Comment peut-on penser librement à l’ombre d’une université ?

Une critique du mouvement étudiant de 1986 par le groupe Os Cangaceiros. Où il s’agit de critiquer les étudiant.e.s et l’Université.

Beaucoup de ceux qui ont commenté les "évé­nements de décembre 1986" ont voulu y saluer l’émergence d’une contestation nou­velle, certains croyant même y déceler les signes avant-coureurs d’une crise sociale plus générale. En réalité, ce que toute la classe politique, qui ne s’y est pas trompée, a pu saluer alors, c’était l’appari­tion d’une nouvelle force de conservation de la société qui visait à moderniser un mensonge main­tenant vieux de deux siècles. Il ne s’agit donc pas de déplorer les limites de l’effervescence qu’a pu parfois engendrer, à son corps défendant, ce mou­vement estudiantin, mais de révéler quelles sont les idées dont il a été porteur pour les soumettre à la critique. La tâche de celle-ci consiste à clarifier, dans la pensée comme dans l’action pratique, "les élé­ments qui motivent l’aliénation propre de l’homme et qui recèlent en même temps en soi les conditions de sa suppression". Plus d’un siècle après l’expé­rience de 1848 et de la Commune, on ne peut igno­rer la fonction pratique que remplit la démocratie comme pensée dans le monde existant, de même qu’on ne peut plus faire abstraction, après 1968, du rôle que jouent concrètement les étudiants rela­tivement à cette fonction.
"Les révoltes qui ont suivi 68 auront contraint l’ennemi à moderniser l’oppression et à rendre ainsi le monde encore plus invivable, la misère encore plus visible. Le vieux principe de 1789 revient alors au premier plan des préoccupations ennemies : combler le vide entre la classe dominante et les pau­vres, qui s’est dangereusement creusé ces derniè­res années. C’est à quoi s’affaire une génération de réformistes aux ordres de l’État. Ils ne peuvent évi­demment parler que le langage de l’État et prêcher le mensonge démocratique à la masse des pauvres." (OS Cangaceiros n°2.) Depuis que ces lignes ont été coites, en novembre 1985, les événements n’ont fait que confirmer à quel point la cause de la Démo­cratie est devenue, en lieu et place de la religion, le terrain privilégié du réformisme, le terrain d’affrontements spectaculaires entre mensonges rivaux mais solidaires. Cette cause à laquelle les pau­vres sont conviés à s’identifier constitue désormais le cheval de bataille de la bourgeoisie et des défen­seurs de l’État pour les détourner de la question sociale. Partout dans le monde où des pauvres sans qualité se révoltent contre leur condition, s’en pren­nent concrètement à la misère, le réformisme doit faire de celle-ci une fatalité, de l’aggravation de l’oppression sociale un problème politique. Son but est d’imposer l’État comme la réponse à cette fata­lité ; autrement dit, que les aspirations sociales des pauvres aillent chercher leur réalisation dans l’État. Hors l’État, point de salut ! On l’avait déjà vu au Brésil en 1983-1984, où l’agitation généralisée des pauvres dans tous les secteurs de la vie sociale avait été détournée in extremis dans la campagne natio­nale pour "les élections directes maintenant", sui­vie du rétablissement en grande pompe de la démocratie. On l’a vu encore en 1986 avec les sketches organisés en sous-main par les Américains à Haïti et aux Philippines. Dans tous ces pays, l’insu­bordination sociale n’a pas disparu pour autant : mais le spectacle démocratique aura permis oppor­tunément de canaliser le plus gros de l’agitation. Avec le mensonge démocratique, la falsification des aspirations des pauvres aboutit à conserver incritiqué le principe de l’État. C’est encore en France, patrie des droits de l’homme et du citoyen, que l’ennemi travaille avec le plus d’ardeur au rajeu­nissement de ce mensonge, avec la racaille socia­liste du temps où elle était au pouvoir et plus récemment avec le mouvement étudiant ; et nul n’était mieux qualifié pour cette tâche que cette catégorie de la population destinée à former le futur encadrement des pauvres.

En décembre 1986, les étudiants ont pris l’ini­tiative et l’ont conservée, dans la rue et dans la pensée. Ils ont parachevé le processus de pacification sociale effectué ces dernières années, en occupant massivement les rues au nom de la paix civile. Il y a donc au moins un élément nouveau par rapport à 68 : aujourd’hui les étudiants n’ont plus de prétention à remettre en cause la société, et c’est tant mieux car cela ne pouvait être chez eux que de la prétention. Mais ils n’ont aucunement abdiqué la prétention à jouer un rôle dans la société, en face de l’État.
Depuis vingt ans, on ne pouvait ignorer ce que sont les étudiants. On ne pouvait manquer de le rappeler, tout simplement. Pourtant, même les élé­ments par nature les plus hostiles au milieu étu­diant se sont montrés incapables de dénoncer en cette occasion leur rôle grandissant dans la société existante. Il est donc faux de dire que la critique des étudiants a été achevée en 68. Les étudiants ont été insuffisamment critiqués, puisqu’ils peuvent encore jouer leur rôle et faire illusion. Ce rôle n’a pas été critiqué alors qu’il ne s’était jamais mani­festé avec autant d’évidence. On savait que les étu­diants constituent le milieu propice à toutes les illusions : le pire est quand ils parviennent à les dif­fuser autour d’eux, à les imposer dans la rue comme le 10 décembre 1986. Il fallait critiquer les étudiants parce qu’ils constituent l’élément social dont se nourrit l’esprit politique. Personne, à de rares excep­tions dont les "Lascars du LEP électronique", n’a été capable de le faire. Le mouvement étudiant pou­vait se proclamer indépendant de toute apparte­nance politique particulière parce qu’il effectuait un retour à ce que la politique a de plus pur, l’esprit civique. Avec le mouvement de décembre 1986, l’essence de la politique a rejoint son concept.
Dans les nations riches, où l’existence des gens est toujours plus ou moins hantée par des rêves de promotion sociale, l’enseignement occupe une place énorme, qui va sans cesse en grossissant (l’ex-ministre Fabius ne faisait-il pas l’éloge du Japon parce que 95 % des travailleurs y sont bacheliers ?). Il fait miroiter l’accès possible aux places les meil­leures : combien de fils d’ouvriers, et maintenant d’immigrés, qui espèrent se sortir de leur condi­tion originelle grâce à des études couronnées de diplômes ?! Mais à défaut de conduire réellement l’ensemble des étudiants vers de bonnes places, l’université permet à tous ces jeunes de subsister en sursis ; à eux qui sont issus des milieux les plus défavorisés, elle permet de repousser au loin la pesante réalité du travail mal payé, du chômage, voire de la prison. L’Italie de 1977 en était un exem­ple ("Les jeunes Italiens allaient à l’université comme leurs homologues portugais allaient avant 1974 à l’armée", les Fossoyeurs du Vieux Monde n°3) ; qu’on se souvienne aussi de tous ces "bour­siers" dans l’université française en 1968 et après. L’enseignement démocratique est ainsi un lieu de passage indifférencié où se côtoient des gens d’ori­gines diverses et qui eux-mêmes ne seront pas tous appelés à tenir les mêmes rangs dans la hiérarchie sociale (en particulier, beaucoup s’en vont après un an ou deux d’études et deviennent des travailleurs comme les autres). C’est donc un lieu qui se veut abstrait des oppositions de la société réelle. En somme, l’enseignement universitaire réalise le prin­cipe d’égalité dont se réclame la démocratie ; il le réalise abstraitement. N’importe qui, dans l’idée, doit pouvoir accéder à cet enseignement. Sortis de là, les étudiants iront occuper pour la plupart les places médiocres, celles du travail intellectuel sala­rié, appauvri. Ils iront par exemple bosser dans la néo-culture.

Lire la suite sur le site des archives de l’autonomie.

P.-S.

Notes résultant d’un débat collectif.
Mise en forme définitive assurée par Yves Delhoysie et Léopold Roc.
Parue comme "Notes éditoriales" Os Cangaceiros, n°3, s.d., p. 3-17

En version PDF pour une lecture loin des machines :

 - 342.1 ko

Une compilation des revues Os Cangaceiros parues de janvier 1985 à juillet 1987, ainsi qu’une présentation plus détaillée du groupe, sont disponible sur http://basseintensite.internetdown.org/

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un-e administratrice/administrateur du site.

Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • Votre email, facultatif (si vous souhaitez pouvoir être contacté-e par l'équipe de Iaata)

Publiez !

Comment publier sur IAATA?

IAATA est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous contacter.