Retour sur le mouvement contre la loi « Travaille ! » à Toulouse

C’est la rentrée ! Après plus de trois mois de mouvement social, c’est aussi l’heure d’un premier bilan. Beaucoup d’analyses circulent sur le mouvement qui a traversé la France entre mars et juin 2016, mais rares sont celles qui se concentrent spécifiquement sur Toulouse. Un vide que nous regrettons alors même que c’est bien la diversité des analyses politiques qui permet de penser un mouvement. Sans rentrer dans un travail rétrospectif poussé, nous voulons dans les articles qui suivent faire un point sur les événements du printemps avant de — nous l’espérons — reprendre les hostilités.

Mais comment dresser le portrait de ces quatre mois de lutte dans la ville rose ? Comment rendre intelligible un mouvement qui fut, à bien des égards, désordonné, imprévisible... incompréhensible ? Au point où certain·e·s se demandent s’il y a bien eu un mouvement social sur Toulouse.

Nous — quelques personnes qui contribuent régulièrement à IAATA et qui ne représentent qu’elles-mêmes — avons pensé qu’une des premières tâches à entreprendre dans cette réflexion serait de revenir chronologiquement sur les événements, par le biais très peu objectif des quelques 170 articles qui ont été publiés sur IAATA depuis le début du mouvement social sous le mot-clé "Loi Travail". Ce média a servi principalement à faire entendre des voix autonomes au sein du mouvement. C’est ce qui nous intéresse ici.

Moins que l’absence d’objectivité (IAATA se donne explicitement pour but de faire entendre une voix anti-autoritaire et donc située politiquement), c’est le manque d’exhaustivité qui a rapidement rendu ce travail difficile. Faute de contributeur·ices, certains pans du mouvement ont été quasiment ignoré : la lutte syndicale dans les entreprises, la grève dans les lycées, les débats autour du blocage de la fac du Mirail... Et lorsqu’un événement est couvert, c’est souvent de manière factuelle : peu d’analyses de fond parviennent ici. Cela doit nous inciter à trouver d’avantage de rédacteur·ices — oui, ceci est un appel !

Aussi incomplet soit-il, ce retour sur le mouvement vise à prendre du recul, à réinscrire chaque manif, chaque blocage dans son contexte et sa chronologie. On se replonge aussi avec intérêt dans l’ambiance des différents moments : des extraits de textes ont été intégrés le plus souvent possible pour rendre la lecture plus vivante.

Tout cela, bien sûr, ne suffit pas à produire du sens sur la situation militante toulousaine. Qu’est-ce qui a caractérisé Toulouse par rapport aux autres villes ? Qu’est-ce qui a manqué à ce mouvement ? Pourquoi les initiatives autonomes ont-elles toutes plus ou moins échoué lorsqu’elles n’étaient pas coordonnées avec d’autres composantes du mouvement (comme la Maison du 32 mars, blocages à Airbus ou aux Ponts-Jumeaux...) et quelles leçons tirer de ces échecs ? De toute évidence, le retour que nous proposons ici pose plus de questions qu’il n’en résout. C’est donc ainsi que nous le prendrons : un travail préliminaire qui pourrait servir de base à une réflexion future. Nous tenterons, si le mois de septembre nous en laisse le loisir, de la mener à bien !

En attendant, voilà un retour sur la lutte toulousaine contre la Loi Travail à travers le prisme déformant de IAATA. Il sera exposé dans trois articles distincts qui paraîtront à quelques jours d’intervalle.

Que change un mouvement social pour un site comme IAATA ? [1]

Comme tous les autres sites du réseau Mutu, IAATA a vu son nombre de visites exploser durant ce mouvement, jusqu’à connaître un pic de 130 000 visites au mois de mai – à titre de comparaison, il y en avait 45 000 au mois de février. Pour annoncer ses rendez-vous, l’assemblée 31 en lutte a utilisé IAATA comme outil de communication vers l’extérieur. Ce site a toujours été imaginé comme étant partie prenante de la lutte, au service de la contestation sociale. L’objectif est double : d’une part, coordonner de l’intérieur les différentes composantes du mouvement en faisant circuler l’information de manière simple et centralisée (un seul site sur lequel tout collectif ou individu peut publier.) Mais aussi communiquer vers l’extérieur, se passer des médias traditionnels pour informer sur l’actualité de nos luttes : on n’est jamais mieux servi·e·s que par soi-même !

Ces objectifs ont été remplis à certains égards pendant le mouvement – sans doute pas assez, et beaucoup de progrès restent à faire. Mais bien des articles ont dépassé l’audience traditionnelle du site, informant au-delà du milieu militant sur notre vision de ce qui se passait dans la rue, et faisant ainsi contrepoids à la désinformation massive que s’appliquent à produire les médias de masse.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)


À lire également...

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.