Warning: imagecreatetruecolor(): Invalid image dimensions in /home/mediaslibres/public_html/plugins-dist/filtres_images/filtres/images_transforme.php on line 391

Warning: imagecolorallocate() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/mediaslibres/public_html/plugins-dist/filtres_images/filtres/images_transforme.php on line 399

Warning: imagefill() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/mediaslibres/public_html/plugins-dist/filtres_images/filtres/images_transforme.php on line 401

Warning: imagecopy() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/mediaslibres/public_html/plugins-dist/filtres_images/filtres/images_transforme.php on line 403

Warning: imagejpeg() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/mediaslibres/public_html/ecrire/inc/filtres_images_lib_mini.php on line 511

Warning: imagedestroy() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/mediaslibres/public_html/plugins-dist/filtres_images/filtres/images_transforme.php on line 406
Dans la montagne Noire, la zad d'Albine contre les éoliennes - IAATA

Dans la montagne Noire, la zad d’Albine contre les éoliennes

Citoyen-ne-s contre les éoliennes industrielles. Dans la montagne Noire, à Albine, au dessus de Caunes-Minervois, le parc du Haut-Languedoc abrite forêts de hêtres, de chataigners ainsi qu’une flore et faune tres diversifiée. Niché à 900 metre d’altitude, Valorem, 4ème groupe mondial « d’opérateur en énergie vertex » décide de créer un énième parc éolien au centre d’un écosystème naturel et sauvage. (cf. Saint-Victor en Aveyron).

Ceci n’est certainement pas une un projet écologique, ni une transition énergétique mais bien une transaction économique d’un nouveau capitalisme vert, qui est le nouvel eldorado financier pour Vinci, EDF, Areva, GDF Suez et bien d’autre.
Les derniers recours administratifs épuisés, le chantier vient de commencer.
La lutte s’organise. En soutien à la mobilisation locale une nouvelle zad a vu le jour depuis quelques semaines.

Ceci est le témoignage d’une journée de lutte

Résistance ce lundi 11 juillet 2016 dans la Montagne Noire, au Roc de Peyremaux

 - 30.6 ko

« A qui la faute ? Aux habitant-e-s ? Aux zadiste-e-s ? Non ! Huit fois non ! Elle incombe entièrement aux éoliennes industrielles. « Comment ça ?! » Alors que certain-e -s les imaginent comme de grands oiseaux blancs annonciateurs de la sortie du nucléaire, d’autres, qui les connaissent très bien, savent que ce sont des charognardes de la finance déguisées en colombes. Lorsque les habitant-e-s apprennent l’implantation de huit nouvelles éoliennes,elles / ils se proposent d’organiser un forum au Roc de Peyremaux afin d’informer les gens sur la supercherie. Mais une semaine avant la date prévue, pris de court (le vent, c’est d’ l’argent !), ils/elles constatent la réalisation des pistes d’atterrissage pour ces monstres ailés. Habitant-e-s et zadistes décident d’intervenir. Le jeudi 7 juillet, un premier blocage est effectué.Elles/ Ils sont une poignée mais parviennent à négocier le retrait des engins jusqu’à la fin de la semaine. A l’issue du forum, décision est prise de reconduire l’action de blocage. Une participante raconte ce lundi 11 : « Une marche lente est prévue pour ralentir l’arrivée des engins qui finissent de préparer l’accès au site éolien. Dès 7h00 du matin, nous rencontrons la gendarmerie locale qui nous explique l’illégalité de notre présence sur cet axe. Désobéissance mais non violente et légitime. Le scénario « marche lente » fonctionne. En fin de matinée, une partie des engins empruntent une autre piste pour accéder au chantier. La quarantaine d’opposant-e-s alors présent-e-s et déterminé-e-s se divisent en deux groupes. Le premier blocage se stabilise à 2 km, le second… à 300 mètres environ du point névralgique. En début d’après-midi, une trentaine de gendarmes arrivent sur place. Nous devons adopter une nouvelle stratégie. Nous nous asseyons, bras et jambes liés. Les forces de l’ordre nous délogent assez violemment, au vue de notre attitude, certes claire et convaincue, mais résolument non-violente. Désenchaînés, nous reprenons à plusieurs reprises la formation. Après une heure, ce ne sont plus les forces de l’ordre mais nos corps souffrant des « désenchaînements » musclés qui commencent à nous rappeler à l’ordre… La pelle finit par toucher son objectif, mais l’heure tardive, la fatigue de toutes et tous, et l’arrivée des journalistes ne permettront pas la reprise du travail. Pour nous, une journée de gagnée ! Forte émotionnellement de part la violence subie mais surtout par la résistance aboutie et vécue dans une solidarité rare et belle, elle n’est que le préambule d’une lutte qui se révèle âpre. La mobilisation du plus grand nombre dans cet état d’esprit de reste le premier atout de notre lutte. Nobles oiseaux attentifs à leurs territoires, nous n’aurons de cesse de les survoler et les défendre. »

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

  • 30 juillet 2016

    Perquisition vendredi 29 juillet sur le campement d’occupation de la zad d’Albine (le campement quand à lui est situé sur la commune de Lespinassière, dans l’Aude). Suite à quelques échaufourées sans conséquences, et après lui avoir mis la pression, le préfet de l’Aude a obtenu du maire de lespinassière un arrêté municipal lui permettant d’aller chercher des noises aux zadistes. En pure perte, les pandores sont repartis bredouilles.

    Depuis une bonne semaine, que la tension monte et que les actions se multiplient, Valorem a engagé une milice conséquente pour faire face à l’opposition déterminée à l’avancement du chantier, huit vigiles visiblement tous étrangers (dont certains armés) équipés de deux chiens d’attaque m’ont interdit toute possibilité d’évaluer l’avancement des travaux.
    Valorem n’a de toute évidence pas peur d’une éventuelle bavure, le préfet du tarn n’a pas retenu les leçons de Sivens, il souhaite sûrement ajouter une deuxième tache sur le peu d’honneur qu’on lui suppose encore.

    Attention, désormais tout véhicule motorisé non autorisé circulant ou stationnant entre le col de Salette et la zad est passible de 135 euros d’amende.
    Approche encore possible du campement par la piste de Lafage, direction Castan à partir de Lespinassière.

  • 21 juillet 2016

    le lundi 18 juillet, zadiste et paysans locaux sont descendus de leur montagne pour un blocage avec barrage filtrant devant la mairie d’Albine ( co-promoteur du projet éolien), dès 06h3O. A 8h30, après l’arrivée de la gendarmerie de Saint Amant Soult, puis celle de Castres, ils ont été délogés par l’équipe du PSIG. Ceux-là même qui se sont illustrés au Testet.
    Rejoints dès neuf heures par le collectif TNE (toutes nos énergies, qui lutte contre la peste éolienne dans le parc du haut languedoc), une présence pacifique mais déterminée s’est poursuivie jusqu’à 11h. Dans son grand courage, le maire d’Albine a fait une courte apparition après 10h. Une bonne Trentaine de gendarmes sont restés mobilisés toute la matinée, alors que les engins (un véhicule accompagnant, un camion benne et 4 camions de graviers) rejoignaient le site du chantier non sans quelques désagréments (crevaison malencontreuse) ou malheureusement, un feu de souche ne permettait pas la reprise des travaux avant l’intervention des pompiers. C’est pas de chance pour nos génie de l’aménagement du territoire (sans compter l’ingratitude du bas peuple... bien sûr, et des investisseurs albinols totalements absents)

    L’occupation continue sur la zad d’albine, flêchage à partir du col de Salettes. Puis, au quatre chemins, prendre à gauche.

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.