A propos du meurtre d’Alexia et des connards qui régissent nos vies.

A défaut d’apprendre à me détendre j’ai appris à me défendre.

Wesh

Hier soir mon ventre s’est noué quand je t’ai entendu parler à la radio. Quand je t’ai entendu expliquer les faits. Parce que c’est vrai que dans une relation de couple y’a des situations de crises. Bah ouais. Les conflits font partis de la vie. Et que pour toutes situations conflictuelles, c’est plus ou moins violent. Ouais. Mais c’est pas vraiment ça que tu as dit, toi, petit avocat blanc au barreau de Besançon. C’que tu as dit c’est que Jonathan à tué par accident Alexia, lors d’une crise de couple. C’est c’que dit Jonathan, lui ajoute même qu’il regrette, qu’il voulait pas ouin ouin ouin... J’ai presque les larmes qui me montent aux yeux.

Han. Quel sarcasme ! Pardonne moi, mais je manque un peu d’empathie. J’ai pas appris, t’sais.

Tu sais quoi, j’ai le ventre qui se serre, j’ai envie de pleurer, de vomir même. De taper dans les murs, dans ta gueule à toi, à lui, à tous ceux qui ont un jour levé la main sur moi, sur nous. Sur tous ceux qui ont tué, sur tous ceux qui on failli nous tuer, sur tous ceux qui nous ont amoché un peu plus. J’ai envie d’hurler quand j’entend qu’il n’a pas fait exprès de la tuer. Il n’a pas fait exprès... Mais wesh. C’était les mains de qui autour du cou d’Alexia ? Pas fait exprès... Tu fais pas exprès quand tu te trompe dans les horaires d’un bus, quand tu fais tomber un verre par terre mais pas quand tu tue quelqu’unE. Ça n’a pas de sens.
T’as déjà eu peur de quelqu’un toi ? Dis moi. T’as déjà mis tes mains autour de la gorge de quelqu’unE et serré ? T’as déjà vu le regard de la personne en face se remplir de peur, de larme, de vide ou que sais-je encore ?
Parce que je crois quand même que ça se voit la peur dans les yeux de quelqu’unE. Je crois que ça se sent même. Alors me parle pas d’accident.

Comment peut-on étrangler accidentellement ? Comment peut-on sous entendre que la violence dans un couple est normale ? Ouais c’est tristement banal. Parce que être "trop chiante" conduit trop souvent à la mort. Parce qu’un verre de trop conduit trop souvent à la mort, ou au mieux au viol. Parce qu’une sale journée conduit trop souvent à la mort, ou au mieux au viol. Parce que ... et j’ai même pas envie de redonner le nombre de femmes qui meurent sous les coups de leur mari/conjoint/amant/connard qui partage leur vie ou leur lit. Je ne veux même pas parler du nombre de femmes qui se font violer chaque jour, du nombre de femmes qui se font agresser, insulter, mépriser, humilier chaque jours... Parce qu’une c’est déjà trop.
Parce que je n’en peux plus d’apprendre des meurtres, des viols, des agressions, de sentir mon ventre se tendre, mes poils s’hérriser. Je n’en peux plus d’avoir la nausée, d’avoir peur de me retrouver en compagnie d’un mec que je ne connais pas. Et pareil avec celui que je connais. D’apprendre que mes potes, amis, amants et amoureux ne valent pas mieux. Même cachés derrière leurs casquette de pro-féministe, mes ovaires ! J’en ai marre d’être triste. Marre, marre, marre.

Parce que j’ai décidé que j’allais cracher un peu mon venin ici, moi la meuf systématiquement pour ne pas dire systémiquement énervée. Parce que ouais après avoir eu le ventre noué, j’ai du éponger les pleurs d’un mec. Comme si je ne l’avais pas assez fait. Apparement non. Moi la trop méchante, tout le temps en colère. Mais tu crois que j’ai de quoi me détendre ? A défaut d’avoir appris à me détendre j’ai appris à me défendre, ouais. Et ça veut dire quoi se détendre ? Être heureuse, rigoler naïvement et trouver la vie belle ? Parce que moi j’la trouve pas belle la vie. Y’a rien de joli, joli hein. C’est facile de rire de tout, quand on est né avec une bite, qu’on s’est construit en toute quiétude avec, qu’on a la bonne couleur de peau, qu’on a grandi dans un milieu aisé. Ouais ça commence à faire beaucoup de privilèges. Check micro, 1-2, 1-2...
Bref. Ouais du coup moi j’suis pas très contente souvent, même plutôt triste, et énervée c’est vrai. Là j’ai envie de me justifier. D’expliquer encore pourquoi je suis énervée. Mais j’vais me répéter encore. Pour tout c’que j’ai dit et tout le reste que j’vis dans ma chaire. Qui m’bouffe les entrailles. Alors oui, je suis énervée et j’emmerde l’ensemble des gens qui me diront de me calmer. Wesh. J’suis énervée et je le serai tant qu’il le faudra.

Je n’ai pas envie que ça s’apparente à un quelconque règlement de compte. Genre un truc interpersoblablabla. Non. Tu peux te sentir visé, toi qui pense pouvoir avoir un droit de regard sur mon existence. Toi, qui m’a un jour marché dessus, qui écrase mes soeurs, piétine mes alliées ou même toi qui te crois suffisamment déconstruit.
Sens-toi visé, on te quitte pas des yeux.

Je t’emmerde, Cordialement.

Une meuf vénère.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

  • 7 février

    Hey...
    Merci pour ce coup de gueule...
    Juste un petit détail : on peut être "née avec une bite" (ou en tout cas un truc qu’on te dit que ça s’appelle une "bite"...) et subir ces mêmes violences dont tu parles si bien...
    Et même, être une femme née avec une bite c’est probablement beaucoup plus risqué (en moyenne)... Je crois pas qu’il y ait de chiffres fiables en france, mais aux USA selon les estimations, pour une femme, être née avec une bite ça veut dire 4 fois plus de chance de se faire buter.
    Pour ma part j’ai failli me faire tabasser (au minimum) par dix mecs cis en pleine rue la semaine dernière. Heureusement j’étais en vélo et j’ai pu m’échapper sous les insultes et les jets de projectiles...

    Voir ici http://assets2.hrc.org/files/assets/resources/HRC-AntiTransgenderViolence-0519.pdf (en anglais) et aussi cette petite infographie de métro (ça vaut ce que ça vaut) https://journalmetrocom.files.wordpress.com/2015/05/transphobie.jpg

    Bisous

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.