[Aveyron] Le 21 Mars : une journée de lutte contre le transformateur de Saint-Victor et ses éoliennes industrielles

Le saccage de notre région par des promoteurs avides de profit, boursicotant avec cynisme sur les marchés de l’écologie, est plus patent chaque jour. Leur idée pharaonique est d’implanter 1000 éoliennes dans la région. Heureusement ils sont aujourd’hui ralentis dans l’expansion de leur business par la saturation du réseau électrique public. C’est pour cela qu’RTE2, en bon samaritain des multinationales, projette la construction d’un gigantesque transformateur à Saint-Victor.

Communiqué de l’Amassada [1]
.

Contrairement à ce qu’on pouvait lire la semaine dernière dans un article de Monsieur Fauconnier, la manifestation du 21 mars prochain contre le projet de méga-projet de transformateur à Saint-Victor-et-Melvieu et l’invasion des éoliennes industrielles a bien été déposée en mairie en bonne et due forme. La loi précise, que dans ces conditions, elle est donc autorisée. Cette manifestation n’a rien de « sauvage », ses organisateurs (et son parcours) se sont déclarés en temps et en heure aux autorités compétentes (pour rappel, la date limite de dépôt en préfecture est fixée à 3 jours ouvrés avant la manifestation). Nous ne pouvons que déplorer cette verve mal placée au sujet d’une initiative portée par des citoyens qui souhaitent rendre public, dans nos rues et dans le calme, leur refus de voir leur territoire saccagé et leurs terres agricoles sacrifiées. Notre but est d’informer et de faire connaître la lutte légitime des habitants de Saint-Victor contre ce grand projet nuisible de RTE et les exactions des promoteurs éoliens dans notre région. Cette tentative de discréditer notre protestation ressemble fort à une pression politique, nos voix étant par trop discordantes ; en effet, comme l’a encore affirmé Monsieur le Maire lors de notre dernière entrevue, celui-ci est favorable à l’implantation de ce transformateur de six hectares sur les terres cultivées par de jeunes agriculteurs, ainsi qu’à l’implantation de centaines d’éoliennes industrielles dans le sud Aveyron. Mais à l’heure où la liberté d’expression est plus que jamais à l’honneur, ne serait-ce pas injuste qu’elle soit encensée lorsqu’elle va dans le sens qui convient à nos élus, et bafouée lorsqu’elle leur déplaît ? La liberté ne s’use que lorsqu’on ne s’en sert pas, dit-on. C’est pourquoi nous disons haut et fort que si nous aimons notre territoire, il nous incombe de le défendre contre les diktats d’industriels nébuleux qui souhaitent l’exploiter et le défigurer en passant outre l’avis de ceux qui l’habitent. A la veille d’élections locales, nous affirmons notre refus de voir ces promoteurs, ces holdings, ces fonds de pension de la haute finance se partager notre région afin de boursicoter encore davantage sur les biens communs.
C’est pour tout cela que nous allons défiler dans les rues de Saint-Affrique samedi prochain, pour ne pas que l’Aveyron devienne une zone industrielle de l’électricité. La municipalité dispose de toutes les garanties légales nécessaires, nous attendons désormais qu’elle démontre son attachement au droit de manifester.

Vous trouverez ci-dessous le programme de la journée du 21 mars :

A SAINT AFFRIQUE

15H RDV DEVANT LA POSTE DEPART DE LA MANIFESTATION
17H ASSEMBLÉE DE LUTTE

A SAINT-VICTOR

18H30 A L’AMASSADA (fléchée depuis le stade de foot) : Repas partagé (le plat principal est offert).
20H30 PROJECTION DU FILM « Istmeno, le vent de la révolte » au centre d’art mural, en présence du réalisateur Alèssi dell’Umbria.

JPEG - 81.4 ko

.................

LE 21 MARS NOUS MANIFESTONS

* CAR à la Plaine, transformateur veut dire expropriations.

Les propriétaires refusent de vendre les 6 hectares que convoite RTE. Les jeunes agriculteurs qui cultivent ces bonnes terres du causses au sein de l’AOC Roquefort veulent y demeurer. C’est pourquoi, depuis le début de l’année, l’Amassada, une solide cabane aveyronnaise, a été construite collectivement pour matérialiser le refus de laisser ces terres agricoles être bétonnées et industrialisées.

* CAR à Saint-¬Victor, transformateur veut dire diktat.

Il y a déjà un transformateur sur la commune, au Planol, il est accompagné de 14 lignes Haute Tension et Très Haute Tension ; impossible de passer à côté. L’an passé, l’ancienne municipalité favorable au méga¬projet de RTE a été battue au profit d’un nouveau conseil qui y est opposé. Face à ce revers dans les urnes, RTE et la préfecture tentent désormais de passer en force : ils annoncent, avant même d’avoir consulté la population, l’obtention d’une Déclaration d’Utilité Publique pour la fin 2015. Celle¬-ci leur donnerait force de loi pour passer outre l’avis des habitants, des élus, des propriétaires et des agriculteurs, et commencer à déclasser et exproprier les terrains.

* CAR pour l’Aveyron, transformateur veut dire jusqu’à 1000 éoliennes industrielles, des lignes THT 400.000 volts et d’autres transformateurs.

Dans notre département, mais aussi dans l’est du Tarn et le nord de l’Hérault, les promoteurs d’énergies renouvelables s’impatientent. En effet, le méga¬-transfo de Saint¬-Victor ¬payé avec des deniers publics ¬leur ouvrirait de nouvelles perspectives commerciales. Leurs centrales énergétiques ne répondant en rien à des besoins locaux, leur production a en effet une seule vocation : être envoyée et vendue au moyen de lignes THT sur les marchés européens et mondiaux. Pour cela, l’électricité a besoin d’être concentrée et transformée. Ce n’est donc pas que d’un transfo dont il est question pour notre région, mais d’une véritable Zone Industrielle de l’Énergie qui s’organiserait tout autour.

* CAR ici et ailleurs transformateur veut dire arnaque.

Depuis 15 ans qu’elles sont en Aveyron, nous nous sommes renseignés sur les éoliennes industrielles. Et leur image d’énergie « verte » en a pris un sacré coup dans la pale. Nous avons découvert ¬ entre autres ¬ que les entreprises qui les promeuvent ici et ailleurs sont le plus souvent des filiales de groupes gigantesques (Areva, GDF, Caterpillar, Total, etc.), cachés au sein de holdings nébuleuses avides de bulles spéculatives ou de droits à polluer (crédits carbones) pour leurs filiales pétrochimiques, minières ou nucléaires. Nous avons débusqué le scandale de la CSPE (regardez au bas de vos factures EDF !), impôt sur notre consommation électrique devenu principale source de profit des promoteurs. L’argent des consommateurs et l’argent public sont ainsi utilisés pour que des fonds d’investissement internationaux s’enrichissent... Nous avons vu les élus municipaux peu scrupuleux se faire condamner pour des prises illégales d’intérêts.
Enfin, en janvier dernier, Mme Royal nous a dévoilé ce que « transition énergétique » voulait dire en annonçant l’ouverture de nouveaux chantiers de centrales nucléaires. Un transfo pour une transition comme ça : non merci !

Puisqu’on nous demande notre avis sur l’avenir de ce territoire, nous le disons :

****** LE TRANSFO NE VOLEM PAS ! ******

Plus d’information sur douze.noblogs.org

Notes

[1Depuis le 21 décembre dernier, l’Amassada trône sur le site de la Plaine, sur ces six hectares qu’RTE convoite pour son infrastructure et que les propriétaires refusent de vendre. C’est une solide cabane de 40 m2 construite lors de sept journées de chantiers collectifs. Nous nous y retrouvons une ou plusieurs fois par semaine. C’est une ZAD, un étendard du NON au transfo, une barricade contre RTE.

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.