2019 Gilets Jaunes Acte I - Toujours vénères

Retour sur le première journée des Gilets Jaunes 2019 - Secteur Carmes

Il était prévu que l’acte I des Gilets Jaunes 2019 serait vénère. Il l’a été. Parti du square De Gaulle vers 13.30, les deux premières heures on été l’occasion pour le cortège d’une petite balade dans la vieille ville, sous l’escorte d’une dizaine de flics. Direction, ensuite, Wilson et Victor-Hugo, pour remonter vers le Cap via Rivals et Remusat. Un premier arrêt permet d’évaluer l’ampleur de la manif. Apparemment, le Ministère de l’Intérieur est toujours dans le déni puisque la préfecture annonce un chiffre de 2000 manifestants. Le cortège repart dans les petites rues pour un autre petit tour. Les grosses enseignes ont baissé leur rideau (Primark, bien sûr, les Galeries Lafayette et Monoprix). Peu de flics en vue, exceptés quelques baqueux qui font le pet à l’entrée de certaines rues. Le gros de la troupe s’est massé le long du boulevard Carnot pendant que le camion à eau est resté à Esquirol.
On sent des premières effluves de lacrymos à l’approche de la Préfecture. L’entrée est protégée par une dizaine de flics rue Sainte-Anne ce qui n’aura pas empêché certain.e.s manifestant.e.s de donner quelques couleurs à la façade pour égayer cet après-midi.
De retour au Capitole, le ton monte un peu plus. Les flics bloquent la rue Rémusat et l’accès au square De Gaulle, pendant que deux voltigeurs surveillent la rue du Taur. Le cortège repart par la rue Gambetta en direction de la rue de Metz. Au niveau du Pont-Neuf, une escouade bloque l’accès au pont obligeant tout le monde à repiquer vers Esquirol. Au niveau de la rue de la Bourse, une troupe de baqueux commence à allumer tout le monde. Quelques bouteilles sont balancées en riposte mais l’air est vite saturé de lacrymos.
Une première barricade est dressée au croisement des filatiers et de la rue Saint-Rome pour faire face aux flics qui font usage des flash-balls en plein milieu de la rue. Un peu plus loin, rue du Languedoc, une seconde barrage érigée à l’aide des gros pots d’arbuste de la municipalité bloque l’accès. Quelques mètres après, c’était un récup verre et une poubelle qui avaient un peu plus tôt servis d’abrasif pour une autre barricade. Posté aux Carmes, la BAC allume tout ce qui bouge et balance les lacrymos. Le cortège est coupé en deux et une partie se rabat vers les Filatiers. Planqués derrière les chiottes urbaines, les flics continuent à tirer au niveau du croisement. Une partie des manifestant.e.s se replie vers les Polinaires mais tombe nez à nez avec un troupeau de la BAC qui se met à les courser. Dans l’autre sens, le cortège est pris en tenaille par une autre troupe de baqueux qui font des moulinets avec les tonfas. La poursuite ne dure pas et tout le monde se disperse dans les petites rues pendant que l’hélico fait du surplace sur le quartier. Pour cette fois, mis à part la façade de la Caisse d’Epargne bien taggée de messages explicites, les banques ont plutôt été épargnées. En revanche, certaines agences immobilières ont pris cher.

P.-S.

Initialement paru sur https://eclatsdeluttes.noblogs.org

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)


À lire également...

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.