Rassemblement pour la libération de Youssouf et Bagui. Justice et vérité pour Adama !

Le 19 juillet dernier Adama Traoré est mort entre les mains de la gendarmerie.
Les médias ont rapidement relayé la version des flics comme d’habitude ainsi que celle du procureur Yves Jannier qui parle « d’accident », puis invoque des « problèmes de santé » d’Adama pour justifier ce meurtre.

Le dossier aurait pu être enterré comme c’est trop souvent le cas dans ce genre d’affaire, mais c’était sans compter sur la détermination de la famille et des proches d’Adama , ainsi que l’action d’autres collectifs de familles et de militants qui ont fait face à ce genre de situation.

Cette détermination a permis d’approfondir l’enquête, de médiatiser les témoignages des proches et de démonter la version policière. C’est cette lutte et cette énergie collective contre l’impunité et pour la vérité qui met la pression sur les autorités.

On connaît l’histoire des exactions commises contre les immigrés et les jeunes de quartier et l’on sait combien il est difficile de faire face aux institutions qui répandent leurs mensonges, salissent la mémoire des victimes, mettent la pression sur la famille et les proches.

On pense à Wissam El-Yamni, à Ali Ziri, Lamine Dieng, à Habib « pipo », Hakim Ajimi, Amine Bentounsi, et tant d’autres frères tués par la police ces dernières années...

Le courage de la famille Traoré, la détermination des proches, la solidarité du quartier ont ouvert la voie à une mobilisation d’ampleur qui a permis de réunir plus de 2000 personnes à Paris le 5 novembre, et qui s’étend à présent dans tout le pays et au-delà.

Aujourd’hui un nouveau cap est franchi dans l’indécence. Assa Traoré, la sœur d’Adama qui est en première ligne de ce combat est poursuivie pour diffamation par la maire de Beaumont, Nathalie Groux.

Suite à cela un rassemblement avait lieu devant la mairie. Encore une fois la répression s’est abattue sur le quartier et deux des frères, Bagui et Youssouf ont été interpellés. Ils sont accusés « d’outrage », « rébellion » et « menaces de mort » sur des municipaux. Ils sont à l’heure qu’il est en prison en attendant leur procès le 14 décembre.L’acharnement se poursuit.

Et comme ces gens ne semblent pas connaître la honte, ces flics ont été médaillés et récompensés pour leur « courage »...

Ces derniers événements ne font que renforcer la détermination des proches et soutiens.

A Toulouse on appelle à se mobiliser et à s’organiser pour soutenir le mouvement pour Adama et pour toutes les autres victimes. On appelle dès maintenant à la création d’un comité local « justice et vérité pour Adama » et à se coordonner avec les autres villes pour organiser un rassemblement le 14 novembre pour exiger la libération des frères Traoré.

La lutte ne fait que commencer.
Vérité pour Adama
Pas de justice, pas de paix

-* Mercredi 14 décembre - 16H30 - Rassemblement M° Palais de Justice devant le TGI

  • 19H Réunion publique pour la construction d’un comité local « Justice pour Adama » et pour toutes les victimes de la police et du racisme d’État, dans les locaux de Canal Sud (40 rue Alfred Dumeril, M° Palais de Justice)

Comité FUIQP section Habib – fuiqphabib@riseup.net

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.