Décryptons la loi Macron : revue de presse des médias libres

Ça fait un petit bout de temps qu’elle fait parler d’elle cette loi Macron, ce fourre-tout ultra-libéral que le gouvernement va, encore une fois essayer de faire passer en force cette semaine en utilisant l’article 49-3. Le bon moment de lire ou relire quelques textes, vidéos et émissions de radios que des médias libres ont produit sur le sujet. Peut-être également l’occasion de se demander pourquoi une loi aussi violemment pro-patronat ne soulève pas plus de réaction dans les milieux anti-autoritaires.

Macron, un ministre en carton

On la surnomme « loi Macron » du nom de ce ministre en carton, Emmanuel de son prénom, pur produit de commerce, il a était inspecteur des finances et banquier d’affaire avant de devenir le deuxième plus jeune ministre de cette république. Bien que jamais élu à aucune élection, il est nommé ministre de l’économie de l’industrie et du numérique dans le gouvernement Valls 2 à l’age de 37 ans et quelques temps après, il propose ce pack de loi ultra-libérale visant à toujours plus libéraliser le travail, le transport et la santé, tout d’un coup et finalement ... sans vote !

Des cadeaux pour les entreprises que même la droite dans ses projets les plus fous n’aurait pas oser rêver.

Un texte court de la CNT décrypte les mesures les plus importantes qu’imposerait cette loi : destruction du code du travail, mise à mort des prud’hommes, licenciement facilité pour les patrons et impunités en cas de litige avec les représentants syndicaux. C’est aussi une médecine du travail moins protectrice pour les travailleur-euses, des transports et des pans de la médecine (comme le don du sang) complètement libéralisés Et puis aussi le fameux travail de nuit et du dimanche facilité pour les boites, qui est fort détaillé dans une émission de Radio Libertaire et de la CNT-SO [1] :

Pour mieux comprendre on peut aussi regarder le documentaire « le projet Macron ou la volonté du pouvoir » (Documentaire, 1h05, de Camille Robert (DOC du réel). On y entend surtout Gérard Filoche, (CGT et PS) et quelques autres militants de gauche et d’extrême gauche faire lumière sur ce projet du gouvernement. Un document tout de même très clair pour comprendre les enjeux du texte de loi.

Derrière son apparence de fourre-tout sans cohérence, ses 106 articles et leur millier d’amendements répondent en fait par anticipation aux exigences du TAFTA (traité commercial transatlantique) en cours de négociation.

Une mobilisation apathique

C’est donc cette semaine que le gouvernement Valls compilera les heures de débat parlementaire en un texte qui ne sera pas soumis au vote (le gouvernent utilise à nouveau le 49-3). Le passage au sénat, loin de contrer les volontés d’austérité initiales à renforcé encore plus les cadeaux fait au patronat [2].

Comme souvent les syndicats traditionnels ont imposé à la mobilisation contre la loi Macron leur agenda distendu et mou. Une journée de grève générale le 9 avril, puis plus rien jusqu’au 1er mai (journée fériée donc parfaitement inutile dans le cadre d’une lutte) et quelques interventions critiques sur des médias mainstream… Rien de nouveau sous le fade soleil de la lutte syndicale.

Par contre on peut se demander comme le GMCMS-OPTE&PDD pourquoi un texte de loi aussi violent pour les prolétaires ne fait pas d’émule comme l’avait fait par exemple avant lui le texte sur le CPE.

Lorsque M.Macron nous dit : « il faut des jeunes français qui aient envie de devenir milliardaires » alors que 23,8 % d’entre eux sont au chômage [3] au dernière nouvelles, on peut se demander pourquoi il n’y a pas plus de jeunes français qui ont envie de foutre le feu !

Dans ce système moisi ou les dirigeants imposent toujours plus de restrictions aux pauvres pour offrir toujours plus aux patrons, seule la lutte paie !

Contre l’austérité, feu au palais !

P.-S.

Pour mémoire on peut aussi
- aller voir tous les articles liés à la mobilisation contre la loi MACRON publié sur paris-lutte.
- écouter l’émission " Loi Macron et autres régressions sociales" de Fréquence Paris Plurielle. 15 mai 2015
- ou celle de Vive la sociale, "dans la loi macron, tout est bon pour les patrons"
- et encore, lire ce tract de Solidaires et la CNT-SO qui défendent le statut de défenseur syndical.

Notes

[1] Toute l’émission accessible sur le site de la CNT-SO

[2] http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/06/08/neuf-points-de-crispation-sur-la-loi-macron_4649507_823448.html

[3] http://data.lesechos.fr/pays-indicateur/france/taux-de-chomage-des-jeunes-de-moins-de-25-ans.html

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.