Manif de flics : la France fasciste est dans la rue

Samedi 29 à 14h30, les flics se réunissaient place du Capitole, en dehors de tout syndicat, pour exprimer leur "ras le bol".

Au coin de la place, un petit attroupement se forme, autour des nouvelles Peugeot de la BAC venus en soutien. Une banderole à la syntaxe douteuse est accrochée non loin du McDo :

Soudain, des bruits de sirènes au loin. Beaucoup. Pas moins d’une quinzaine de camions et ambulances de pompiers déboulent depuis la rue de Rémusat, toutes sirènes hurlantes. Ils font le tour de la place en avançant au pas. Toute la foule les applaudit. La scène, terrifiante, dure une dizaine de minutes. Les pompiers soutiennent les flics. Manque plus que l’armée...


Je laisse traîner mes oreilles. Un keuf se vante de connaître un collègue qui est intervenu à Calais et qui a "tiré des rafales avec le multi-coups", le nouveau joujou des CRS.

Un autre se plaint des migrant.e.s et de leur ingratitude ; le minimum serait de respecter le pays qui les accueille, et, comme si mes oreilles ne saignaient pas assez, il rajoute : "bénévolement, en plus !".

Je reconnais la doctoresse qui fait les consultations en garde à vue, ou plutôt qui passe de cellule en cellule dégueuler tout son mépris à la gueule des détenu.e.s. Au cas où on n’avait pas encore compris que ces médecins n’étaient que des keufs en blouse blanche...

Après avoir longtemps tergiversé, je m’approche d’un des rares flics qui fait pas trop peur, un type en mode bon père de famille. Je l’interroge sur les raisons de sa présence ici. Il me parle du manque de moyens. Je lui fais remarquer que les voitures de baqueux derrière lui sont flambant neuves. "Oui mais une sur combien ? Je roule dans une 307 qui a 150 000 km au compteur ! J’ai pas de Flash Ball, pas de LBD, pas de Cougar, alors quand en face t’as une bande, tu bats en retraite." Il me dit qu’il s’est fait rouer de coup par un ivrogne, a reçu 21 jours d’ITT, et que son agresseur n’a pris qu’un an avec sursis. C’était en 2002. Il me fait part de quelques considérations sur le rôle pédagogique de la punition ("aujourd’hui à l’école on n’a plus le droit de frapper les enfants" etc etc.) La justice est trop laxiste. Je lui demande s’il passe du temps dans les tribunaux. "Non, pas besoin, je vois bien les individus que j’ai interpellés la veille dans la rue." Il me parle de ces cinq baqueux placés en garde à vue dans la région de Grenoble ; si on ne peut plus cribler les gens de balle sans se retrouver en garde à vue alors où va-t-on ?

Notre conversation est interrompue par une Marseillaise chantée avec entrain. Premiers grands frissons. Le cortège démarre en direction de la rue Alsace Lorraine. Je réalise qu’il y a énormément de monde, je dirais un millier. [1] C’est cauchemardesque. Ca ne ressemble pas à ce que j’avais pu voir sur des vidéos de Paris : il y a pas mal de femmes, mais aussi quelques enfants. Bref, c’est assez familial, il regne une ambiance d’ordre pétainiste, si on devait la qualifier.



J’engage la conversation avec un autre flic. Très vite ses collègues lui glissent un mot à l’oreille et il s’interrompt. Visiblement on a quelques physionomistes dans le lot.

Plus loin, une flic me répond très agressivement : "Pourquoi on est là ?! Vous regardez ce qui se passe ? Vous êtes content vous de la société dans laquelle on vit ?!" J’en tirerai pas grand chose de plus.

Au passage du cortège, beaucoup de passants applaudissent, sourient. Ça crie "Citoyens, avec nous !" Certain.e.s montrent leur sale tête de collabo par les balcons et agitent des drapeaux français. Je sombre moralement : la manif est bel et bien composée en partie de simples citoyen.ne.s. Des fachos amateur.ices ! Enfin, pas n’importe quel.le citoyen.ne. On voit des grands bourgeois tout droit sortie du rayon Dior des galleries Lafayette. Elleux ont de bonnes raisons d’être là ; quand on sait ce qu’iels doivent à la police... (encore hier elle rendait sa maison vide à un riche propriétaire.)

Ce qui fait le plus mal, c’est qu’on les laisse faire. Une simple banderole au bout de la rue Alsace Lorraine pour leur exprimer notre dégoût, leur rappeler les noms de leurs innombrables victimes, aurait eu un tel impact... Mais aujourd’hui la rue était aux flics, à la France qui réclame l’ordre, la force à la loi, et le sang impur dans les sillons. Quand mettrons-nous fin à ce cauchemar ?

Notes

[1La presse donne le chiffre de 400 personnes...

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.