Lettre ouverte du CROM à la préfecture de la Haute Garonne

Le CROM squatt l’entrée des usagers de la préfecture pour rencontrer la préfète. Ce sont 80 personnes qui sont menacées d’expulsion. Explications

Lettre ouverte à la Prefecture de la Haute Garonne

Toulouse, le 20 aout 2018

40 000 logements vides dans la région toulousaine (insee 2018) et combien de personnes à la rue ?

Suite à plus d’un mois de lutte et de solidarités depuis la fin de la trêve hivernale pour les personnes à la rue (sans papiers, réfugiés ou demandeurs d’asile), suite à l’occupation avec les étudiants et l’évacuation de la fac du Mirail, suite au campement et à la rencontre d’une délégation du CROM avec la préfecture et pour faire face à l’absence de choix et au manque de moyens mis en oeuvre, nous occupons un bâtiment vide place Henry Russel à Toulouse pour loger les personnes réfugiés ou sans papiers restées sans domicile depuis le mois de mai.
Ici au squat de la place H. Russel nous sommes plus de 80 personnes dont 3 familles aujourd’hui a y avoir trouvé une solution d’hébergement. La justice nous a laissé un delais de 2 mois pour quitter les lieux mais la plupart d’entre nous n’a pas trouvé d’autre solution de logement dans les temps.
Deja cet été les travailleur.euses sociaux de la veille sociale (115, SIAO) ont tiré la sonnette d’alarme sur le manque de moyen : plus de 400 personnes (familles) ont éte virés des hebergements d’urgence en juillet.
Malgré nos sollicitations la préfecture n’a pas respecté les engagements qu’elle avait pris (nuits d’hôtel) pour les demandeurs d’asile lors de notre dernière rencontre en mai.
Ce mercredi 22 Août le bâtiment occupé place Henry Russell sera expulsable :
Nous réclamons auprès de la préfecture un délai supplémentaire jusqu’à ce qu’une solution de logement stable soit trouvée pour tous et toutes. Par exemple la réquisition des bâtiments publics vides pour faire face au problème du logement serait une solution accessible.
Si les forces de l’ordre interviennent pour nous expulser du bâtiment sur ordre de la préfecture nous serons à nouveau à la rue, nous ne disparaîtrons pas.
Nous voulons rappeler à la préfecture qu’aujourd’hui encore elle est face à un choix : Défendre le droit à la propriété privée des promoteurs immobiliers ou le droit au logement des demandeurs d’asile, des réfugiés et des familles.
Le marché de l’immobilier est contrôle par des millionnaires qui ne sont pas confrontés au problèmes que nous affrontons au quotidien. Les institutions et les pouvoirs publics doivent contrôler et réguler ce marché pour que les logements soient accessibles à tous et toutes et rétablir ainsi une stabilité matérielle dans nos vies en évitant les expulsions locatives que nous connaissons.

C’est pourquoi nous souhaitons tenter à nouveau d’entrer en discussion avec la préfecture afin de trouver un accord respectueux de nos droits.

DES 10H CE LUNDI 20 AOÛT nous serons devant l’entrée des usagers de la préfecture pour revendiquer nos droits et obtenir une rencontre avec la sous préfète. Nous invitons tout personne solidaire à nous soutenir en diffusant cette lettre ouverte ou en étant présent à nos cotés.

LE CROM

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.