Recuperation et démobilisation, la fac du Mirail un cas d’étude.

De la légitimisation de Laganier aux assemblées des UFR. Une analyse des outils de la démobilisation.

Comment les administrations et les syndicats peuvent démobiliser une ville

Toulouse jusque là, a été une des villes où la mobilisation de ces derniers mois était la plus forte. Tous les points que résume Montpellier Poing Info, avaient été mis en place. Persévérance des militantes, blocage, synergie avec le personnel. Faisant face, en plus, à des ennemis locaux, le Président Lacroix et le projet de fusion, qui faisaient parfaitement échos aux enjeux nationaux de la lutte, le mouvement tenait bon.

Mais l’ambiance a beaucoup changé ces dernières semaines. Les forces se sont retirées de façon évidente. Quelles en sont les causes ? A la veille de l’AG post-rentrée, où une “surprise” se prépare, il est important de revenir sur les stratégies adoptées par les chefs syndicaux au sein de l’université et à l’extérieur, pour comprendre qui en bénéficie.

La négociation des examens et le refus de la note améliorable

Après que le ministère ait imposé un administrateur provisoire, on se préparait à une intervention policière immédiate, mais Laganier a choisi le ton opposé. Conciliant, respectueux de la volonté des AG, prêt à dialoguer. C’est dans ce cadre que l’UET a commencé à parlementer au sujet des examens, examens qui, dans toutes les autres facs mobilisées, sont un des principaux points de conflit, avec l’administration. Ce qu’on a observé ici, c’est qu’au lieu de refuser totalement les examens, en poussant jusqu’à la note améliorable, il s’agissait d’apaiser les esprits en négociant leur déroulement. Une solution qui satisfait l’exigence de la normalité recherchée par le gouvernement mais qui ridiculise l’ensemble de la mobilisation. Avec ce retournement de situation, les débloqueu.r.euse ont désormais raison de se marrer. On aurait fait tout ça pour qu’au final les examens soient repoussés à 3 semaines ?

Exemple concret : on a pu entendre en AG le mensonge concernant la possibilité d’une année blanche. Tout ça pour décourager la lutte pour la note améliorable, élément capable de relancer les revendications locales.

Le vote du blocage, du catalyseur au piège

Dans cette atmosphère de pacification progressive, le blocage continu a être voté en large majorité. Cette pratique radicale et qui fait preuve d’unité, se voit méticuleusement vider de sens depuis l’intérieur.
Les chefs syndicaux ont eu le temps d’en changer les mots d’ordre, AG après AG : plutôt que de bloquer contre la loi ORE et son monde, on a commencé à voter le blocage pour que “la volonté étudiante dans l’organisation des examens soit respectée”. Ou encore voter le blocage sans rappeler pourquoi il est mis en place. Au même temps la machine administrative du campus se remet en marche, pour en arriver aux assemblées de departements qui boucleront l’affaire. Un blocage dans un lieu qui ne produit pas directement de valeur, risque vite de devenir symbolique si tout conflit lui est soustrait. Il sera facile de l’attaquer quand le reste aura été défait.

Exemple concret : Laganier a reagi immédiatement à la nouvelle occupation ouverte sur le campus qui se décrivait explicitement pour l’hébergement des sans-papiers : équipe de sécurité, gazeuses et chiens. Les occupations restent tolérées seulement si elle se referment sur elles-mêmes.

Les occupations

Les occupations sont des endroits d’expérimentation d’autres modes d’organisation et de vie mais se nourrissent tout de même de la mobilisation générale. Si les militantes plus engagées oublient la nécessité d’ouvrir leurs rangs et ne recrutent plus, elles/ils seront victime très rapidement de répression. Le piège est similaire à celui du blocage : se satisfaire de ce qui a été obtenu jusque-là et ne pas reconnaître la nouvelle stratégie plus soft et insidieuse qui se met en place.
C’est dans ce cadre que les chefs de l’UET commencent déjà à proposer des déblocages qui garderaient intactes les deux occupations. Des foyers de radicalité de plus en plus isolés et dans l’impossibilité, du coup, de se projeter dans la ville.

Exemple concret : L’abandon des AG de la part des militants a favorisé les processus déjà examinés. Etant donné que la pratique même de la prise de parole devant une foule n’est souvent pas acceptée et que les occupations actuelles étaient déjà acquises.

Des rendez-vous divisés et la bureaucratie de l’action

Pour faire en sorte qu’il n’y ait pas de radicalisation collective et que la lutte ne soit pas relancée dans la très nommée convergence, il faut surtout que les moments conflictuels partagés (par les différents corps en lutte) ne se produisent pas. C’est le boulot de la police et qui se reproduit dans la planification de nos dernières actions. A plusieurs moments l’UET, qui répète désormais ce que l’UNEF fait nationalement, a poussé pour l’ajout d’un autre rendez-vous, avec des horaires, lieux ou date, différentes de celles qui existaient déjà ou qui étaient en cours de préparation. Ce sont bien souvent des rassemblements qui vont nulle part et qui frustrent les gens.
Que la motivation soit celle de légitimer son propre rôle, sa carrière, plutôt qu’une véritable synergie avec la police cela ne change rien au résultat : les éléments conflictuels semblent nous échapper, les ennemis sont toujours plus loin et invisibles.
Exemple concret : le Vendredi 20 avril, un rassemblement est appelé à 18h à la Daurade, en réponse aux deux morts en prison, aux procès déclenchés contre les quartiers etc. Au même moment l’UET a appelé au rassemblement en soutien à Tolbiac à 19h au Capitole. Les deux lieux sont à côté mais il n’y a pas eu de solidarité envers la nasse qui se produit immédiatement à la Daurade. De plus le rassemblement au Capitole est invisible, le mégaphone tourné vers l’intérieur était complètement inaudible par les gens autour. L’ordre explicite est lancé de ne « pas bouger d’ici ».

Voilà donc la réponse à la question que pose France Inter : pourquoi la police n’intervient pas au Mirail ? Parce que grâce au travail conjoint des chefs syndicaux et de l’administration, on est en train de se démobiliser tout seuls.
Un résultat qui peut porter préjudice aux futures mobilisations du Mirail pour des années.
A nous de le défaire.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

  • 4 mai

    Concernant le message précédent, je pense qu’on peut objectivement dire que la communication sur le mouvement ne s’est à ce jour, pas vraiment faite via Iaata. Et c’est bien dommage, le site ayant vocation à accueillir les suivis, récits de luttes, appels à manifester, textes de réflexion...

    Et on peut penser ce qu’on veut du site, mais c’est un outil qui ne vise pas que l’entre-soi dont il est question. Il serait même bon que plus de syndicats locaux y proposent des textes. A ma connaissance, il n’y actuellement pas de meilleur outil sur la ville et ses alentours pour communiquer sur les luttes...

    Après, effectivement, rien d’exclusif : il est aussi possible (carrément !) de faire des collages, ça manque à Toulouse, effectivement.

  • 4 mai

    Plutôt que toujours chercher les traîtres au mouvement et autres ennemis intérieurs pour trouver les causes de l’échec il faut se tourner vers d’autres choses :
    le passage d’une revendication local, qui était gagné à une revendication national. Contre la fusion cela faisait 2 ans voir plus qu’il y avait de la communication. On peut cracher sure les syndicats si on veut mais c’est eux qui ont amené toute une nouvelle génération a s’impliquer dans un blocage. On avait pas vue autant de monde de la fac participer à un blocage depuis au mois les retraites. Vidal, lui, on en a pour ainsi dire pas parler avant la destitution de Lacroix. Ne pas avoir fait de pose dans le blocage n’as ni permis de mettre bien en avant la victoire ce qui va faire que dans la défaite qui s’annonce tout le monde va oublier que des fois on peut gagner, ni de réfléchir à la nouvelle cible.
    Le blocage a perduré du fait de l’argument absurde de : on a gagné contre l’administration local grâce à cette tactique, on va gagner contre le gouvernement en la continuant. Pas les mêmes échelles, pas les même enjeux mais une même tactique (et sans doute pas de stratégie).

    Il est vrai que si on veut peser contre le gouvernement avec un blocage, celui ci doit réellement stopper la production, ce qui veut dire que la fac doit arrêter de produire des diplômer. Mais Globalement il y a quand même peut de personnes qui peuvent ce permettre de rater une année d’étude pour ne pas prendre de « valeur ajouter » et ainsi niker le capital.

    De plus le blocage occupation sur Toulouse a eu pour principal effet de créer un entre soit, certes agréable mais au final totalement cloîtré dans son monde. Et le tout enrichie de délire paranoïaque. Méfiance récurrente (voir agressive) envers les visiteureuses, texto pour des alertes on ne peu plus factice (risque d’attaque faf sur le Mirail ???)... Plutôt que d’être une base arrière pour amener la lutte à Toulouse, le Mirail c’est retrouver un point de fixation permettant de délaisser le reste. La question n’est pas celle de l’occupation (l’objectif d’un mouvement est quand même la réappropriation d’un espace du quotidien) mais bien de l’articulation de celle ci avec la lutte. Et là il est bien beau de parler de convergence des luttes, mais encore faut il avoir d’abord créer un mouvement fort parmi les étudiants, car sinon c’est juste des militant.e.s qui vont à une manif, et pas une convergence.

    Et puis la com. Faire un mouvement à base de page facebook et de Iaata c’est pas viable . Il faut utiliser plus d’outil de communication sur le web mais aussi dans la rue. Pas un seul collage massif dans la ville contre Vidal par exemple.

    Voilà quelques autres pistes à explorer pour comprendre comment ne plus bloquer ses facs.
    Mais bon, si l’on préfère encore une fois dire que si on perd c’est à cause des voisins, on peut aussi.

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.