Soirée au kiosk le 18 janvier à 20H

Somalie : Pirates ou garde-côtes ? Un concentré des plaies de ce monde


Depuis le début de la campagne maritime contre les "pirates Somaliens (eux s’appellent "Gardes côtes") vingt-deux personnes ont été enlevées par les commandos de marine français et croupissent en prison ou végètent de foyers d’urgence en psychiatrie.
Deux mois après le procès du Tanit à Rennes, rencontre avec le collectif Iskashato (ceux qui mettent leurs ressources en commun) qui suit les errances de ces otages et ont publié l’excellent livre "Frères de la côte" (L’insomniaque) qui sera présenté au passage

Extrait : "Du temps où les Égyptiens de l’antiquité naviguaient vers le Pays de Pount, dans la Corne de l’Afrique, un précurseur de Barbe-Noire voguait déjà dans leur sillage sur un radeau de roseau. De nos jours, la piraterie connaît un regain en Afrique. Mais c’est celle qui sévit au large des côtes somaliennes qui cause le plus de dommages et qui retient l’attention des médias, prompts à forger une figure maléfique, accusée de menacer le bien-être des consommateurs occidentaux : le pirate somalien, barbare exotique mû par le plus vil appât du gain. Or ces nouveaux flibustiers sont, à l’origine, des pêcheurs spoliés de leur gagne-pain, car l’éclatement de l’État somalien a attiré d’autres prédateurs, autrement redoutables, sans que la« communauté internationale » s’en émeuve : flottes de pêche usant de méthodes industrielles illicites, mafias sous-traitant le « stockage » des déchets toxiques de l’Occident en les immergeant dans l’océan… Ainsi les rapines des pirates relèvent en fait de la légitime défense.


À lire également...

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.