Vérité et justice pour Sakine, Rojbîn et Leyla, militantes kurdes assassinées à Paris le 9 janvier 2013

Rassemblement jeudi 9 janvier à 18h, métro jean jaurès

Dans la nuit du 9 au 10 janvier 2013, les corps des militantes kurdes Sakine Cansiz, Fidan Dogan (Rojbîn) et Leyla Saylemez ont été retrouvés sans vie, au 147 rue La Fayette, à Paris, dans les locaux du Centre d’Information du Kurdistan. Elles avaient été froidement exécutées de plusieurs balles dans la tête.

Nombre d’indices révélés par l’enquête ont font apparaître que le meurtrier présumé, Ömer Güney, arrêté quelques jours après les meurtres, avait agi pour le compte des services secrets turcs (MIT), comme le confirme le réquisitoire du Procureur de la République dans cette affaire : « de nombreux éléments de la procédure permettent de suspecter l’implication du MIT dans l’instigation et la préparation des assassinats. »

Cependant, la mort, le 17 décembre 2016, de l’assassin présumé a empêché la tenue de son procès qui devait commencer le 23 janvier 2017 devant la Cour d’assises. Bien qu’informée des graves problèmes de santé de Güney, la justice française avait différé la tenue de ce procès, manquant ainsi une occasion cruciale de juger, enfin, un crime politique commis sur le territoire français ! Depuis les années 60, pas moins de 43 assassinats politiques ont été commis sur le sol français. A ce jour, ils sont tous impunis !

La promesse du gouvernement de l’époque de faire toute la lumière sur ces assassinats a très vite été jetée aux oubliettes. Toujours soucieuses de préserver leurs relations avec la Turquie, les autorités françaises n’ont même pas eu la décence de recevoir les familles des victimes, ni les représentants de la communauté kurde.

Il faut dire que les intérêts politiques et économiques de la France sont bien supérieurs à la justice. D’ailleurs, non contente de maintenir l’impunité de ces crimes politiques, la France n’hésite pas à prendre des mesures répressives à l’encontre des activistes associatifs kurdes, à chaque fois qu’elle signe de gros contrats avec la Turquie.

A l’issue d’une session "sur la Turquie et le peuple kurde", tenue à Paris les 15 et 16 mars 2018, le Tribunal Permanent des Peuples (TPP), juridiction internationale indépendante des États, a reconnu la responsabilité directe de l’État turc dans le meurtre des trois militantes kurdes. Le TPP s’est fondé notamment sur des révélations de deux agents du MIT capturés par le PKK, affirmant que l’exécution des trois femmes avait été planifiée par de hauts responsables de l’agence du renseignement turc.

Suite à une plainte déposée en mars 2018 par les familles des trois militantes kurdes, fondée notamment sur les révélations des agents du MIT, un juge d’instruction a été récemment saisi du dossier. Il est à espérer que la justice française aura, cette fois, le courage d’identifier et condamner les commanditaires de ces assassinats politiques.

La mort du meurtrier présumé n’entame en rien notre détermination à lutter pour la vérité et la justice !

Le ou l’un des exécutants est mort, mais les commanditaires sont toujours vivants et libres ! Ils sont au pouvoir en Turquie !

7 ans après, le silence des autorités françaises est inadmissible ! Nous exigeons d’elles toute la lumière sur ces assassinats et, enfin, la justice !

Le CDK Toulouse appelle à manifester pour demander la VÉRITÉ et JUSTICE sur les assassinats des militantes kurdes Sakine Cansiz, Fidan Dogan (Rojbîn) et Leyla Saylemez

  • Rassemblement prévu à Toulouse le 9 janvier à 18 heures au METRO JEAN JAURES
  • Manifestation samedi 11 janvier à PARIS à partir de 10h30 à la garde du Nord.
    Pour monter à Paris, nous avons un bus qui de d’UNION le vendredi 10 janvier à partir de 22 heures, les camarades intéressés peuvent nous écrire pour des places. contact téléphonique : 0760162105

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site. Nous rappelons que les compléments d’information n’ont pas vocation à être des lieux de débat. Ne seront publiées que des informations factuelles.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

  • 8 janvier

    Attention ! Jeudi 9 janvier et non samedi 9 janvier !!

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.