Premiers nuisibles au jardin : les pelleteuses s’en prennent à la terre !

Depuis le printemps un nouveau lieu de vie et de partage nait dans le quartier Fontaine Lestang, rue de Caen.

Les habitant.es des rues avoisinantes récupèrent un jardin en friche. Durant le 2ème confinement, la vie de quartier se développe autour de ce lieu et dynamise des envies de collectif, de faire ensemble en partageant un espace. Depuis Novembre, des plus petits viennent s’y balader, emmenant leurs parents, des plus grands viennent préparer le terrain pour cultiver la terre et l’esprit, certain.es organisent des évènements culturels. D’autres encore y cherchent une bulle d’air, dans un environnement de plus en plus étouffant.

Malheureusement, comme toujours, ce modèle n’est pas envisageable pour cette municipalité.

Contexte :

  • Mars/Avril 2020 :
    Premiers échanges entre voisins sur l’utilisation de la friche rue de Caen.
  • Août/Septembre 2020 :
    Premier apéro nettoyage du jardin.
  • 11 Novembre 2020 :
    Grande journée collective, plus de 60 personnes (enfants, adultes, ados...) viennent partager ce lieu en plein confinement.
  • Début Décembre 2020 :
    Pourparlers avec Toulouse Métropole Habitat (propriétaire du terrain). L’établissement d’une convention est en bonne voie pour être dans les « clous ». Ce terrain est laissé à l’abandon depuis plus de 15 ans.
  • 18 Décembre 2020 :
    « Faites de la soupe » réunit des artistes et des faiseurs de soupe au jardin.
  • Janvier 2021 :
    Toulouse Métropole Habitat fait savoir que le maintien du jardin collectif ne serait pas possible car des logements doivent y être construits. En amont des arbres seraient plantés à partir de fin janvier, début février.
    Après 15 ans, il semblerait que ce soit une urgence.

A ce jour aucun permis de construire n’a été déposé.

Depuis ce matin (2 février) une entreprise installe de nouvelles clôtures et des haies rue de Caen et rue des Turres afin de fermer le terrain.
Et demain ce ne seront pas les futurs arbres de la résidence à venir qui seront plantés mais 250 graminées (herbe de la pampa, fortement allergènes à proximité d’une école).
Elles occuperont donc le terrain et ce qui a été planté sera saccagé.

Tout ceci laisse penser que Toulouse Métropole Habitat ne souhaite pas construire des logements dans l’immédiat mais désire seulement la fin de ce projet de jardin ouvert à tou.te.s

Face à cela, nous proposons à toutes les personnes intéressées de se retrouver à 17h devant le jardin rue de Caen pour en discuter.

Rendez-vous demain matin (mercredi) à 7h45 pour éviter que les pelleteuses n’attaquent le terrain.

Nous avons besoin de monde.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site. Nous rappelons que les compléments d’information n’ont pas vocation à être des lieux de débat. Ne seront publiées que des informations factuelles.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

  • 2 février

    D’autant que les proprios, à l’époque l’OPAC (Mairie de Toulouse) ont déjà expulsé des squatteureuses du même endroit (exactement) il y a plus de 15 ans...
    Depuis le début des années 2000 il y avait eu un autre jardin collectif rue d’Auch en face de la rue de Turre et aussi pas mal d’autres squatt tout autours. Je pense qu’on a du être jusqu’à 6 ou 7 maisons squattées sur les deux patés de maisons..
    Et les maisons étaient vide parce que la mairie avait fais la misère aux locataires et les avaient mis dehors. Autant dire que la gestion du logement par les pouvoirs publics c’est bien de la merde !!

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.