été filmé et mise en ligne sur YouTube. C’est sur cette vidéo que s’est appuyée l’enquête, aucun policier n’étant capable de reconnaître qui que ce soit. A partir de 2min32 :

C’est Francis Boyer qui sévit ce jour là dans la salle 5 du palais d’injustice : un procureur muté à Toulouse parce que trop raciste au goût de la juridiction nîmoise dont il est originaire. [2]

Sindic, Boyer, tous les ingrédients sont réunis pour une audience gratinée. C’est ce qu’a du penser une fonctionnaire, qui s’assure avant l’audience que personne n’enregistre, allant même jusqu’à demander à celleux qui écrivent pourquoi iels le font... Au beau milieu du procès, le procureur fait expulser une personne soupçonnée d’enregistrer avec son téléphone portable. Voilà pour l’ambiance.

Et quand on lit ce qui s’est dit ce jour là, on comprend mieux pourquoi... Un procès ubuesque dans lequel juges, proc et flics donnent allègrement dans la provocation.

La Cour Européenne des Droits de l’Homme, cette tarte à la crème

Comme Sindic quand il affirme : « Si j’avais pris ce casque de face, j’aurais été défiguré, un oeil crevé… » Les innombrables éborgnés du Flashball apprécieront...

Ou comme Boyer, quand il oppose aux manifestant.es violent.es d’aujourd’hui les... sans-culottes de 1789. Ne doutant visiblement de rien, il osera : « Je vais vous parler d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Au Larzac, si on lançait quelque chose, c’était un fromage de chèvre, c’était à la limite pittoresque ! » Ou encore : « Les forces de l’ordre nous protègent, elles sécurisent le parcours, un fou furieux pourrait foncer sur le cortège avec un camion ! » Et puis, « nous sommes dans une société de droits, le corps, c’est sacré.  » Une société de droit divin peut-être ?

Le juge, non satisfait de la réponse qu’un des inculpés lui donne quant à son refus du prélèvement ADN, s’impatiente : « Mais, par principe, vous êtes pour ou contre la constitution de fichiers ? » On fait même plus semblant de juger des faits ?

Sur l’ADN, toujours, la défense fait parvenir à la cour un arrêté de la Cour Européenne des Droits de l’Homme qui condamne la France pour ses pratiques en matière de fichage. Réponse du proc : « On nous parle de la CEDH, la tarte à la crème ! Quel est le rapport avec ce qui nous préoccupe ? La loi française ne discrimine pas entre les suspects et les condamnées, oui et alors ? Est-ce que ça remet en cause l’infraction pénale ? »

Bref, le détail de l’audience est à retrouver sur le site du Collectif AutoMédia étudiant. Le verdict :

Le premier accusé bénéficie d’une relaxe, la vidéo le disculpant. Pour s’excuser de l’avoir jeté en garde à vue sans la moindre preuve, la cour le condamne à 70h de TIG pour refus de prélèvement ADN... Il est assez intéressant de relever que quelques jours plus tard, Christine Lagarde était reconnue coupable dans l’affaire Tapie mais dispensée de peine. On parle d’une escroquerie à 400 millions d’euros...

Malgré la vidéo qui disculpe également le deuxième étudiant (on le voit, tambour en main, pris par le mouvement de foule), celui-ci est condamné à verser 3000€ à Sindic, 2000€ à l’autre flic, ainsi que 600€ de frais de justice.

S’il comptait travailler pour payer tout ça, pas de bol, il écope aussi de 140 heures de TIG. Boyer, dans ses réquisitions, avait dit qu’il « mettrait bien toute cette énergie au service de la société. » Un humour visiblement apprécié par la cour...

P.-S.

Pour aider les victimes de la répression, contactez la Caisse d’Autodéfense Juridique à caj31@riseup.net. Prochain concert de soutien le 23 décembre à l’Internazionale.

Notes

[2Il avait notamment déclaré, en pleine audience : « Un gitan qui a avalé l’agneau dont on voit la queue sortir de sa bouche soutiendra encore qu’il ne l’a pas volé ! »

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.