3 mai 2016 : rassemblement à l’Université du Mirail à l’appel du comité de mobilisation

Mardi 3 mai à 14h, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, Carole Delga, présidente de la région et membre du Parti socialiste, le préfet de la région Midi-Pyrénées et le préfet du département de la Haute-Garonne se retrouvent à l’Université de Toulouse le Mirail (devenue Jean-Jaurès) pour inaugurer les nouveaux bâtiments (un construit en PPP avec Vinci et un autre en PER donc encore public).

Tout le gratin politique sera donc réuni à un même endroit, dans notre université. Invité à une inauguration à laquelle les étudiant-e-s ne sont même pas convié-e-s alors qu’à en croire la présidence de l’université ces nouveaux bâtiments étaient faits pour nous ...

Rapide tour de présentation.

Vinci au Mirail, c’est :

  • l’endettement et la soumission de l’université publique : un loyer de 8 millions d’euros par an payé par la fac à Vinci pendant 20 ans et la faillite de l’université
    publique.
  • 16 filiales de sous-traitance sur le chantier et l’exploitation d’ouvriers/ères bon marché dont un tiers d’intérimaires. Une division et une précarisation des salarié-e-s qu’essaye d’instituer le Parti Socialiste avec la « loi Travail »..
  • 180 fissures dans les murs du bâtiment Olympe de Gouges au bout de 9 mois d’existence ; une obsolescence programmée et une rentabilité accrue.
  • une sécurisation excessive des bâtiments Vinci avec une armée de vigiles précarisé-e-s.
  • la dépolitisation totale de l’université : arrachage des affiches permanent, nettoyage immédiat de toute expression libre.

Caroline Delga, c’est :

  • une députée du Parti Socialiste qui va choisir dans les jours à venir si la loi Travail sera entérinée par l’assemblée nationale.

Moudenc, c’est :

  • celui qui augmente sans cesse le budget pour la police municipale et qui dans un même temps diminue drastiquement les subventions des associations.
  • un réactionnaire qui défilait en tête des cortèges de la « Manif pour tous ».
  • un maire qui demande aux syndicats de virer des manifestations les personnes qui pourraient « la perturber » et qui il y a un an a voulu déloger ces mêmes syndicats de leurs locaux.
  • Un homme politique qui défend la libéralisation du travail et la casse de nos droits.

Les préfets, ce sont :

  • ceux qui donnent les ordres aux CRS d’intervenir . Ce sont eux les responsables politiques des blessé-e-s et interpellé-e-s en manifestations.
  • ceux qui ne nous laissent manifester que sur les boulevards et interdisent tous les autres parcours de manifestations.

RE-APPROPRIONS NOUS L’ESPACE PUBLIC
CONTRE LA LOI TRAVAIL, LA PRIVATISATION DES FACS,
L’EXPLOITATION ET LE CHOMAGE DE MASSE !

RENDEZ-VOUS MARDI 3 MAI A 13H30
A L’ENTREE DE L’UNIVERSITE TOULOUSE LE MIRAIL

Faisons converger nos luttes !

 - 391.4 ko

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)


À lire également...

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.