Journée ordinaire et souricière sous l’état d’urgence à Bordeaux

Résumé de la manif du 19 mai.

La journée commence bien, le soleil est là, le monde aussi. La manifestation est bien plus imposante que mardi et d’après moi, (difficile de juger) plus que la semaine précédente. On sent une certaine effervescence chez les manifestantEs, beaucoup de fumigènes et de bonne humeur.

Après les accrochages de la semaine dernière pour savoir qui prendrait la tête entre « autonomes » et CGT, le joyeux cortège sans étiquette décide de s’installer en fin de manif, précédé par Sud et suivi de la CNT. Il faut souligner, que même si ce n’était pas trop dans la culture de lutte Bordelaise, ce cortège est de plus en plus hétéroclite et nombreux, composé de jeunes et moins jeunes, syndiquéEs ou pas, bref, de personnes qui ont décidé de lutter et de se défendre ensemble un peu différemment.

Tout au long du parcours quelques banques sont décorées de peinture, les slogans classiques du type « anticapitaliste », et « Bordeaux soulève-toi » égayent la fin de matinée. Mais la Bac est déjà sur les dents malgré l’absence de violence, énervée de voir ce groupe grossir de minute en minute. Depuis le début du mouvement, ils ne cherchent que la confrontation.

On arrive alors sous un « tunnel » du centre ville (Meriadeck). Il faudra un jour que les responsables du parcours justifient leur choix (pref, syndicats…) . CertainEs se méfient, mais la plupart (moi compris) ne voient pas de suite le danger, et s’enhardissent grâce à la force des chants et de leurs échos sous ce tunnel. On se sent fortE, joyeuxSE, mais le piège se referme déjà … à l’avant du groupe, des flics casqués coupent la manif en deux, derrière la CNT, les gendarmes mobiles ferment la nasse. On a déjà vu cette technique dégueulasse ailleurs, mais là, dans le tunnel, on se rend vite compte du carnage à venir.

Intelligemment, le camion CNT refuse de s’engager dans le tunnel et reste dans la pente, laissant au cas où un lieu ouvert pour respirer. Devant, les manifestantEs ne décolèrent pas face à l’ignoble provocation, divers projectiles de peinture sont alors jetés sur les flics, un extincteur rempli de peinture est vidé sur la 1ère ligne sous les « hourra ! » de la foule, une ou deux cannettes et quelques pétards. Les flics repoussent les manifestantEs qui luttaient corps à corps, à coups de matraques et gazeuses. À la sortie du pont, les manifestantEs de SUD refusent de laisser la fin de la manif piégée sous le tunnel et reviennent vers nous, mais sont stoppéEs à quelques mètres par la Bac. Les flics ont l’air dépassés, la plupart repeints façon pop art des pieds à la tête, leur plan ne marche pas, la nasse n’est pas abandonnée, la pression se fait forte des deux cotés. S’ensuivent plusieurs mêlées coté SUD, de la peinture vole encore alors que quelques syndiquéEs tentent des négociations, SUD surtout, mais on a aussi aperçu des camarades de la CGT.

Après 30 minutes, devant le ridicule de la situation, les flics laissent passer les manifestantEs sous les huées. On sort de là et on s’aperçoit que le gros des troupes est parti, juste SUD avait attendu en masse. On apprendra après par des camarades de la CGT que leur SO avait incité fortement les gens à avancer. J’espère pour eux qu’aucun plan n’ait été établi avec les flics pour nous laisser là. Aujourd’hui on est passéE, mais la situation aurait pu tourner au tragique, on imagine la régalade des flics et de la Bac avec ces centaines de manifestantEs coincéEs de toute part.

Preuve en est que la solidarité entre manifestantEs est primordiale.

En fin de manif, vers 14h30, un petit groupe tente de partir en manif sauvage. Peu nombreuxSES, ils se feront harceler par la Bac qui n’avait réussi à interpeller personne jusque ici, plusieurs camarades seront alors emmenéEs au poste.

Un manifestant en lutte
seule la lutte paye !! Bordeaux en lutte !!!



Manif mardi 24 , 18 h, manif jeudi 26 , vendredi 20 action de blocage

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

  • 21 mai 2016

    Bonjour, les 3ème et 4ème photos (donc la photo de présentation) sont les miennes, merci de me demander mon accord avant publication et/ou de préciser la source : facebook.com/Eligraphie

    Merci pour cet article détaché de la désinformation des médias. Bonne journée

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.