Réponse à "HP version Club med" publié sur IndyNantes - Nouvelles de l’HP 4.2

Je déteste « les réponses à » mais je savais pas quoi faire à la place. Alors ce sera une réponse à un texte que j’ai trouvé violent, me concernant, sur indymédia nantes. Le texte est copié ci-avant/après.

« Suite à la publication sur IATAA du feuilleton estival intitulé "Haha l’HP c’est trop fun" et suite au suicide d’un ami psychiatrisé.
Cet ami, en lutte contre la psychiatrie depuis ses 18 ans, a considéré que l’unique solution pour échapper aux internements forcés en HP (et initiés par ses proches) ainsi que pour mettre un terme à la médication forcée (piquouse bi-mensuelle), a trouvé comme unique solution de s’ouvrir les veines jusqu’à en crever.
Je dédie à sa mémoire et son combat cette chanson et que son sang sorti de ses veines de fou pète à la gueule de la feuilletonneuse.
Ni oubli ni pardon. 
https://www.youtube.com/watch?v=kkU2oeSp5Oo »

Je déteste « les réponses à » mais je savais pas quoi faire à la place. Alors ce sera une réponse à un texte que j’ai trouvé violent, me concernant, sur indymédia nantes. Le texte est copié ci-avant.

Alors visiblement au moins une personne a mal compris, ou tout simplement réinventé l’histoire. NON, je ne suis pas au club-med, ni à l’hp par plaisir !
Je n’ai nullement envie de me justifier mais je tiens tout de même à le repréciser. C’est d’une telle violence de lire ce genre d’article !
Et qui modère (au passage) ? Est-ce que y’a pas un moment où à la modo on se dit « euh… là c’est peut-être déplacé » ? Je pense avoir pris suffisamment cher dans la vie pour encore devoir lire ce genre de connerie. Merci aux gens qui ont réagit !!

C’est quoi l’histoire ? Soit t’es anti-psy et donc tu fuis la psychiatrie à tout prix ? Soit t’y vas pour prendre des vacances ? Mais t’es qui, toi ? D’où tu parles ? Et c’est quoi l’antipsychiatrie ? T’as envie qu’on revienne sur l’histoire de l’antipsychiatrie ?
Où est-ce que t’as lu que je trouvais la psychiatrie géniale ? A un moment de ma vie ouais j’ai accepté de prendre des médocs. J’ai accepté l’enfermement. Pour ne pas mourir justement. Quand je dis accepté c’est pas docilement en fermement ma gueule. Et quand bien même… T’es qui pour juger ? Et je n’ai nullement à m’excuser de faire ce choix. ChacunE gère à sa façon. Je vais pas cracher sur les gens qui se bourrent la gueule tous les jours pour apaiser leur mal être ou qui fument des pét pour s’anesthésier le cerveau… ou bref. On fait c’qu’on peut comme on peut. En vrai j’ai envie de foutre des coups dans ta p’tite gueule de rageux. Parce que je sais pas si tu réalise la violence ?! J’comprends pas cette haine. J’ai jamais cautionner ce système et ça m’énerve que ce soit encore à moi-personne-concernée de gueuler. Fais chier à la fin !
Je parle de moi. Je ne prétend rien d’autre. Je parle de moi et c’est écrit. Lis ou relis avant de venir dire n’importe quoi. Et venir cracher ton sale venin.

L’HP c’est parce qu’on a rien créée de mieux. On a pas créée d’espaces suffisamment sécurisants pour permettre aux gens qui pètent un boulon de déboulonner sereinement. Rien n’a été inventé pour faire différemment. Entre paires. Entre gens qui comprennent et soutiennent. Alors je fais avec c’que j’ai. Parce que ce monde pue la mort, et qu’on tente touTEs de survivre. L’HP c’est un choix quand on n’a justement plus le choix.

Parce que, qui s’occupe de créer les espaces safes ? Qui animent les discutions ? Qui est-ce qu’on appel pour avoir des conseils sur « comment faire quand mon pote va mal » ? Qui soulèvent le sujet ? Qui en parle ? Qui écrit des articles, et fanzines ? Qui se fait cracher dessus ? Tu t’es posé cette question dans ta petite tête avant ?

En fait j’devrais me démener en silence. Crever même, pour justifier mon mal être. C’est hardcore. C’est hardcore de lire ça et de penser que ce genre de texte passe. Si tu venais critiquer, on aurait discuter mais là j’ai juste envie de t’éclater (ma rage dans) la gueule. Parce que j’écris pour ne pas crever. Et j’ai quand même droit d’envisager de continuer de vivre et de m’amoindrir ma souffrance. J’aimerais savoir de quelle place tu parles, toi.

Tu parles de feuilleton.
Où est le divertissement dans l’histoire ? Ou est-ce qu’on se marre ?
Alors oui HEUREUSEMENT j’arrive à me marrer avec des personnes qui vivent les mêmes choses que moi. Et je n’ai pas non plus à m’excuser de trouver de la lueur dans le terne. Je n’ai pas a m’excuser de trouver du beau là dedans. C’est ça qui m’aide à tenir, pauvre con.
Je n’ai pas à culpabiliser pour la mort de ton pote, non plus. Même si j’en suis sincèrement triste. J’aimerais que personne n’en arrive là. J’aimerais changer les choses. Que les gens vivent « heureux ». Mais j’ai pas de supers pouvoirs. Et puis, j’ai lutté. Je suis juste fatiguée de lutter sans cesse. J’AI PAS CAPITULé en allant à l’HP et c’est c’que je dis dans mes textes. Mais sûrement que t’as lu de travers. Je suis pas au club-med punaise, c’est incroyable de lire ça. J’pense que t’as ni mis les pieds au club-med et encore moins à l’HP… et j’te le souhaite mais du coup ? En fait j’passe mes journées à chialer. Ou à me prendre la tête pour sortir la tête de l’eau. Je lutte contre cette envie de me défoncer pour tout oublier. Je lutte contre mes addictions aux médocs. Parce que ouais je prends des médocs et ouais je sais que ça a des effets négatifs sur mon corps. Je sais que c’est de la merde. Comme quand je m’enfilais des litrons de 8-6. Je le sais. Comme quand je prenais de la coke tous les matins. Je le sais. Je lutte pour m’alimenter chaque jour. Je lutte pour soutenir les gens que je rencontre. Je lutte. Bref… C’est quoi ta solution gars ? Me trancher les veines moi aussi ? Et surtout continuer à ne rien dire ? C’est quand même marrant de venir systématiquement attaquer les gens qui prennent la parole. Tu trouve pas que c’est un peu facile et juste injuste. J’ai décidé de vivre ! J’ai décidé de me battre, à ma façon. J’ai décidé parce que j’en ai envie. Et je ne dis pas que se suicider c’est capituler non plus. Loin de là. Il y a tellement de raisons d’avoir envie de mourir et de le faire d’ailleurs. Je suis triste que ce soit parfois l’unique issue.
Je la côtoie la mort à l’HP. Entre celleux et ceux qui essaient de ne pas flancher. Celleux qui ne tiennent que par un tube, un fil. On se soutient pour ne pas sombrer. Pour ne pas glisser. Est-ce un mal ? J’ai décidé de voir de la lumière derrière les barreaux. J’ai encore envie de chercher si je peux pas capter le bonheur ailleurs quitte à passer par la chimie et son enfermement. C’est mon corps et mon choix. Et t’as rien à redire là dessus.

Je sais pas comment tourner mon texte pour que ne soit pas simplement « une réponse à » une personne qui manque cruellement de tact. J’ai regardé le clip 30 secondes, et j’ai arrêté. Je comprends pas l’espagnol. Et je sais déjà c’que c’est les pompiers, l’ambulance, les lavages d’estomac. Je sais c’que c’est que de se faire mal. D’avoir mal. D’avoir envie de crever à ne plus rien rationaliser. Je sais la solitude devant la souffrance. Alors quoi ? J’aurais du prendre plus de médocs et crever pour de bon ? C’est ça qui doit m’éclater à la gueule ? Pas besoin d’avoir perdu un proche pour côtoyer la mort. Je la côtoie au quotidien, dans un recoin caché de mon être. Elle fait partie de moi. Elle est en nous touTes quelque part. Alors quoi ? Dis moi connard ?

Et l’HP ça veut rien dire, en plus. Y’a une multitude d’espaces différents. Rien que moi j’ai cotôyé 4 espaces différents y compris l’enfermement en unité fermée. Avec des barreaux au fenêtres, un traitement plus lourd que moi. J’ai vu cette réalité de l’HP-prison. Et oui j’ai trouvé ça horrible. A aucun moment j’ai kiffé être là. Mais j’ai lutté comme je pouvais à l’intérieur. C’est comme si on disait un a quelqu’un qui va en taule, qu’il y va pour le plaisir… ça fait pas vraiment sens. Et puis de l’intérieur tout le monde n’est pas juste là à subir, tu sais. On s’organise. On trafic. On fraude. On crache sur les psy. Et oui après il y a des personnes qui sont envoyé à l’HP de force. Et c’est dégueulasse. En aucun cas je trouve ça normal. Je comprends qu’on n’est pas envie d’aller à l’HP. Faire la démarche de son plein grès c’est difficile mais sans en avoir le choix… A aucun moment j’ai dit le contraire, bordel !! A aucun moment je dis que c’est merveilleux. Et je parle de MOI, que de moi.

J’ai pas envie de cracher à la gueule de toutes les personnes qui s’en sortent dans la vie, qui arrivent à se dépatouiller avec. Même si c’est vrai que des fois, dans des moments de rage j’arrive à leur en vouloir d’aller si bien. De réussir à avoir tel ou tel soutien. D’avoir ce que je n’ai pas eu. De tenir plus facilement le coup. Mais je ne leur en veux pas réellement. C’est juste une part de moi qui aimerait être à leur place. Rien n’est simple pour personne. C’est juste plus compliqué pour certainEs d’entre nous. Et culpabiliser l’autre n’aide en rien à aller mieux. Enfin peut-être que ça te défoule mais j’suis pas ton défouloir. Je parle pour tenter de ne plus souffrir. Pour partager. J’ai trouvé mon exutoire. Et ne t’en déplaise. La prochaine fois tu ne liras pas.

P.-S.

J’avais pas envie de me justifier mais voilà qui est fait. J’aimerais que les gens soient plus réactifs quant au articles de merde du genre. Merci pour le soutien et les réactions.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.