Rocadest : une quatrième zone commerciale colonise Carcassonne

Lancement d’un projet de méga zone commerciale "durable" à Carcassonne.

Pendant plus de dix ans, le promoteur Lucien Ferrandis — dont la vie a un sens : le mauvais — a tout fait pour que voie le jour à l’entrée est de Carcassonne son projet de zone commerciale, la quatrième de cette petite ville : aux zones de Pont-Rouge, de Salvaza, de Géant Casino 2, va donc s’ajouter, en 2020, Rocadest. Environ 21 hectares de béton, alors que la ville d’environ 50 000 habitants compte déjà, selon un article du site Libération, "plus de 100 000 m2 dédiés aux grandes surfaces", soit "une densité commerciale environ trois fois supérieure à la moyenne nationale."

Sur cette friche agricole dotée d’un ancien corps de ferme et située à 3km d’une Zone Natura 2000, vont donc s’élever, notamment, un hypermarché et une galerie marchande de 8000m2, un parking comptant 1800 places de stationnement, une enseigne de sport de 2200m2, une enseigne d’équipement de la maison de 2500m2, 4000m2 d’enseignes de prêt-à-porter, un équipementier auto sur 1000m2, une enseigne d’ameublement de 1200m2 et une enseigne de jouets de 1000m2. — Comme le résume bien le promoteur : "avant tout un élan durable" — élan durable de colonisation intérieure, pourrait-on préciser au vu de l’extension toujours plus oppressante de ces infrastructures bétonnées.

Car du point de vue de ses conséquences environnementales, le projet a non seulement du mettre en œuvre des "compensations" (autrement dit, acheter le droit de détruire des habitats, des plantes, des animaux ou des insectes, par la mise en œuvre de mesures visant au "maintien des populations locales des espèces protégées impactées par le projet", par ex. en aménageant ou en restaurant d’autres lieux, appelés "zones de compensation"), mais il s’est également vu accorder une "dérogation pour le dérangement, la destruction d’individus et d’habitats d’espèces protégées", parmi lesquelles une espèce de lézards, deux espèces de chauves-souris, d’oiseaux et d’insectes.

Ainsi, selon le rapport du CNPN (Conseil National de Protection de la Nature) "Des impacts cumulés forts sont attendus sur la fonctionnalité écologique et la faune protégée, en particulier les insectes et les oiseaux du fait notamment de la présence d’un futur projet d’extension de la ZAC Rocadest." Selon le rapport du Commissaire Enquêteur, il résultera de la mise en œuvre de ce projet "La destruction inévitable d’individus et d’habitats de lézards ocelés, espèce protégée.", ainsi que "La destruction probable d’autres espèces d’insectes, reptiles et oiseaux protégés ou non...".

Le 23 janvier 2019, la première pierre de Rocadest a été posée. "Une bouffée d’oxygène", affirme cyniquement André Tiquet, président de la fédération du BTP de l’Aude.

Ici encore leurs profits valent plus que la vie.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.