Réflexions sur l’autodéfense

Depuis quelques jours, chaque fois que je sors, chez des ami.e.s, aux concerts ou au CSA, j’entends parler de cette histoire. Dans la majorité des cas, il s’agit de grands mecs qui parlent fort.

Quelle histoire ? Des embrouilles entre des personnes qui masquent des problèmes beaucoup plus larges, trop peu questionnés.
À la fin des dix jours « d’autodéfense populaire », Mixart exige un service d’ordre au dernier moment : tout le monde sait que ce lieu est à des kilomètres de l’autogestion, qu’il mange dans la main de la mairie. Leur but est de faire de la thune, il y a toujours des vigiles, et je ne compte pas, dans ce texte, faire une leçon à propos du rôle de vigile : on est meufs, on est pauvres, on est criminelles, qui ne s’est jamais embrouillé avec eux, dans la vie ?
Peut-être est-ce le moment de considérer que ce lieu n’est pas un endroit adéquat pour organiser des concerts ?
Bref, je n’ai pas suivi quel est le processus qui a abouti à ça, mais 15 antifa finissent par assumer ce rôle. Ce que je vois, c’est que le pouvoir de contrôler ce qui convient et ce qui ne convient pas est concentré entre les mains d’un groupe de mecs machos et virilistes. Ce n’est pas de l’autodefense. Quelle est la différence entre des vigiles payés et un groupe d’antifasciste qui remplit cette fonction ? Quelle est la différence entre une soirée commerciale et une soirée que l’on cherche d’organiser, en tachant de rompre avec les logiques de pouvoir qui s’y installent, sinon les méthodes employées ? Et la méthode n’est pas un mot vide, c’est par là que s’applique nos théories.

Le lendemain, soirée de clôture : les 15 mêmes mecs sont de nouveau là, à l’entrée. Quand je les interroge sur le sens de cette haie d’honneur, on me gueule dessus que c’est pour l’alerte antifa.
l’Alerte antifa ? J’’étais pas au courant, demande à des copines si elles le savaient, et suis surprise de capter que seuls des mecs, y compris mes potes, sont au courant.

Ce n’est pas par hasard que pour faire office de service d’ordre, ou pour protéger un lieu de menaces extérieures, on fasse appel à des gros mecs qui en théorie savent bien se battre, en tout cas qui font peur ; pourquoi cela, plutot que de faire tourner le mot, partager les infos et diluer la responsabilité afin que personne ne s’accapare ce pouvoir ?

Il me semblait que cette histoire était terminée. Deux semaines après le festival antirep, je vais à une soirée dans un bar.
Je vois un de ces gros gars qui fait cette fois-ci le vigile au sens plein du terme, puisqu’il est payé pour cela. Il gueule contre un autre mec qui veut rentrer, les copines qui veulent parler n’existent pas, et je m’en vais en essayant de ne pas vomir au moment où l’antifasciste-vigile dévoile son biscotto comme manière de vanter sa haine contre l’ordre policier. Moi, je pense qu’il était en train de faire le flic. De chercher un coupable. De réclamer des preuves. D’exercer son pouvoir. Apparemment, le débat portait sur une bagarre qui avait opposé le service d’ordre à un autre gars, lors de la soirée de clôture au CSA.

Toutes les fois que je me suis interrogée sur les rôles au sein de cette histoire, on m’a répondu par des paroles qui n’avaient aucun rapport : « lui a quand même dit ça », « lui est plutôt sympa », « untel est un antifa sérieux », « il fallait réagir dans l’urgence ». Ou encore sur la défensive par rapport au groupe qui s’est donné beaucoup de mal pour organiser ces dix jours. Ainsi, on a jamais pu aborder les véritables soucis.
Personne ne dit que ces dix jours n’étaient pas réussis. Personne ne dit qu’il ne faut pas être vigilant s’il y a risque d’attaque fasciste. Personne ne dit que Mixart a eu raison d’agir comme de la merde. La critique est nécessaire pour pouvoir s’améliorer, et ne peut pas rester cantonnée aux moments formels des assemblées générales.

Mais je sais que la prochaine fois que je serai confrontée à un service d’ordre de quinze mecs, soit je ne participerai pas à la soirée, parce que je ne me sens aucunement protégée par leur présence, soit je m’organiserai avec mes copines pour éliminer la menace que représente un groupe de mecs musclés auquel a été déléguée la gestion des conflits.

Une meuf féministe, donc antifasciste.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

  • 20 mai 2016

    golri, encore un-e qui parle de truc qui sait pas
    la personne qui s’est faite "taxé d’ingérence blanche" avait un peu trop bu (putain encore ??), chercher la petite bête (surement parce qu’elle a pris une remarque dite en AG pour elle), n’a pas voulu comprendre qu’on voulait se retrouver entre nous, quitte à se taper tout le ménage, pour plier tout ça et rentrer se coucher... ça à durée 1h, puis quelqu’un-e lui a fait comprendre, point.

    "tu te sens blessé alors tu accuses de racisme, gratuitement. "
    "garde la baballe dans la main quelques secondes et tu y verras ton reflet, pâlichon(quelle que soit la couleur)."
    "blanc surrouge rien ne bouge, rouge surblanc..."
    "Faux problème (dans ce cas bien sûr) servant de défense puérile."
    "Donc utiliser un argument d’autorité comme celui là me semble une façon trop facile de mettre de côté un texte (ou quelqu’un-e) envers qui on n’a pas d’arguments à opposer mais qu’on veut descendre."
    et sinon, c’est la honte d’entendre ce genre de discours dans nos milieux, sur ce genre de site, encore aujourd’hui. vous faites quoi là ? tout les totos blanc-hes vont écrire un commentaire pour défendre leur potes blanc-hes contre les méchant-es racisé-es qui ouvre leur gueules c’est ça ? wesh la honte sérieux :/

  • 18 mai 2016

    Ahhhh le racisme anti-blanc ! On se demandais quand est ce que ca aller arriver et enfin nous y voilà ! Ca se faisait longtemps, ca nous avais manqué "les méchants basanés qui s’en prennent gratuitement aux blancs", ou "qui ramène la question de la race là où elles ne devraient pas etre ,comme arguments d’autorité".
    Merci de nous éduquer sur ce qui est raciste ou pas et de nous indiquer quand nous sommes autorisés a en parler ou pas, nous qui pensions que c’était aux premiers concerné.es de penser leur domination et leurs émancipations. On avait zappé que l’esprit blanc est supérieur aux notres, pardon monseigneur.

  • 18 mai 2016

    Moi j’ai trouvé cet article intéressant.

    Pour ce qui concerne les commentaires par contre, je vois pas où la question de race est évoquée dans le texte ?
    Je trouve d’ailleurs dommage que des gen-te-s se fassent taxer de racisme aussi facilement, c’est un argument choc et il est dur de s’en défendre, d’autant plus dans les milieus d’extrême-gauche.
    Donc utiliser un argument d’autorité comme celui là me semble une façon trop facile de mettre de côté un texte (ou quelqu’un-e) envers qui on n’a pas d’arguments à opposer mais qu’on veut descendre.
    D’ailleurs, il me semble que quelqu’une s’est faite taxer d’ingérence blanche (sans autre forme de procès) en proposant seulement d’aider pour faire le ménage à la fin des 10 jours. Perso j’ai trouvé la scène surréaliste.

    Par contre, que personne ne me fasse dire ce que je n’ai pas dit (je marche sur des oeufs là :/ ) : bien sûr que si quelqu’un-e tient des propos (ou a des comportements) sexistes/racistes/homophobes/antisémites/validiste/(et j’en oublie trop)/discriminants de quelque manière que ce soit, il ne faut pas les laisser passer. (idem pour les propos ou comportement autoritaires, quand bien même c’est un antifa racisé qui les tiendrait).
    Ensuite, je dis ça de ma position de blanc.

    Un anti-autoritaire blanc et -pourtant- antifascite.

  • 17 mai 2016

    C’est bien gentil de vouloir donner des conseils et des avertissements. Mais la prochaine fois, toi et tes ami.e.s, au lieux d’aller profiter de la soirée comme vous avez fait, allez vous proposer en tant que SO ( bah ouais, y’avait besoin d’un SO, mais ça quand on profite juste de la soirée et qu’on organise rien on s’en rend jamais compte).

    Et une fois que tu auras fais ça, que sur les 10 jours tu seras venu 4 jours/soirs, dans le froid pour certains soir, même un peu sous la pluie, avec tes gants et ton bonnet ( bah ouais, pendant que toi tu kiffais Première Ligne, il y en avait qui buvait de l’eau car quand tu aides une orga bah c’est mieux de rester sobre.
    Que pendant que tu kiffais le son à la créa, bah d’autres demandaient sans cesse au gens de pas rester devant le portail car si il faut le fermer, t’es dans la merde. ( Et aussi parce qu’une attaque de faf t’y réponds pas en lançant des bisous, et que ce sont toujours les gens bourrés qui se font taper dessus ( cible facile tu me diras, mais c’est la vérité ) ).
    Que pendant que tu allais bouffer la super bouffe de la cantine populaire bah nous, ces gens l’ont aussi mangée, mais dehors, dans le froid, sous la pluie, donc avec des gants ( bah ouais, c’est pratique les gants aussi ).

    Alors c’est vraiment mignon tes commentaires à la longue, ça fait un peu genre t’es une rebelle.
    Mais au final, t’es qui toi ?
    T’as aidé pendant les 10 jours ? ( Si oui, on se sera croisé pendant bien plus de 2 soirs, et tu aura vu qu’on est des gens gentils, voir très gentil, mais qu’on n’aime pas quand on nous casse les pieds pendant qu’on est en train de faire ce dont pourquoi on s’est proposé d’aider ( c’est un peu comme si tu allas critiquer la cantine de la créa parce que toi tu manges pas de gluten 2000 et qu’il y en avait ).

    Donc au final, tu es qui au niveau de l’organisation pour te permettre de dire des choses comme ça ? T’es juste une personne qui es venue et qui est pas satisfaite ? De ça y’en a toujours et y’en aura toujours.
    T’es une personne qui a aidé à organiser les 10 jours qui ont étés crevants pour la CREA ( et heureusement qu’il y avait comme nous d’autres collectifs pour venir aider, et pas juste profiter des avantages ). Car si c’est ça, franchement, tu dois nous connaitre un petit peu, viens nous parler, on va pas te manger. Mais que tu sois cette personne, j’en doute ...

  • 17 mai 2016

    Pourquoi continuer de s’acharner sur le fait d’être racisé concernant cette histoire, sachant qu’il n’y avait quasiment que des blancs, de chaque côté de la grille ? Faux problème (dans ce cas bien sûr) servant de défense puérile. Ce que j’ai vu, c’est d’abord une personne chantant aux municipaux qu’ils n’étaient pas les bienvenus, certes dans une situation délicate car risquant d’attirer de plus gros ennuis vu le lieu, mais ensuite menacée par une personne BLANCHE, rasée, et portant des gants renforcés, sous prétexte d’être déjà repéré par ses "services"depuis quelques jours... quelques minutes plus tard cette personne et sa "brigade" s’échinait à défoncer la grille susmensionnée, envoyant des coups de savate par l’ouverture sur des gens de l’intérieur.
    Si explication il doit y avoir, je voudrais bien savoir ce qui a provoqué cette agression, sachant que les insultes de "fafs" ou "vigiles"ont été proférées à partir de ce moment-là à destination du boys band entier(très majoritairement blanc d’ailleurs aussi).
    Donc l’alerte antifa, non connue par tout le monde, est sensée justifier ce qui ressemblait justement à une attaque de fascistes ?? Non, ça n’aurait pas dû ressembler à ça. C’est la première fois que je vois ça dans cet endroit, et j’espère la dernière.
    Par ailleurs il est clair(pas de jeu de mot) que l’organisation de SO, donc de spécialistes, autoproclamés ou pas, de la défense ou de l’attaque, doit cesser. C’est archaïque et dominateur. C’est une manière simpliste de s’organiser, plus utile aux autorités de toutes sortes qu’à ceux qui veulent s’en défaire. L’organisation, la détermination, l’avertissement de chacune et chacun feront la force de notre harde sans chaînes ni galons. hé oui.

  • 14 mai 2016

    à ta place, je commencerais par m’expliquer avec les potes mecs que tu mentionnes et qui ne vous ont apparemment pas fait tourner l’info de l’alerte antifa à toi et à tes autres potes meufs avant de taper embrouille sur le net...
    Laissons les dictons de buveurs de pinard de côté, et reparlons des questions d’accusations, de couleurs et de gratuité, reparlons de cette soirée et de cette embrouille, reparlons des termes "vendu" et "nazi" jeté par un individu, du haut de sa blancheur de peau, à un militant racisé, et de l’assemblée ambiance à moitié bourracho qui a suivi, où ces mêmes "gros mecs" se sont pris un procès- moment le plus pathétique de la soirée- gratuit, et ont assumé la responsabilité du partage en couilles de fin de soirée (qui pourtant ne reposait pas sur eux), et même présenté des excuses.
    Oui, il y a eu des erreurs et des faux-pas dans l’organisation de ces 10j et tout au long de ces 10j, et on en parle et continuera à en parler, mais que nos camarades antifascistes fassent partie de ces 10j n’en était pas une.
    Et si, malgré les invitations à venir en discuter, tu préfères te borner à tes jugements hâtifs, toi qui oses parler "d’éliminer la menace", n’oublies pas que tu n’es pas la seule féministe, et qu’elles ne seront pas toutes de ton côté, loin de là.
    Une meuf, pauvre, et racisée, donc antifasciste

  • 13 mai 2016

    Alors, comme tu parle de truc que tu sais pas (c’est marrant en plus tu le dis toi même !), je vais t’éclairer sur quelques points que tu soulève.

    1)Mix’art : la décision de faire un concert à mix’art était motivé par la capacité d’accueil de la salle et la volonté de souffler un peu niveau orga/habitant-es du CSA (le concert du samedi était également prévut dans une autre salle). Depuis le début, ils/elles nous parlait de leur vigiles. Jusqu’au dernier moment on a insister pour "assumer" ce rôle. Chose qu’on a réussi à obtenir. Malheureusement, les plannings pour la participation à la bienveillance du vendredi soir étant vide (comme tout les autres soirs, c’est marrant-encore décidément- tu parle de "faire tourner le mot, partager le mot, diluer la responsabilité", personne a voulu la prendre pendant ces 10 jours par rapport à ça, trop occupé tout les soirs ou bien ?) et le crew d’orga complétement occupé à faire autre chose et pas assez nombreux pour tout gérer à la fois, on a demandé aux copains copines de nous aider sur ce coup là. Ils/Elles ont répondus présent et ça fait plaisir de voir qu’il y a des gens qui sont prêt à pas profiter de la soirée et se concentrer sur ça. Leur mission était claire : laisser passer tout et tout le monde. La fouille des sacs c’est un vieux de mix’art qui a commencé seul tout en tout début de soirée, on a très vite régler ce problème. Bref, pas de fouilles, pas de grilles fermer, justes des personnes présent-es pour être vigilitant-es face aux possibles attaques et surtout pour ’rassurer’ mix’art.

    2)Samedi 23 au soir : Oui, une alerte antifa. On en a parlé à l’AG d’ouverture. Ce soir là, il y avait un repas identitaires à balma-gramont ainsi qu’un match de foot tfc-lyon. Donc potentiellement, grosse soirée à risque. Pour ces raisons, on a une nouvelle fois demandé-es aux copains copines de venir. Encore une fois : crew d’orga pas assez nombreux, personne d’autres pour assumer ce role là chiant mais nécessaire.... Si il y avait eu une attaque ce soir là, je crois bien que tout le monde aurait était content que ces personnes soient là : préparé-e pour, matosé-e pour, sobres, habitué-es à gérer ce genre de situation, connaissance des fafs et leurs méthodes, ... et en tout cas bien plus que si c’était votre pote du centre-ouest complément bourré qui a pas arreté de chercher la merde toute la soirée. Je crois pas que c’est tenable de filer la responsabilité à tout le monde d’une attaqu ; la plupart des gens étaient là en soutien, pour s’amuser, profiter du concert, et non pas pour faire attention en permanence, s’organiser et faire gaffe aux autres - justement pour que eux puisse faire tout ça. Diluer la responsabilité, c’est de la connerie, ça veut juste dire rien assumer du tout si ça part en vrille "ah bah wouai mais on était tous responsables t’as vu".

    ps : ", on est pauvres, on est criminelles, " mythique sérieux celle là ahah !

  • 13 mai 2016

    franchement ça fait pitié ce texte. C’est donc comme ça qu’on doit s’expliquer entre "camarades" ?par interfaces interposées ?!Tkt y’a du monde pour répondre à tes fausses questions.trop facile de se répandre en indignation sur un site comme ça. Viens faire un tour à la crea et essayes vraiment de comprendre comment s’est joué l’organisation de ces 10 jours parce que la on dirait surtout une parole de touriste..bref si tu veux développer ou si d’autres personnes veulent qu’on s’explique on a du monde pour répondre y’a pas de soucis on assume nos choix, nos erreurs, on sait faire notre auto-critique et on est sincères dans nos actions. Mais les postures de gens qui écrivent des grands discours politiques indignés et qu’on voit pas dans les moments d’organisation c’est un peu insultant pour toutes celles et ceux qui se sont donné à fond dans cet événement...bref je crois par ailleurs que des expressions ont été très peu entendues pendant ces 10 jours, particulièrement la journée du vendredi où deux camarades ont souligné les problèmes de ce milieu militant très blanc avec son discours universitaire et ses petits codes de bourges. Pour moi c’est ça la plus grosse violence dans ce milieu qui parle du prolétariat, des immigrés et des quartiers pour les sublimer sans trop les cotoyer ni comprendre leurs réalités...piste de réflexion peut-étre...
    un bougnoule de la crea qui a fait parti de l’orga et qui assume les choix et les failles

  • 12 mai 2016

    "je m’organiserai avec mes copines pour éliminer la menace que représente un groupe de mecs musclés auquel a été déléguée la gestion des conflits"

    De quel coté est la violence ?

  • 12 mai 2016

    J adore quand les blancs viennent m éduquer sur ce qui est raciste ou pas. Lol ! Et je suis une meuf petite précision, féministes également. Mais pas de ton féminisne sclérosé blanc et bourgeois. Non d un féminisme arabe, de classe et banlieusard. Donc tes grandes lecons coloniales, tu te les carres. La bougnoule, elle t emmerde.

  • 12 mai 2016

    "C’est toi qui dis, c’est toi qui l’es", renvoie la balle antifa du 11 mai, tu te sens blessé alors tu accuses de racisme, gratuitement. Pas grave à priori, ça arrive à tout le monde ce genre de réflexe, mais un conseil (pas si mal intentionné d’ailleurs), garde la baballe dans la main quelques secondes et tu y verras ton reflet, pâlichon(quelle que soit la couleur).
    "blanc surrouge rien ne bouge, rouge surblanc... :D

  • 11 mai 2016

    J’aurai plutot choisi comme titre : Début de réflexions pour une autodéfense colonial en milieu blanc. De quelle couleur sont les gentils, les déconstruits ? Blancs. De quelle couleur est le méchant antifa viril, animal et antiféministe ? Noir. De quelle couleur etait la femme aux cotés de l’antifa dans la bar ? Non-blanche. Arabe plus précisement, donc bien trop basanée pour etre considéré comme une féministe, voir pour juste exister aux yeux des féministes blanches. Ah oui, pardon, j avais oublié que la virilité, la patriarcat c’est l affaire des non blancs de ce pays. Du discours dominant au milieu radicaux, il n’y a qu un pas.

  • 10 mai 2016

    Très, très cool ce texte.

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.