Contre les mises à la rue et la politique anti-pauvres de Moudenc, rassemblement place du Cap !

Suite aux expulsions répétées des familles et personnes campant devant la Veille Sociale faute d’hébergements à Toulouse, un groupe composé de collectifs et d’individu-e-s, personnes à la rue et soutiens se réunit depuis maintenant une semaine et appelle à un rassemblement lundi 2 octobre à 18h place du Capitole.

Il nous est apparu urgent de dénoncer la politique de la municipalité et celle de la préfecture, qui refusent d’ouvrir plus d’hébergements pour ces familles et individu-e-s à la rue à Toulouse, toujours plus nombreux. Beaucoup trop de personnes, dont des enfants, sont obligées de dormir dehors, dans des parcs ou dans la rue.

Pour contester ces traitements, des campements ont lieu tous les soirs devant la veille sociale. Mais la police a été chargée de les déloger systématiquement. m

Chaque jour la police vire les tentes et les affaires de devant la veille sociale, en usant de la force, procédant à un véritable harcèlement policier.

Un rendez-vous est fixé lundi à 18h place du capitole, pour soutenir toutes les personnes qui campent devant le 115 et qui n’ont pas d’hébergement.

Venez nombreux.ses ! La solidarité est notre arme !

Communiqué de presse de Familles voulant faire valoir leur droit à l’hébergement et à la dignité

Nous, familles en situation de précarité n’ayant d’autre choix que de bénéficier de prises en charge hôtelières, sommes contraintes de revendiquer notre droit à l’hébergement. Ce droit est mis en péril par la Préfecture de la Haute-Garonne qui a décidé de cesser les prises en charge de certaines familles.

Par nos démarches de demande d’asile, de titres de séjour (étranger malade, parents ou conjoints de personnes malades, parents d’enfants français...) ou par notre nationalité européenne, la loi nous garantit une continuité à l’hébergement ou une prise en charge adaptée.

Parmi nous se trouvent des femmes isolées avec enfants de moins de trois ans qui subissent la délibération du Conseil Départemental du 12 avril 2016.

Nous refusons de vivre confrontées à la violence de la vie à la rue avec nos enfants et pour certaines d’entre nous avec de graves problèmes de santé.

A la rue, nous avons froid, nous avons peur, nous tombons malades, nos enfants ne peuvent plus suivre leurs cours et ils ont honte. Les femmes seules avec leurs enfants sont encore plus vulnérables.

Même quand nous trouvons quelqu’un qui nous héberge temporairement, cela devient souvent vite très difficile à vivre pour les uns comme pour les autres.

Nous ne comprenons pas pourquoi nous sommes laissées à la rue. Nous ne comprenons pas pourquoi la Préfecture ne s’adresse pas directement à nous et pourquoi ses décisions passent toujours par un intermédiaire. Nous ne comprenons pas pourquoi la Préfecture ne justifie ses décisions.

Nous demandons un rendez-vous à la Préfecture afin d’obtenir les explications nécessaires et l’application de la loi.

Nous n’oublions pas ceux qui n’ont même plus droit à un hébergement.
Des familles voulant faire valoir leur droit à l’hébergement et à la dignité

Parmi ces familles plusieurs personnes sont très volontaires pour prendre la parole auprès des médias et de la Préfecture.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.