Tarn : contre la construction du barrage de Sivens des nouvelles de la résistance

Nous mettons à jours autant que faire se peu un fil d’info sur la lutte qui se déroule en ce moment au Testet.
De nombreux affrontements sur la zone qui malgré tout tiens toujours. plus d’info sur le site des opposant.e.s
Rassemblement mardi 9 septembre à 18 h place st étienne à Toulouse

Mardi 9 à 10h une action a lieu au conseil général du Tarn à Albi, pendant que sur site les moblots continue à gazer et le GIGN est à pied d’œuvre pour déloger les personnes dans les arbres.
Un appel est lancé pour une manifestation à 18h à la préfecture de Toulouse place st Étienne.

Le fil de la journée du lundi 8 septembre assez chargée surtout par les mobiles. Ça tiens toujours.

Solidarité en peinture, la boîte qui doit faire les prélèvements ciblée dans le poitou...

Sur Canal sud un court reportage réalisé dimanche avec les grévistes de la faim à Gaillac

Lundi 1er septembre 2014, le Conseil Général du Tarn a décidé de passer en force avec le soutien du nouveau Préfet. Le déboisement de bois en limite de la zone humide a commencé sous la protection d’environ 200 CRS et gendarmes. Plus de 200 opposants, notamment des représentants d’associations écologistes, d’ATTAC et de la Confédération Paysanne, étaient sur place et ont tenté de freiner, en vain, l’avancée des tronçonneuses.
Les CRS écartaient les opposants avec des gaz lacrymogènes. Des affrontements ont eu lieu et il y a déjà quelques blessés ainsi que 7 interpellations (presque tous sont ressortis de leur garde à vue).

Les abatteuses, machines déboisant très vite, n’ont pu elles entrer sur le site du chantier qui était occupé, y compris par des tracteurs.

A 13h30, une manifestation (décidée à 11h30) devant le Conseil Général a regroupé une centaine de personnes. Après la rencontre avec les médias, une délégation de 5 personnes (1 membre du Collectif, 1 représentant de la Confédération Paysanne et 3 élus régionaux EELV) a pu rencontrer la directrice de cabinet du Conseil Général. Contrairement à ce qui est affirmé en introduction de l’interview de Thierry Carcenac, président du Conseil Général, dans le journal de France 3 Tarn, ce n’est pas lui qui a rencontré la délégation, il a préféré courageusement envoyer sa directrice de Cabinet qui lui a transmis ensuite les échanges…

Après avoir regretté l’absence d’élus du département (en dehors de Roland Foissac, conseiller général communiste, et partisan d’un moratoire du projet, qui a facilité la rencontre), les membres de la délégation ont demandé :

- Un moratoire des travaux dans l’attente des 4 recours en justice et le retrait des forces de l’ordre.

- L’organisation d’un véritable débat démocratique avec la communication de tous les éléments, dont les avis des scientifiques,

Le groupe a rappelé la responsabilité du Président du Conseil Général en cas de violences sur le site et au sujet de la santé des grévistes de la faim (qui en sont à leur 6ème jour).

Dans un communiqué diffusé le jour du lancement de la grève de la faim, Thierry Carcenac a osé ce gros mensonge : « Devant l’échec des moyens légaux à leur disposition, des actions violentes et des occupations illégales sont menées par des individus sur le site de Sivens ». Thierry Gentilhomme, nouveau Préfet du Tarn (arrivé aujourd’hui !), lui a emboîté le pas ce lundi après-midi en déclarant à la presse que tous les recours des opposants avaient été épuisés.

Pourtant, ils savent parfaitement que plusieurs recours juridiques déposés par le Collectif et ses partenaires sont en effet en cours d’examen :

• Un recours au fond contre l’arrêté dit « Loi sur l’eau » du 3 octobre 2013 ;
• Un recours au fond contre la déclaration d’utilité publique (DUP) du 2 octobre 2013 ;
• Un recours au fond et en référé suspension contre l’arrêté de dérogation à l’interdiction de destruction d’espèces protégées du 16 octobre 2013. La demande de suspension du projet devrait être appelée devant le tribunal administratif dans les 15 jours à venir.

Le 28 février 2014, Jean-Marc Ayrault, alors Premier ministre, avait déclaré aux médias « que les recours déposés contre le projet de transfert d’aéroport de Nantes vers Notre-Dame-des-Landes devaient être examinés par la justice avant que les travaux ne puissent commencer » arguant du fait que « nous sommes dans un État de droit ». Ségolène Royal, Ministre chargée de l’Écologie, a poursuivi cette politique.. Pourquoi l’État de droit ne s’applique-t-il pas alors dans le Tarn également ? Le Collectif demande à Ségolène Royal de geler ce projet très contesté jusqu’à ce que tous les recours déposés soient examinés par la justice !

Rappelons que plusieurs barrages construits par la CACG ont été condamnés de nullité après leur construction du fait que la justice avance moins vite que les bulldozers. Il en est ainsi du barrage de Gabas (dept. 64 et 65) et, plus proche de nous, de celui de Fourogue construit en 1998 sur le bassin de la Vère pour le Conseil Général du Tarn et qui a été déclaré illégal en 1999.

Concernant les impacts environnementaux du projet, la Préfète du Tarn a déclaré en mai que le barrage de Sivens est un « projet environnemental exemplaire ». En d’autres termes, le secrétaire général de Préfecture a répété le même mensonge le 27 août sur France 3 Tarn en déclarant que « toutes les mesures de compensation ont été prises ». Dans notre communiqué du 20 mai 2014 titré « un projet exemplaire... du mépris de la Préfète envers les experts et les citoyens », nous avons déjà fait la démonstration que les représentants de la Préfecture manipulaient l’opinion publique.

Face à ce passage en force et à tous ces mensonges, le Collectif appellent ses adhérents et sympathisants à poursuivre et renforcer la mobilisation contre le déboisement qui est en cours. Pour rejoindre le Collectif sur place, rendez-vous au carrefour de Barat (Voici le plan d’accès en pdf sur le site) où vous serez accueillis.

De nombreux médias couvrent désormais ce dossier (TF1, France 2, France 3 national, France Inter, L’humanité, etc). Une mise à jour sera faite dès que possible sur la page web dédiée.

Nous comptons sur votre mobilisation !

Le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet
http://www.collectif-testet.org

GRÉVISTES DE LA FAIM CONTRE GARDES MOBILES
Ils sont 4 à se faire cette violence là pour protester et faire barrage au barrage : Christian, Rolland, Ben et Marc. Rencontre avec deux d’entre eux à leur 5ème jour sans manger. Pacifistes oui mais déterminés plus que jamais face aux dénis de démocratie du CG du Tarn et décidés à sauver la zone humide du Testet
Ecoute de l’interview de 7min30 sur Canal sud :

Point sur ce qui se c’est passé depuis lundi (25/08) sur la ZAD du Testet, réoccupée depuis le 15 août dernier. Plus d’une centaine de gendarmes ont pris position autour de la zone occupée par les personnes opposées au projet de construction d’un barrage à cet endroit, et donc le déboisement d’une partie importante de la forêt de Sivens. Des barricades ont été dressées et la résistance s’organise face aux gaz lacrymogènes et tirs de flashball des gardes mobiles. Les occupants appellent de nouveau à les rejoindre sur place pour s’opposer au début des travaux Le site du collectif Tant qu’il y aura des bouilles maintient un fil info quotidien que nous relayons.

Mercredi 27 août, le point à 14h

Par rapport à tous les articles des médias de masse qui nous traitent de "violents" (la dépêche ici), qui disent que la "résistance est vaine" (FR3), on voudrait préciser que nous travaillons à faire obstruction à ces travaux-là, dans un contexte donné, qu’on y risque notre peau tandis que les huiles du parti socialiste se la coulent douce avec l’argent public et arrosent leurs copains aux manettes des entreprises.

Articles du 27 août : (Tous les articles sur notre page Presse)

- Le Lot en Action : Mobilisation générale au Testet : le bras de fer a repris (d’où sont empruntées les photos)
- Reporterre : Les opposants au barrage du Testet résistent aux forces de l’ordre

À 12 h La Bouillonnante est encerclée. Deux copains tabassés et interpellés. Beaucoup de gendarmes mobiles. Besoin de renfort évidemment !

Côté Métairie : Barricade débordée, une autre interpellation violente.

Côté Maison de la Foret : Les flics sont montés et ont dégagé avec un bulldozer la grosse barricade. Des plots en beton ont été installés pour barrer l’accès au site. Les flics ont ensuite rejoint le site. Le campement n’a pas été attaqué, ni détruit.

Plus tôt dans la journée :

À 9 h arrivée des forces de l’ordre.Côté Métairie neuve, arrivée en mode "soft" : ils ont été apparemment surpris par la nouvelle barricade érigée à ce niveau. Le périmètre tenu par les occupants s’est donc accru dans la nuit. L’accès à la zone de chantier est donc rendue inaccessible, tant que cette barricade tient.

Coté Bouillonnante : arrivée de gardes mobiles en mode "flashball". Barricade renforcée pendant la nuit. Cela va être chaud.

A noter, présence de naturalistes sur le site, côté Métairie Neuve, sur le Tescou : vous pouvez les appeler ou leur rendre visite pour discuter mesures compensatoires, c’est à côté de Poitiers. 8 gendarmes-ninjas en escorte directe, 20 gendarmes sur la route.

Tôt le matin avec les copains du collectif Testet : visite aux employés de la DDE sur Gaillac (qui viennent déménager les affaires des occupants lors des expulsions) pour leur rappeller l’existence d’un droit de retrait, entre autres choses.

À Gaillac à 7h30 aux locaux techniques du Conseil Général, 25 personnes ont abordé les salariés qui embauchaient au CG81 pour leur distribuer le tract "droit de retrait". On n’adresse pas aux uniformes mais aux personnes qui y sont dedans, contre la déshumanisation de ce monde. Les conducteurs d’engins peuvent être en danger lorsqu’ils empruntent la D132 pour faire les travaux avec la CACG.

Hier mardi, un camion s’est fait caillassé près de la Métairie et a abandonné l’idée de continuer son boulot ! Qu’ils ne fassent pas de zèle et qu’ils abandonnent leurs engins s’il est immobilisé. La DDT mobilise des tracto-pelles pour Sivens (c’était lundi qu’elle est venue).

Mardi 26 et mercredi 27 : Concerts de soutien et préparation à la désobéissance civile

Mardi 26 août : Bilan de la journée

Résistance en cours ! Et cela continue demain !

Récit et photos du 26 août : Defendons-la-ZAD-du-TESTET

- Grosse journée : La bouillonnante est toujours debout. Plusieurs barricades en empêchent l’accès direct aux forces de l’ordre. Escarmouches sur celle située sur le pont enjambant le Tescou. Les gendarmes ont essayé de s’en approcher mais ont ensuite reculé, la barricade ayant subitement pris feu. Tirs de flashball mais pas de blessés. Jeu du chat et de la souris péchu en sous-bois. Situation tendue toute la fin d’après-midi.

Les travaux de terrassement sur le site (500 mètres en amont du Tescou par rapport à la Bouillonnante) sont probablement liés à l’installation d’une future plate-forme logistique pour le chantier.

On ne pourra sans doute pas faire un suivi aussi régulier que celui d’aujourd’hui tous les jours. Mais les suivants risquent de ressembler à aujourd’hui, voire d’aller crescendo jusqu’au 1er septembre et le début possible des travaux de déboisement.

Notre appel à résistance et réoccupation (Cf. ci-dessous) est donc plus que jamais d’actualité.

- La préfecture reste droit dans ses bottes et poursuit son intox : voici le communiqué d’aujourd’hui. Voici également le communiqué du collectif pour la Sauvegarde de la zone humide du Testet qui fait le point, et qui vous donnera quelques arguments si d’aventure vous appeliez les contacts Presse donnés dans le communiqué préfectoral.

- Quant à la presse locale, on va en faire la une toute la semaine, nous vous laissons la découvrir par vous-mêmes…tout en n’oubliant pas de nous lire pour avoir notre version des faits !

Bref, venez tous, il y a besoin de monde et chacun peut se rendre utile, plein de choses sont en préparation !

Lundi 25 août : gros déploiement policier sur le site !

Un déploiement massif de forces de l’ordre (50 gendarmes au moins + qques PSIG et RG) a eu lieu aujourd’hui le long du Tescou.

Il apparait désormais que la préfecture avait organisé une opération « tout-en–un » sur le site :

- destruction de cabanes installées depuis le 15 aout,

- protection d’une petite opération de terrassement le long de la route n’ayant a priori pas de lien avec le projet,

- protection d’une nouvelle opération de déplacement d’espèces protégées par des naturalistes.

Nous avons craint un moment une expulsion illégale d’un nouveau campement installé depuis plus de 48 heures sur la parcelle initialement occupé en janvier dernier (jusqu’à son expulsion illégale le 27/02). Elle aurait peut-être eu lieu sans notre mobilisation.

Nous avons pu récupérer une partie du matériel embarqué au niveau des cabanes dans les camions de la DDE, en les bloquant sur la route. Quelques escarmouches ont eu lieu alentours. Deux copains au moins ont été interpelés dans la matinée ailleurs sur le site.

A noter : des vigiles privés sont positionnés au moins à un des accès de la zone. On dirait que la Préfecture manque déjà de troupes Par ailleurs, la maison de la forêt de Sivens était fermée aujourd’hui. Il n’est pas impossible que son accès soit tout bonnement interdit sous peu.

Cette journée confirme bel et bien que les grandes manœuvres sont sur le point de commencer. Le déboisement peut commencer le 1er septembre et les informations dont nous disposons laissent penser que cela risque d’être le cas. Plus que jamais nous avons besoin de monde sur place ! Nous avons repris pied sur la Zone A Défendre. La mobilisation et l’occupation, c’est maintenant !

Appel à présence, soutien et occupation - 25 août

Lundi 25 août : la Bouillonnante réoccupée !

Bouilles Hebdo du 18 au 24 août : fil infos de la semaine

Attention si vous venez au Testet, sachez que leurs "arrêtés" stipulent qu’il est interdit de circuler sur la D132, de camper, de se rassembler, que leurs flics contrôlent les identités, fouillent et confisquent le matériel de camping.

Bouilles Hebdo du 11 au 17 août : fil infos de la semaine.

Dès le 12 août, le Conseil Général du Tarn a missioné des des agents, escortés par la gendarmerie, pour commencer le travail de déboisement. Bilan de la journée :

8 arbres abattus, 3 cabanes tombées, un camp détruit, la route de la Maison de la Forêt de Sivens bloquée par un tas de terre/gravier et une copine au poste parce qu’elle a eu le malheur de se promener dans les bois sans ses papiers.

La suite du compte-rendu de la journée du 12 août.

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.