Nakache, où il fait bon vomir plutôt que nager !

Nakache, piscine d’été à Toulouse où le filtrage à l’entrée et l’islamophobie sont assumées !
Par les keufs eux mêmes, en plus des agents de sécurité et des caméras de vidéosurveillance présents en nombre sur place.

Nakache, c’est cette immense piscine qui est un des rares endroits de Toulouse l’été où tu peux aller te rafraîchir sans faire beaucoup de bornes.

C’est sensé être pratique pour les personnes qui taffent et/ou qui partent pas en vacances.
Sauf que le prix augmente tous les ans un peu plus et que les règles mises en place sont de plus en plus racistes et islamophobes.

On est mis dans le bain direct en arrivant, agents de sécurités qui te fouillent et bagnoles de keufs.

Des personnes à l’accueil te font bien comprendre de manière hyper sèche que t’as intérêt d’avoir tes justificatifs sinon tu paies plein pot.
Tu passes enfin les grilles et là des immenses panneaux avec les règles à respecter et une personne qui crie dans un micro toutes les 10 minutes pour te rappeler toutes les règles les unes après les autres.

On hallucine quand on voit très rapidement plusieurs femmes portant le voile et des vêtements se faire virer du bord de la piscine avec leurs enfants car elles n’ont pas le droit d’être habillées.

On demande à un agent de sécurité la raison de cette règle, il n’arrive pas à nous donner de raisons à part juste « y’a eu des dérives par le passé ».

Bref, on va un peu plus loin, dans l’espace vert, là où y’a des tables en bois, certaines personnes en profite pour fumer discrètement une cigarette, sauf que le lieu est truffée de caméra et un agent de sécurité arrive, suivi par deux keufs.

Le mec qui fumait s’énerve en disant que "cette piscine c’est devenu n’importe quoi, que les règles imposées n’ont rien à avoir avec la sécurité, que la piscine est de plus en plus crade donc rien ne justifie la hausse des tarifs."

Là les keufs lui disent de s’estimer heureux de ne pas recevoir de contravention.

Sur ce mes potes et moi, même si on avait pas forcément prévu de parler à des keufs on fini par se mêler à la conversation pour leur demander la raison légale pour refuser le fait d’être habillé.e au bord de la piscine.

Là ils commencent par dire que ce n’est pas de leur ressort mais que c’est un règlement intérieur propre à la piscine.

Puis ils essaient de justifier le fait de l’interdiction de fumer par la volonté de « filtrer les « jeunes de quartier » et ainsi les inciter à aller à La Ramée pour fumer leur pétard ».

Autant vous dire que c’était déjà dur de continuer la conversation, mais là un des flics précise que le but principal étant de favoriser un public familial à Nakache !!

Du coup forcément on l’interpelle sur le fait qu’il s’agit ici de favoriser un public familial blanc bourré de privilèges puisque vous virer également les femmes portant le voile et leurs enfants !

Et là tout à fait sereinement il sort « c’est important de faire respecter les traditions millénaires de ce pays » et que si ces personnes ne sont pas contentes « elles ont qu’à traverser la Méditerranée ! »

Forcément la discussion s’est terminée là et de manière houleuse.

Donc aujourd’hui à Nakache, il est très simple d’assumer un discours raciste et islamophobe en prônant un filtrage à l’entrée.

Des flics, des agents de sécurité, des caméras de vidéosurveillance, bref un bon nombre de mesures complètement démesurées mais assumées.

Tout cela se passe, en pleine été à Toulouse, dans un silence inadmissible.

Des personnes directement concernées on voulu alerter Moudenc et sa mairie sans aucun résultat alors qu’un enfant de dix ans est décédé noyé il y a quatre ans parce que sa maman portait le voile et n’avait pas pu rester au bord de la piscine.

Jusqu’à aujourd’hui Nakache s’en tire toujours et continue son filtrage raciste et islamophobe assumé.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.