Retour sur la manif pour la défense du droit à l’avortement du 1er Février

Un petit compte rendu de la manifestation du 1er février à toulouse, pour la défense du droit à l’avortement, en solidarité avec les camarades espagnoles.

JPEG - 48.7 ko

Le 1er février avait lieu à toulouse, comme dans pas mal d’autres villes, une manifestation pour la défense du droit à l’avortement.

L’appel à manifester :

Le gouvernement espagnol s’apprête à faire voter une loi interdisant l’avortement excepté en cas de viol après dépôt de plainte, ou en cas de danger pour les femmes. Ce danger doit être expertisé par deux médecins indépendants du lieu où aura lieu l’avortement. La loi actuelle requiert l’avis d’un seul médecin qui peut être celui qui pratiquera l’avortement jusqu’à 14 semaines, et l’avis d’un psychiatre jusqu’à 22 semaines.

Ceci est inacceptable, une fois de plus on légifère sur le ventre des femmes. Nous sommes solidaires de nos camarades d’Espagne car nous pensons que les femmes doivent pouvoir disposer seules de leurs corps. Nous exigeons le retrait de ce projet de loi aux conséquences désastreuses ; seules les femmes qui en auront les moyens pourront se payer un avortement, les autres seront condamnées à avorter par leurs propres moyens ou à garder le produit d’une grossesse non désirée avec les conséquences sanitaires, psychologiques, économiques que l’on sait.

Ce projet de loi aura aussi un retentissement sur les femmes en France car la loi ne permet d’avorter que dans un délai de 12 semaines. Les femmes ayant dépassé ce délai ne pourront plus aller avorter en Espagne comme c’est le cas actuellement.

Même si en France l’avortement est toujours autorisé, son accès est de plus en plus difficile du fait des choix politiques en matière de santé, de la complexité de la procédure et de l’existence d’un délai. Nous pensons qu’au delà de la nécessaire solidarité avec nos camarades d’Espagne, nous devons nous battre ici aussi . Nous ne voulons plus que nos vies soient régies par des experts, des lois ou qui que ce soit. Nous entendons disposer de nos corps comme nous le voulons.

L’emission de radio Voy’elles sur canal sud, en a profité pour prendre un peu de son, qu’on peut écouter ici :

Sinon, à l’intérieur du cortège, était présent un groupe du nom de Zéro macho, composé de garçons, qui ont trouvé malin de se ramener avec une banderole pour l’abolition de la prostitution... en défilant pas bien loin du STRASS. Pas mal de monde à réagit, leur banderole a rapidement disparu, et les membres de zéro macho, se sentant agressés, se sont fendus d’un communiqué assez mauvais.

Le strass a publié un texte à ce propos ici, et il en est aussi question sur ce blog.

L’emission le front du lundi, faisait un état des lieux de la situation en espagne, à écouter ici

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.