Compte-rendu de la manifestation du 14 Avril à Toulouse

Le CAMé (Collectif Auto-Média étudiant) revient en mots et en images sur la mobilisation décevante du jeudi 14 avril. Un récit à lire in extenso sur leur blog.

Après la manifestation du 31 Mars et celle du 9 Avril, l’organisation intersyndicale a décidé de ne pas rejoindre les étudiants et lycéens qui firent appel à une nouvelle manifestation le 14 Avril.

A Toulouse, selon le trajet initialement prévu, la manifestation devait partir de Saint-Cyprien pour rejoindre le Capitole. Ce trajet a d’abord était autorisé par la préfecture avant que celle-­ci ne revienne sur sa décision la veille de l’événement. Les manifestants ont en conséquence rejoint la place Arnaud Bernard depuis Saint-­Cyprien. Le cortège était principalement composé d’étudiants du Mirail, de Paul Sabatier et d’élèves de différents lycées toulousains. Il partit vers 13h de Saint­-Cyprien alors que le départ était initialement prévu à 12h30. La marche fut rythmée par la batucada, les chants et les différentes initiatives mises en place par les manifestants, comme par exemple le cortège satyrique « Patron du CAC 40 solidaires du gouvernement » revenant d’accueillir Pierre Gataz le matin même à côté de Toulouse (article à venir très rapidement).

A noter également une importante présence policière qui encadrait la manifestation. En plus des 5 (puis 8) fourgons de CRS qui clôturaient le cortège et des unités de la BAC ayant suivi les manifestants durant tout le trajet un important « dispositif de sécurité » attendait le cortège à la place Arnaud Bernard. Comme vous pouvez le voir sur la vidéo qui suit, une dizaine de fourgons de CRS sont déjà en place avant l’arrivée des manifestants. L’effectif présent des policiers, CRS et de la BAC était disproportionné comparé à un cortège n’excédant pas les 500 personnes selon les dires de la préfecture (nous estimons plutôt 800 manifestants). Arrivés sur la place Arnaud Bernard vers 14h, les manifestants ont immédiatement été filmés par les CRS quand bien même la manifestation n’était absolument pas sortie du cadre légal autorisé par la préfecture.

Les étudiants, entourés par les forces de police, ont ensuite continué à manifester sur la place pendant une quarantaine de minutes, toujours pacifiquement. Vers 14h45 les manifestants commençaient à se disperser. Une grande partie souhaitait alors rejoindre l’université du Mirail car une autre action de protestation était prévue à 15h. Faire pression au Conseil d’administration qui se réunissait au château du campus du Mirail (Article à suivre sur l’occupation de l’annexe du château, du discours du président de l’université Mr. Minovez et de la réunion obtenue par les étudiants mobilisés : 14-15 avril). Plusieurs barrages ont alors été mis en place par les gendarmes, la BAC et les CRS qui privèrent les manifestants et les personnes considérées comme tels de leur liberté de circulation et d’accès aux rues où un protocole de sécurité était en place. Les étudiants encore sur place ont donc quitté la place par la seule rue non bloquée, afin de les éloigner du centre ville et du métro, ou d’attendre une trentaine de minute que les barrages soit levés une fois la « foule » d’une vingtaine d’étudiants dispersés. (...)

Jusqu’à quel point la menace terroriste et l’état d’urgence pourront-­ils être utilisés pour faire taire les citoyens et les priver de leurs droits fondamentaux sous prétexte de sécurité ?

La suite est à retrouver ici.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)


À lire également...

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.