Liberté pour Redouane Ikil

Retrouvez toutes les infos sur Redouane Ikil, en préventive depuis 2 ans, et l’acharnement dont il fait l’objet sur le site de son comité de soutien.

L’audience pour le renouvellement du mandat de dépôt de Redouane aura lieu le 14 avril à 10h00 au TGI de Toulouse.

Soyons nombreux à nous rassembler ce jour devant le tribunal pour exiger sa liberation ! Liberté et Justice pour Redouane Ikil !

Ci-dessous un texte rédigé par Redouane.

Je suis allongé sur mon lit face a cette porte blindée avec ce maudit œilleton qui nous prive d’un minimum d’intimité.

Je réfléchi a tout ça et je me dis :

Cela fait deux ans désormais que je suis en prison.

Certains pourront estimer que ce n’est rien mais quand c’est un innocent qui le proclame c’est tout a fait autre chose !

Tout allait pour le mieux dans ma vie avant ce fameux 15 avril 2014 !!!

Professionnellement au top puisque j’allais prendre la direction du bureau le plus convoité de la région toulousaine.

Sentimentalement sur un nuage puisque j’avais trouve ma moitié et en plus nous attendions un heureux événements.

Et puis la sonnette retenti ce matin du 15 avril 2014 et puis je n’arrive pas a me réveiller de ce long cauchemar...

Je ne savais ce qu’il pouvait se passer en France quand vous étiez pris dans les griffes de la machine judiciaire.

Nous parlons d’un acharnement judiciaire dans toute sa splendeur.

Tous les ingrédients sont présents pour obtenir une belle erreur judiciaire.

Pourquoi ces mots ?

Parce que j’ai l’impression que ce cauchemar ne va jamais s’arrêter et que le tourbillon dans lequel je suis tombe est puissant et qu’il m’entraîne vers les fonds sans que je n’y puisse rien....

Comment expliquer que peu de gens se sentent assez sensible a cette affreuse tragédie ?

Parce que la société est devenue tellement égoïste, un malheur peut toucher des personnes que vous connaissez et vous tournez la tête de peur que le malheur ne vous saute dessus.

C’est bien triste mais ce n’est pas rare aujourd’hui d’assister a ces comportements, je ne suis pas surpris du tout malgré le fait que je ne sois pas comme cela. Les gens qui me connaissent le savent car j’ai toujours tendu la main aux personnes qui en avaient besoin.

Aujourd’hui je me pose la question suis je normal et est-ce que ma stupéfaction est adaptée ?

En tout état de cause la situation m’aura appris beaucoup de chose sur la vie et sur ma façon d’aborder les relations humaines.

Je ne sais pas comment cela va se terminer mais une chose est sûre c’est que je me battrai jusqu’à la fin de ma vie pour démontrer mon innocence.

Je ne connaissais pas la définition du terme : corporatisme.
Aujourd’hui je sais mieux que quiconque ce que cela veut dire.
Des magistrats qui se soutiennent dans l’acharnement envers un innocent.
Le juge d’instruction qui demande a ses pairs de garder un innocent en cellule car lui pense qu’il est coupable et tous les magistrats du palais s’exécutent !!!
Du procureur, juge des libertés et de la détention qui ne lit même plus les demandes de remise en liberté et refuse, le président de la cour d’appel idem, il N’écoute même plus les plaidoiries des avocats.

Refus catégoriques !!

Lorsque je visionne la commission d’enquête de l’affaire outreau, je suis sidéré car les mots pour justifier mon maintien en prison sont exactement les mêmes que ceux utilises par les magistrats de cette terrible affaire, mot pour mot !!

Ils vous détruisent votre vie et ils vont faire la fête entre eux le weekend.

Comment justifier un tel acharnement ?
Pourquoi les plus grands cabinets d’avocats parisien me répètent que mes origines sont des handicaps lourds.
La même affaire avec un François et il serait dehors !!!

Ceux ne sont pas mes mots, ni mon interprétation, non ceux sont les mots d’experts de la justice......

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

  • 15 avril 2016

    Pour info, à l’audience du 14/04, les juges ont décidé de maintenir encore Redouane Ikil en préventive. Il va donc faire environ 2 ans et demi de préventive, son procès étant prévu a priori à l’automne 2016.

    Un petit extrait du dossier du comité de soutien :

    La personnalité du juge

    Un élément est éclairant pour faire connaître le juge qui s’acharne depuis 2 ans à faire de Rédouane Ikil un coupable. A la fin des années 90, l’élue Yvette Benayoun Nakache est insultée, lors d’un conseil municipal, par un élu du Mouvement national de Bruno Mégret qui la traite de sale juive, d’hystérique et de mal-baisée. L’élue porte plainte pour diffamation. Ce juge, chargé d’instruire la plainte, rend une ordonnance de non-lieu dans laquelle il constate qu’il n’est pas permis d’établir l’injure raciste. Il privilégie également l’acception médicale du terme hystérique et nie le caractère injurieux du terme mal-baisée, y voyant un signe de l’avancée des moeurs de notre société, grâce aux combats féministes. Ce non-lieu va provoquer un malaise parmi les magistrats, la décision étant rendue au nom du tribunal. Une vingtaine d’entre eux vont écrire au président du tribunal, pour dénoncer le fait que ce juge ait pris fait et cause pour un homme politique d’extrême droite qui traite une députée de mal- baisée.
    C’est ce même juge qui demande à Rédouane Ikil s’il est Charlie (audience du 15 février 2015), si l’argent du braquage sert à financer la cause.

    La personnalité du procureur

    La personnalité du procureur mérite tout autant d’être étayée. C’est suite à une sanction administrative que le procureur chargé de l’enquête sur ces deux braquages est arrivé à Toulouse. Officiant à Nîmes comme substitut, il avait à plusieurs reprises tenu des propos problématiques lors d’audiences. A l’adresse d’un homme accusé de vol, il avait déclaré, en 2005 :« Un gitan qui a avalé l’agneau dont on voit la queue sortir de sa bouche soutiendra encore qu’il ne l’a pas volé ! », Dans une affaire concernant des travailleurs Maghrébins dans une production de melons, il avait fait des jeux de mots jouant sur l’ambiguïté du mot Melon. Le MRAP avait dénoncé des injures à caractères raciste et porté plainte avec constitution de partie civile contre ce magistrat. Un non-lieu avait été prononcé, en première instance et en appel et le dossier avait été transmis au Conseil supérieur de la magistrature pour sanction. « Un déplacement d’office » compte tenu de « propos au caractère objectivement raciste » avait été proposé au Garde des Sceaux.

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.