Gilets, comme une envie de révolution (jaune)

L’appel de Saint-Nazaire, qui fait suite à la deuxième Assemblée des assemblées, se conclu sans ambiguïté par « … nous considérons qu’il faudra sortir du capitalisme ». La seule solution est donc d’avancer dans une perspective révolutionnaire, il n’y pas d’issue réformiste. Nous ne voulons pas aménager le capitalisme, nous voulons sa fin définitive. Oui mais quelle révolution voulons nous ?

Constat

Maintenant nous le savons, le pouvoir ne lâchera rien. La répression nous le confirme un peu plus chaque semaine. Bien sur nous n’attendions rien du grand blabla. Gageons que la frustration de celles et ceux qui y ont participé, devant tant de mépris par le Roi et son valet, va les aider à grossir nos rangs. Puisqu’ils ne lâcheront rien au sommet, nous ne lâcherons rien non plus à la base, c’est notre mot d’ordre depuis le début : Macron démission ! L’appel de Saint-Nazaire, qui fait suite à la deuxième Assemblée des assemblées, se conclu sans ambiguïté par « … nous considérons qu’il faudra sortir du capitalisme ». La seule solution est donc d’avancer dans une perspective révolutionnaire, il n’y pas d’issue réformiste. Nous ne voulons pas aménager le capitalisme, nous voulons sa fin définitive. Oui mais quelle révolution voulons nous ?

1789, la révolution volée au peuple

Depuis le début, sur les occupations, les ronds points, les manifs, les barricades, dans le cortège c’est souvent l’imaginaire de la révolution française de 1789 qui est convoqué, la marseillaise qui est chantée et le drapeau français qui est planté. Mais la révolution de 1789 a été volée au peuple, elle nous a été volée comme tant d’autres choses. La révolution de 1789 c’est l’accession au pouvoir de la bourgeoisie commerçante qui s’était sensiblement développée dans la deuxième moitié du moyen du âge. Elle détenait déjà le pouvoir économique, et elle voulait le pouvoir politique. Pour mener à bien sa « révolution » elle du s’unir de façon opportuniste avec les exploités, avec le peuple affamé et insurgé pour supprimer les obstacles féodaux qui entravaient le développement du capitalisme alors naissant. La bourgeoisie, si elle avait besoin de se déclarer contre l’absolutisme en affirmant que le pouvoir émane du peuple, l’idée qu’il l’exerce vraiment lui était insupportable. La solution était toute trouvée, la révolution instaurerait l’élection et plus largement le gouvernement représentatif. C’est cela que la révolution de 1789 nous a finalement légué : le régime représentatif, l’état-nation jacobin centralisé à Paris et le capitalisme dont la propriété privée, le salariat et l’argent sont les fondements.

Contre les élections et le régime représentatif

Les nouveaux gouvernants qui arrivent au pouvoir dans la période révolutionnaire de 1789 n’ont pas à cœur de créer une « démocratie », il savent tout à fait ce que cela représente de donner le pouvoir au peuple et ils n’en veulent pas c’est écrit noir sur blanc dans les textes de l’époque. Non, ce qui correspond au monde économique en plein essor à l’époque et à sa rationalité marchande, comptable, c’est le régime représentatif. En effet, selon eux « le peuple ne peut pas se gouverner lui même car le peuple est occupé à produire et à consommer, il faut donc une classe d’experts qui saura mieux que le peuple ce qui est bon pour lui ». Or, comme on le sait, l’élection est une procédure inégalitaire et non démocratique, elle n’offre pas à chacun une chance égale de pouvoir accéder aux affaires publiques (il faut un appareil de parti, il faut financer les campagnes, il faut bien parler, être « éduqué », avoir du capital social et financier, les relais dans la presse etc., enfin, il faut être prêt à écraser les autres, il faut être prêt à conquérir le pouvoir ce qui entraine inévitablement des dérives autoritaires, etc.). L’élection techniquement parlant est anti-démocratique puisqu’elle créer de facto une oligarchie (le pouvoir d’un petit nombre) ou une aristocratie (le pouvoir des meilleurs). A travers l’élection, les gouvernants accaparent l’essentiel du pouvoir de décision. De plus, l’absence de mandats impératifs ou de promesses légalement contraignantes et le fait que les élus ne soient pas révocables à tout moment leur donnent une indépendance totale par rapport à leurs électeurs. Dès qu’il y a des représentants permanents, l’autorité, l’activité et l’initiative politiques sont enlevées au corps social pour créer un appareil d’état bureaucratique. Cet appareil enlève non seulement le pouvoir au peuple, mais sous couvert de la légitimé ainsi usurpée à travers l’élection, il revendique aussi le monopole de la violence légitime. Le suffrage ou l’élection font semblant de donner la souveraineté pour immédiatement la reprendre. Conclusion, il n’y a rien à attendre des élections européennes ni des autres, il faut rejoindre l’appel de Saint-Nazaire à boycotter les élections Européennes du 26 mai prochain.

Du servage au salariat, de la révolution de 1789 à la Commune de Paris de 1871

Quand le peuple de Paris se soulève le 18 mars 1871 le capitalisme est déjà bien développé en France. Il a entrainé l’exode rural menant à la concentration de la « main d’œuvre » dans les usines. Les ouvriers — paysans déracinés ou artisans n’ayant pu combattre la compétitivité des machines— se concentrent dans les faubourgs insalubres des villes. Ils et elles sont exploités sans merci par les patrons. On est passé du servage sous l’ancien régime, au salariat dans l’époque moderne, nouvelle forme d’exploitation. Moins de 100 ans après la révolution de 1789, la lutte des classes apparait nettement aux yeux du peuple. La révolution « politique » de 1789 n’a pas entrainé l’égalité économique, ni la fraternité, tout le contraire, elle a permis le développement du capitalisme le plus barbare. Avec le développement du capitalisme, c’est le salariat qui devient la nouvelle forme de servitude. Nous n’avons pas d’autre choix que de vendre notre force de travail en échange d’un salaire. Le salaire que nous recevons est toujours inférieur à la valeur que nous produisons. C’est de cet écart appelé « surtravail » que les patrons capitalistes tirent leurs profits. Nous ne recevons pas la juste part de notre travail. Notre force de travail devient une marchandise qui acquiert une valeur sur le marché du travail. Nous devons donc produire des marchandises en échange d’un salaire pour acheter d’autres marchandises. Nous sommes aliénée à la marchandise, devenu incapables de produire par nous même ce dont nous avons réellement besoin. Le capitalisme a réussi une forme inédite dans l’histoire de contrôle social, bien plus étendu que le pouvoir des souverains de l’ancien régime. Il nous a dépossédé de nos moyens d’existence et il a renforcé toujours plus le pouvoir de contrôle de l’état et des entreprises sur nos vies notamment via le développement technologique ; faisant ainsi de chaque aspect de la vie quotidienne à la fois une marchandise (et donc une source de profit) et un moyen de contrôle. Le 1er mai faisons donc sa fête au travail !

La Commune comme nouvelle forme révolutionnaire

Mais revenons en à la Commune de Paris proclamée le 18 mars 1871 (d’autres communes seront proclamées en France mais aussitôt réprimées notamment à Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nîmes ou encore Perpignan, Narbonne, etc.). La Commune ce n’est pas la révolution conçue comme la prise du pouvoir d’Etat mais la négation même de la forme « Etat » comme forme d’organisation sociale. La Commune exprime en acte, la chose la plus inaudible pour le pouvoir : « Nous n’avons pas besoins de vous ! ». La commune institue l’autogouvernement du peuple par et pour lui même (il est d’ailleurs préférable de parler plutôt « d’auto-organisation ou d’autonomie » afin d’éviter le mot « gouvernement »). Ce ne fut pas une révolution pour transférer le pouvoir d’une fraction de la classe dominante à une autre ou à une quelconque avant-garde du parti, mais pour briser les chaines de l’exploitation et de l’aliénation forgées au quotidien par le capital et l’état jacobin. Les femmes et les hommes qui donnèrent vie à la Commune n’avaient pas de programme prédéfini, mais l’insurrection momentanément réussie (notamment grâce à la fraternisation de la troupe venue chercher les canons de Montmartre et de Belleville et grâce à la fuite du gouvernement d’Adolphe Thiers à Versailles) a permis d’ouvrir un espace d’expérimentation et d’autodétermination. Cela toucha tous les domaines (éducation, logement, travail, alimentation, art et artisanat, etc.) et fut réalisé par des personnes ordinaires (ouvriers, employés, artisans, etc.). Cependant, au moment de l’insurrection, il existait déjà de nombreux clubs, ateliers, coopératives, comité de travailleurs, comités des femmes, comité de défense, etc., bref tout un tas de « comité de base » pourrait-on dire qui permirent de diffuser les idées et les pratiques de l’auto-organisation et qui furent évidemment développés et renforcés lors de la Commune. Ces comités permirent de prendre le relai une fois que le pouvoir eut déserté (il paraît que plusieurs dizaines de milliers d’habitants des beaux quartiers et des fonctionnaires surement haut-placés suivirent Thiers dans sa fuite à Versailles). Dans la perspective de l’internationale ouvrière, la Commune de Paris ne se veut pas ou plus la capitale de la France, elle ne se considère pas comme un « Etat », mais comme une collectivité autonome au sein d’une fédération de communes qui devait se développer à l’échelle internationale. Sans l’aide internationale, sans l’internationalisation du mouvement nous ne pouvons pas gagner définitivement. Le G7 sera une occasion de faire converger des GJ du monde entier. La commune dura à peine deux mois (du 18 mars au 28 mai 1871) et fut écrasée dans le sang, prises en étau entre les Versaillais et l’armée prussienne. Ses réalisations ne pouvaient être que limitées mais néanmoins elle avait créer une rupture dans l’imaginaire ; viser la prise du pouvoir d’état n’était plus l’objectif, il fallait libérer des territoires et expérimenter ici et maintenant l’auto-organisation de la vie quotidienne, construire les conditions de l’autonomie matérielle et politique localement puis se fédérer.

De la Commune aux gilets jaunes, la révolution par le bas comme héritage

Bref, en un mot, l’expérience et l’idéal de la Commune correspondent beaucoup mieux à notre mouvement que la révolution de 1789. Cette fédération d’espaces libérés, que voulait incarner la commune de Paris, c’est ce que 150 ans plus tard l’assemblée des assemblées (Commercy puis Saint-Nazaire) préfigure. Qu’on le veuille ou non nous sommes héritiers de cette histoire révolutionnaire, celle d’en bas pas celle d’en haut, pas celle des livres, celle de la rue et celle des campagnes rebelles. A nous d’aller de l’avant et d’en écrire une nouvelle page. De la Commune aux Gilets Jaunes en passant par les ZAD, le Chipas Zapatiste, ou le Rojava, etc., nous démontrons que nous n’avons pas besoin d’eux. Une fois que nous réalisons notre puissance d’agir collective, nous devenons irrécupérables, ingouvernables. Pour les gouvernants et les patrons, cette affirmation est insupportable. C’est leur plus grande peur car ça les rend inutiles. C’est notre plus grande force et elle est contagieuse. Une fois libérés des contraintes que les impératifs de plus-value, de bénéfices privés, d’usure, etc., imposent sur notre « travail » et une fois la force répressive de l’Etat débordée, nous pourrons produire assez pour toutes et tous sans avoir besoin de nous exploiter les uns les autres, ni d’exploiter la nature.

Notre rage est digne, leurs profits sont indignes ! Le 1er mai, faisons sa fête au travail !

Pas d’élection, nous sommes le pouvoir. Allons au G7 cet été en faire la démonstration !

Vive la Commune ! Vive les communes libres !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

  • 8 mai

    A Saint Nazaire c’est clair tout se croise et se rêve, ici tout se questionne, et se tente, nous n’avons plus qu’à essayer plus loin encore que cette peau de chagrin de vie que nous montrent tous ces tristes écrans plats, comme ailleurs chez les GJ, les niveaux de réflexions politiques divergent, et les débats ou les clivages politiques existent bien entendu, nous ne sommes pas naïfs ! La remise à plat du fonctionnement de notre société est bien l’enjeu majeur. Pour sur qu’en 48 heures de St Nazaire en AG des AG 2, les débats à 700 personnes sur la sortie et les choix de société future n’ont pu être approfondis... Comme un mouvement qui vient de loin, en construction : il émerge, s’enracine et demande du temps pour se construire dans l’intelligence partagée. Car ici tout se croise et se rêve, ici tout se questionne, et se tente, nous n’avons plus qu’à essayer plus loin encore que cette peau de chagrin de vie que nous montrent tous ces tristes écrans plats. Traverser l’écran : c’est construire autrement. Aller vers un ailleurs collectif. Alors oui : Comment sortir du capitalisme ? Comment sortir des elections pour garder notre pouvoir d’agir ensemble ? Comment construire le municipalisme ? Comment construire l’autogestion et vivre ensemble avec nos différences ? Tout est dans nos mains. Allez ! Il nous faudra du temps.

  • 2 mai

    ce n’est pas exact de dire que l’assemblée s’est terminée sans ambiguité par le fait de s’être mis d’accord sur la sortie du capitalisme. Ce n’est pas la vérité. C’est le terme capitalisme qui a fait débat justement, car un un bon nombre d’entre-nous n’étaient pas d’accord de dire que c’était représentatif de tous les Gilets Jaunes. Beaucoup de GJ ne se reconnaissent pas dans cette expression, qui est très marquée extrême gauche NPA.

  • 1er mai

    Dimanche 07/04/19
    Saint-Nazaire
    Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes
    — -
    APPEL A L’ACTION ET A LA MOBILISATION
    POUR LA PERIODE DES ELECTIONS EUROPENNES
    « Nous, gilets jaunes réunis lors de l’Assemblée des assemblées de Saint-
    Nazaire, dénonçons le caractère anti-démocratique et ultra-libéral des
    institutions européennes. Le parlement européen que nous élisons n’a même
    pas le pouvoir de proposer une loi ! La Commission européenne décide de tout
    sans aucun contrôle démocratique. Les institutions européennes sont soumises
    à la pression de 25 000 lobbyistes pour la seule capitale européenne !
    A l’inverse du modèle actuel, les gilets jaunes portent un modèle de
    démocratie directe, dans lequel l’intérêt général prime sur les intérêts
    particuliers. Un modèle démocratique où primeront enfin nos conditions de vie,
    de travail, vos droits, la qualité de nos services publics et de notre
    environnement.
    Nous avons pour principe fondateur l’autonomie des groupes de gilets jaunes
    et des individus en général. C’est pourquoi nous faisons le choix de ne donner
    aucune consigne de vote ou même de participation à ces élections. Nous
    condamnons toutes les tentatives de constitution de liste politique au nom des
    gilets jaunes !
    Nous appelons les gilets jaunes et les citoyens et citoyennes à faire de cette
    période électorale une grande période de mobilisation. Nous proposons :
    - D’organiser une campagne d’information et de sensibilisation contre les
    institutions européennes et leur politique libérale
    - De tourner en dérision cette mascarade électorale. Nous nous en remettons
    pour cela à la créativité des groupes locaux, par exemple : carnaval, vote
    parallèle dans des cercueils jaunes, affichage jaune, présence jaune le jour du
    vote le 26 mai etc.
    Nous proposons aux gilets jaunes de Belgique de co-organiser une
    convergence de tous les peuples à Bruxelles. Car quelque soit le résultat du
    vote, il faudra compter sur nous ! C’est dans la lutte que se construira l’Europe
    des peuples.
    Nous proposons à tous les peuples d’Europe de se saisir de cet appel, de le
    traduire dans leur propre langue, ou de s’en inspirer pour faire le leur. C’est en
    menant une lutte coordonnée contre nos exploiteurs communs que nous
    jetterons les bases d’une entente fraternelle entre les peuples d’Europe et
    d’ailleurs. »


À lire également...

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.