Compte-rendive de la journée de bulbage - Jeudi 2 Juin

Jeudi matin, rendez-vous matinal à Pont Jumeaux pour bloquer l’entrée du périf. On a touTEs les yeux un peu collés mais contentEs de foutre la pagaille dans la circulation, n’en déplaise à notre chère police et aux patron-ne-s comptant sur le travail des salariéEs qui se lèvent à l’aube pour réaliser le chiffre d affaires.

Zoom sur les lieux de l'action

C’est parti. On se met à plein pour ramener le matos, et à partir de 6h45, l’accès à l’allée de Brienne est bloqué et le passage par le boulevard de la Marquette est filtré.
Transport du matos à travers le parking de ponts-jumeaux
Installation de la première barricade
On en profite pour aller voir les automobilistes à l’arrêt,on a certains bons retours (poing levé, « on vous soutient ») et des moins concluants (« vous êtes à côté de la plaque, vous ne connaissez rien a la concurrence mondiale » (sic)). On enflamme quelques pneus. Les flics municipaux arrivent assez rapidemment et cherchent à nous empêcher de distribuer des tracts, on s’en fout, on continue.
Des énervéEs enflamment un pneu

À partir de 7h, l’entrée du périf est bloquée de l’autre côté de ponts jumeaux. Les flics mettent en place une déviation en amont qui ne remet pas en cause le blocage du périf. Y a plutôt une bonne ambiance, surtout lors de l’arrivée du café et des crêpes (tmtc !)

UnE énervéE se déride après un bon café - 242.9 ko
UnE énervéE se déride après un bon café
UnE énervéE se déride après un bon café

De bleu-e-s s'amassent près du point de blocage, prêt-e-s à frapper
Vers 8h, plusieurs camions de CRS rappliquent. On a à peine le temps d’emporter nos affaires que deux escadrons nous foncent dessus, casques et matraques en main. Ils nous chargent et nous enchassent à coups de matraque sur les mollets. Les robocops sont en forme et on comprend vite qu’ils auront la tabasse facile. Des deux côtés du pont, on se fait dégager super rapidement.
Ca charge et ca matraque sur les allées de Brienne

Un groupe part vers les Amidonniers. Là, on se fait poursuivre par la BAC : on remonte pour rejoindre l’allée de Brienne, où on se fait nasser juste avant le pont qui mène place Héraklès.
NasséEs près de la place Héraklès

9h. : On est une vingtaine de personnes dans la nasse. Ca gaze, coups de tonfa sur un mec puis arrestation. Avec difficulté, un petit groupe parvient à mettre en place une stratégie collective pour tenter de refuser le controle d’identité. Au final, on parvient tous et toutes a sortir de la nasse, certainEs ayant évité d’être fouiléEs, et à s’épargner la vue de ces abrutis en uniforme.

Un autre groupe parti de pont jumeaux s’est retrouvé près du jardin japonais. Là encore, contrôle d’identité, et une autre arrestation.

9h30 : Assemblée à la Chapelle, où on se donne des nouvelles des copains-copines interpellées, et d’où ressort l’importance de poser une stratégie collective et politique contre le controle d’identité.

Midi :Manif pour un trajet au rabais. On est crevéEs mais on marche ensemble, on tient la rue et si les flics envoient les gazs on continue. Nombreux contrôles d’identités à la fin.

Bref, une journée qui pose plusieurs questions :

  • stratégies collectives et reponse politique face au contrôle d’identité,
  • conséquences du décalage à la derniere minute du blocage prévu par les syndicats, qui nous a laisséEs isoléEs et plus vulnérables.
Bulbons tout ! - 228.9 ko
Bulbons tout !

P.-S.

Cette journée de répression ne nous décourage pas, au contraire, et nous conforte dans l’urgence de lutter contre le capitalisme et ses institutions policières

La lucha sigue !!!!

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

  • 4 juin 2016

    Notes des auteurICEs : au moment où cet article a été rédigé, on n’avait pas encore connaissances des suites de la répression judiciaire suite à cette action. À ce stade, on tient juste à préciser que l’humour employé n’avait pas vocation à minimiser ou de prendre à la légère les conséquences dégeulasses des violences policières ni de la justice de classe, mais plutôt à être une arme de plus contre elles. Désolé si on a blessé des personnes directement impliquées !

  • 3 juin 2016

    Big up a la mise en scène et aux gifs de qualité

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.