Malvesi, un incident nucléaire anodin ?

Le 19 septembre, une explosion a eu lieu sur le site nucléaire d’Orano Malvesi à Narbonne. Selon la CRIIRAD, qui n’est pourtant pas un organisme prompt à crier au scandale, les matières qui ont explosées contenaient de l’uranium appauvri, mais aussi du plutonium. Evidement RAS du côté de la direction de l’usine et quasi rien dans les médias. Alors le nucléaire... énergie verte de demain ?

Voici ce qu’on pouvait lire dans la Dépèche du 24 sept dernier :

https://www.ladepeche.fr/article/2018/09/19/2871824-narbonne-3-personnes-blessees-apres-explosion-fut-oxydes-metalliques.html,

« Trois blessés après une explosion sur le site nucléaire d’Orano Malvesi à Narbonne Les sapeurs pompiers du SDIS sont intervenus mercredi en fin de matinée suite à la détonation d’un fût d’oxydes métalliques de 200 litres, entreposé dans un local fermé du site d’installation nucléaire d’Orano Malvesi. Le personnel en place est intervenu très rapidement et a éteint le feu au moyen de sable. Le risque ayant été rapidement maîtrisé, l’activation du PPI (plan particulier d’intervention) et du POI (plan opérationnel d’intervention) n’a pas été nécessaire. Les deux personnes qui travaillaient à proximité ont été légèrement blessées, ainsi qu’une 3ème personne, venue à leur secours. Elles ont été évacuées au centre hospitalier de Narbonne pour observation. Par précaution, un périmètre de sécurité de 50 m a été mis en place par les pompiers.
Aucune trace de contamination détectée. Les analyses réalisées sur les personnes qui se trouvaient à proximité ainsi qu’aux alentours du fût n’ont montré aucune trace de contamination. »

Mais pour la Criirad, qui remet en cause le communiqué officiel, « l’incident » du 19 septembre 2018 sur le site de conversion d’uranium ORANO (ex-AREVA) de Malvesi concerne des matières très radioactives...

Extrait du communiqué : « les oxydes métalliques issus de productions anciennes » qui étaient contenus dans le fût, sont en réalité des matériaux radioactifs présentant une très forte radio toxicité. Ces oxydes métalliques contiennent nécessairement de l’uranium. Un métal radioactif. Rappelons qu’en 2004, la rupture de digue des bassins B1 et B2 du site AREVA de Malvesi, avait conduit au déversement dans la plaine de déchets radioactifs. AREVA avait évoqué « 30000 m³ de boues et solutions nitratées. »

Mais les analyses effectuées par la CRIIRAD avaient révélé qu’outre de l’uranium et certains de ses descendants très radiotoxiques (plomb 210, thorium 230), ces boues contenaient également du plutonium !

Porte d’entrée de l’uranium, l’usine traite 25 % de l’uranium mondial et 100 % de l’uranium français. Ce n’est pas une usine locale. Il en existe seulement cinq de ce type au monde et l’usine de Narbonne est l’une des plus importantes. Son activité est particulièrement dangereuse tant du point de vue chimique que nucléaire !

Dans le cas de l’« incident » du 19 septembre, la direction d’Orano Malvesi affirme que ces matières ne contiennent que de « très faibles quantités d’uranium appauvri. Rappelons que l’uranium appauvri présente une activité de l’ordre de 40 millions de Becquerels par kg. Il est à l’origine de l’émission de rayonnements gamma et de particules bêta et alpha, ces dernières étant les plus dangereuses en cas d’ingestion ou d’inhalation. S’il s’agit d’uranium appauvri issu du retraitement il peut contenir en outre du plutonium. »

L’ensemble du communiqué ici

P.-S.

A lire également :

  • Un peu plus haut sur le Rhône, la centrale de Cruas Meysse pollue les nappes phréatiques aux hydrocarbures contaminés... Le réseau sortir du nucléaire publait ce 17 septembre un communiqué, à la veille du procès en appel d’EDF à ce sujet...
  • Narbonne menacée par l’industrie nucléaire
  • Un article de Didier Latorre paru dans la revue Nature et Progrès sur l’usine de Malvési/Narbonne. N°118 de juin, juillet, août 2018

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.