Marche de nuit non-mixte TBPGI contre les violences LGBTI-phobes

Trans, biEs, pédés, gouines, intersexes : contre les violences, ripostons !

Marche de nuit non-mixte TBPGI contre les violences LGBTI-phobes le 16 mai à Toulouse 20h - François Verdier

Les violences LGBTI-phobes n’ont pas cessé d’exister. Elles se manifestent dans nos vies au quotidien :
Quand nos luttes sont réduites au droit de se marier

Quand on entend « sale gouine » dans le métro ou que la fétichisation des lesbiennes légitime des violences quotidiennes

Quand nos collègues nous proposent un plan à trois parce qu’on est biE

Quand on se fait casser la gueule dans la rue

Quand on entend « tu crois que c’est un homme ou une femme ? »

Quand même nos proches n’acceptent pas nos identités

Quand les professionnelLEs de santé stigmatisent et discriminent nos identités et nos sexualités

Quand ils/elles refusent de nous soigner parce qu’on est séropo

Quand notre identité est considérée comme une mode ou une passade

Quand nos propres communautés nous stigmatisent parce que nous ne renvoyons pas la bonne image (« grosse », « folle », « tox », « salope », etc)

Quand certainEs « camarades » pensent encore qu’« enculés » et « fils de pute » sont des insultes

Quand on nous force à être stériliséEs, psychiatriséEs et qu’on refuse de conserver nos gamètes parce qu’on est trans

Quand la nouvelle loi sur le changement de prénom expose encore les personnes trans à de la médicalisation et à être évaluéEs au cas par cas selon des normes hétéropatriarcales

Quand le changement d’état civil reste difficile, violent et coûteux

Quand on est une meuf trans incarcérée dans une prison pour mecs

Quand on nous impose des mutilations génitales et hormonales à répétition dès notre plus jeune âge parce qu’on est intersexe

Quand on nous refuse la parentalité, ou qu’on nous oblige à nous marier pour y accéder

Quand même le choix de se reproduire (ou pas !) et comment, ne nous appartient pas

Quand on doit taire et cacher nos identités pour trouver du travail et espérer le garder

Quand les injonctions à la binarité de genre rendent impossible l’expression de nos identités

Quand l’État français nous refuse l’asile alors qu’on risque la mort dans notre pays de naissance

Quand la police et la justice d’Etat répriment nos luttes et nous criminalisent

Quand certains Etats instrumentalisent nos communautés afin de justifier leurs politiques colonialistes et racistes

Quand on nous demande si on est « clean »

Quand, pour pouvoir donner notre sang comme les autres, on nous impose l’abstinence pendant douze mois

En plus des LGBTI-phobies, beaucoup d’entre nous subissent d’autres oppressions : racisme, sexisme, validisme, antisémitisme, islamophobie, sérophobie... Ces violences nous tuent !

Et elles tuent aussi ailleurs, sans répit et sans que les gouvernements fassent grand chose pour nos frères et soeurs, se contentant d’un communiqué pour jouer les démocrates choquéEs mais dans le même temps expulsant et précarisant toujours davantage celles et ceux qui ont fui ces pays et la répression. Ouvrez les frontières, le rainbow n’a pas de barrières !

Refusons de nous rendre invisibles ! Soyons fierEs des multiplicités de nos identités et de leurs expressions ! Ne laissons plus personne porter atteinte à nos libertés, à nos corps, à nos désirs, à nos identités, à nos amours !

Refusons de nous taire ! Soyons en colère ! Passons à l’offensive !

Ensemble nous riposterons tant qu’il le faudra ! Ensemble, à la veille de la journée mondiale de lutte contre les LGBTI-phobies, prenons la rue !

Pourquoi en non-mixité ?

Cette année, on a décidé de faire la Pride de nuit en non mixité TBPGI*
Parce qu’il nous a semblé important d’être ensemble dans la rue, la nuit, sans la présence de nos allié·e·s, rien que nous. Sentir notre force et aussi la montrer.

Parce qu’on pense que la non mixité est un outil nécessaire par moments.

Parce qu’on s’est rendu compte qu’on a très peu d’espaces en totale non mixité TBPGI et que c’est d’autant plus pertinent d’en créer un qui soit visible et pas que festif.

Parce qu’on a envie de se faire du bien et se faire plaisir, quitte à être un peu moins nombreux·es·s.
Parce qu’on est sûr·e·s que nos allié·e·s comprennent et soutiennent notre besoin d’exister par nous-mêmes et pour nous-mêmes.

Parce qu’enfin on pense qu’affirmer cette non mixité est une position politique importante sans qu’on ait envie de jouer à la police des moeurs au sein du cortège.
*Trans BiEs Pédés Gouines Intersexes

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.