Contre l’expulsion d’AutonoMIE : Solidarité avec les Mineurs Isolés Étrangers

Appel à soutenir le collectif AutonoMIE jusqu’à leur prochain procès le 23 février au Tribunal d’Instance de Toulouse pour intensifier le rapport de force !

Depuis le 15 Octobre, les Mineurs Isolés Etrangers (MIE) du collectif AutonoMIE ainsi que leurs soutiens ont décidé·e·s de réquisitionner un batiment laissé vacant par l’EPFL (L’Établissement Public Foncier Local, appartenant au Grand Toulouse) et situé au 75 Rue de la Glacière. C’est après plus d’un an d’activité ininterrompu, enchaînant les recours au tribunal pour faire reconnaître la minorité des MIEs, les manifestations et la mobilisation d’un important réseau de soutien et d’hébergement que les camarades d’AutonoMIE ont pris la décision de ne plus subir la précarité du logement.

Le 13 Décembre, en pleine trêve hivernale, un huissier de justice mandaté par l’EPFL est venu remettre une assignation en référé devant le Tribunal d’Instance de Toulouse, ordonnant l’expulsion immédiate du lieu sans délai. Ce sont donc les 35 personnes vivant dans ce squat que « Toulouse Métropole » (dont Moudenc, Maire de Toulouse, est le président) décide de remettre à la rue, livrés à eux-même, des mineurs ayant fuit la guerre, la pauvreté et le colonialisme que les États, la France en tête, maintiennent depuis des siècles.

Qu’il s’agisse des recallé·e·s du 115 et de la veille sociale à Toulouse, des déporté·e·s de Calais, des laissé·e·s pour mort du côté de La Roya, cette décision intervient dans un contexte plus large où, à Toulouse comme ailleurs, les capitalistes et leurs chiens de garde accentuent toujours plus la guerre aux pauvres et aux migrant·e·s, avec ou sans papier. Même le simple fait de dénoncer le racisme d’État peut amener les camarades du syndicat Sud Education 93 à se voir assigner au tribunal pour diffamation par l’actuel ministre de l’éducation nationale, décision saluée par une majorité de la classe politique, FN en tête. Pire encore, cela intervient dans le contexte d’une refonte du droit d’asile et des réfugiés qui, à n’en pas douter, ne fera que renforcer encore les moyens coercitifs mis en place par les gouvernements successifs et rendra bientôt impossible pour les personnes fuyant la misère et la guerre de venir s’installer en France. Et ceci n’est qu’un très faible échantillon des multiples attaques, toujours plus violentes, que subissent les sans papier et leurs soutiens dans leurs luttes.

Pour nous, anarchistes, la question migratoire n’a jamais et ne sera jamais un problème. Le problème, c’est le capitalisme, les frontières toujours plus meurtrières, la montée de l’extrême droite et des fascismes partout dans le monde, les guerres, et plus largement l’ensemble du système colonialiste et raciste intimement lié à celui de l’exploitation économique. Ce n’est qu’en se mobilisant collectivement, personnes migrant·e·s et soutiens, sur des bases égalitaires et d’auto-organisation des opprimé·e·s, que nous arriverons à obtenir la liberté totale d’installation et de circulation, pré-requis absolus à la construction d’un monde débarrassé de l’exploitation raciste et économique que nous font subir les dirigeants du monde entier.

Nous appelons l’ensemble des forces militantes de Toulouse à continuer de soutenir le collectif AutonoMIE jusqu’à leur nouveau procès le 23 février au Tribunal d’Instance de Toulouse, salle Marianne, 40 avenue Camille Pujol pour intensifier le rapport de force, et plus largement, à soutenir toutes les initiatives visant à favoriser l’accueil des personnes migrant·e·s, réfugié·e·s comme « migrant·e·s économiques » sans distinction. Car, si nous souhaitons que les 35 personnes d’AutonoMIE puissent préserver leur lieu d’habitation, nous souhaitons avant tout qu’elles puissent vivre une vie décente et libérées de l’oppression, comme toutes les personnes subissant le colonialisme et le racisme d’État.

Aucun être humain n’est illégal !
Libre circulation et installation de tous et toutes !
Solidarité et luttes collectives face au capitalisme et aux États !

P.-S.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.