Au collège de Jolimont, si tu donnes pas tes empreintes, tu passes en dernier à la cantine !

Ca fait déjà pas mal de temps que les collèges se sont mis à la biométrie en demandant à leurs élèves de se soumettre à un relevé d’empreinte palmaire en début d’année. Le but ? Contrôler l’entrée du réfectoire à l’aide d’une borne sur laquelle les gamin-es sont invité-es à poser leur main. Un geste pas anodin.

Alors que la criminalisation du refus de signalétique [1] est un processus déjà bien avancé en France, l’Etat habitue ses sujets dès le plus jeune âge à se soumettre au fichage biométrique.

La CNIL encadre sagement tout ça, et les collèges sont tenus de respecter les refus éventuels des parents en fournissant aux élèves une carte ou un badge pour manger malgré tout à la cantine.

A Jolimont, la principale Florence Lapeyre prévient les parents d’élèves : celles et ceux qui refusent de se plier à l’exercice mangeront cette année en fin de service.

En attendant la condamnation pour refus de signalétique... ?

Notes

[1Signalétique : prise d’empreintes et de photos.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

  • 11 septembre

    Il existe le même procédé dans le lycée où je suis assistant d’éducation.

    Ce qui retient mon attention ce sont les arguments avancés par l’administration : plus facile, on oublie pas sa carte, plus rapide...

    Seulement voilà, lorsque des élèves ont refusés de se soumettre au fichage biométrique (on nous affirmait qu’il était infaillible et bien sécurisé... Les promesses n’engagent que ceux qui y croient comme on dit) on leur a bien mis la pression, avec des phrases comme " mais pourquoi tu veux pas ?" Devant ses camarades, devant les profs... Histoire de le-la mettre en difficulté, avec des arguments comme vu plus haut... Et lorsque l’élève exprimait son simple refus les bureaucrates n’en demordaient pas, ils voulaient savoir pourquoi.

    On est effectivement dans une pratique qui s’installe tranquillement. Mes collègues et moi même avons refusés ce fichage et à nous on ne pose pas de questions... Surement parce qu’on est étiqueté comme gauchistes constamment en grève... Et que les débats... L’administration n’aime pas vraiment ça.

    Tout ça pour dire qu’avec cette satanée borne de nouvelles difficultés de fluidité du self sont apparues... Le progrès technique qu’on nous dit !

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.